Syringa persica - Lilas de Perse
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Syringa persica - Lilas de Perse Nom commun : Lilas de Perse, nommée par les anglophones 'Persian lilac', en allemand 'Persischer Flieder', en arabe 'Arjwani farisi', en espagnols 'Lila persa", en italien 'Lillà persiano', en néerlandais 'Perzische lila', en portugais 'Lilás persa', en russe 'Persidskaya siren', en suédois 'Persisk syrin'.
    Nom latin : Syringa persica L.*, synonymes retenus après révision de 2012 Lilac laciniata  (L.) Gaterau, Lilac minor  Moench, Lilac persica  Lam., Lilac sterilis  Lavy, Liliacum laciniatum  (L.) Renault, Liliacum persicum  (L.) Renault, Syringa afghanica  C.K.Schneid., Syringa angustifolia  Salisb., Syringa buxifolia  Nakai, Syringa capitata  S.G.Gmel., Syringa laciniata  (L.) Mill., Syringa persica var. alba  Weston, Syringa persica var. caerulea  Weston, Syringa persica var. coriacea  Lingelsh., Syringa persica var. integrifolia  Vahl, Syringa persica var. laciniata  L., Syringa protolaciniata  P.S.Green & M.C.Chang, est illégitime Lilac persica  (L.) Lunell.
    famille : Oleaceae.
    catégorie : arbuste ou petit arbre drageonnant à l'écorce pourvue de lenticelles, les jeunes rameaux sont glabres terminés par deux bourgeons opposés.
    port : buissonnant, touffu, très ramifié, arrondi lorsqu'il est jeune plus évasé lorsqu'il est adulte.
    feuilles : caduc, vert foncé. Feuilles étroites lancéolées et laciniées sur de fins rameaux.
    floraison : durant environ 2 semaines; à l'extrémité des rameaux sur le bois de l'année précédente au printemps selon climat courant mai- juin, intensément parfumée, nectarifère visitée par les abeilles et les papillons.
    thyrses de petites fleurs à corolle tubulaire grêle peu renflé à 4 lobes anguleux et étroits.
    couleur : divers tons de violet à bleu clair.
    fruits : capsules déhiscentes ovoïdes (1.5 cm) à deux valves pointues.
    croissance : lente.
    hauteur : 1m à 2m et nettement plus large.
    plantation : selon climat au printemps ou à l'automne, en le plantant loin des fosses septiques et des réseaux d'assainissement, lui laisser entre 1 et 2 m de distance.
    multiplication : par semis à chaud entre 18 et 22°C, après avoir fait tremper les graines dans l'eau pendant au moins 12 heures, compter pour la levée un bon mois, par bouturage courant mars, par marcottage de tiges ou par prélèvement de rejets.
    sol : légèrement acide à légèrement alcalin, riche en humus, frais à modérément humide, mais toujours bien drainé.
    emplacement : soleil, mi-ombre, il lui fut au moins 6 h d'ensoleillement pour bien fleurir.
    zone de rusticité : 9 - 11, tolère aisément -29 ° C, une fois installée supporte des périodes de sécheresse. USDA zone 9b-11.
    origine : grande aire de répartition qui s'étend depuis l'Afghanistan jusqu'à l'Himalaya occidental et en Chine dans les provinces de Qinghai et de Gansu , consulter la carte de l'Asie.
    Introduite .
    entretien : enlever les rejets, si on veut garder un aspect rigoureusement propre, les rejets mettant de nombreuses années avant de fleurir et supprimer le bois mort. Après la floraison supprimer les thyrses pour limiter la fructification et favoriser son développement ou simplement cueillir de grandes brassées afin de le maintenir en forme et seulement tous les 3 ou 4 ans effectuer une taille de mise en forme ou en supprimant depuis la base et au centre de l'arbuste quelques anciennes branches.
    Sur les vieux sujets et les arbustes clairsemés rabattre assez courts ou recéper carrément, mais là il faudra patienter quelques années avant de le voir à nouveau en fleurs.
    A savoir une taille trop tardive supprimera la floraison au printemps suivant.
    Pour les bouquets, veiller à fendre les tiges sur quelques centimètres dans le sens de la longueur et écraser le bas des tiges sur 4 à 5 cm avec un marteau pour qu'ils fanent moins rapidement, renouveler une coupe en biais et le martèlement des tiges 3jours plus tard en renouvelant l'eau si nécessaire.
    maladies et ravageurs : visité par les limaces et les escargots, peut être sujet à l'oïdium, délaissé par les cervidés.
    NB : son nom Syringa vient du grec 'syrinx' qui désigne un tube, une pipe faisant allusion aux tiges contenant de la moëlle qui se creusent facilement et son nom spécifique persica signifie de Perse. Son nom commun de lilas vient de l'arabo persan lilâk.
    Certains auteurs font référence au Syringa x persica qui serait un hybride issu d'un croisement entre le lilas commun Syringa vulgaris et le moins courant Syringa laciniata.
    Ce lilas de Perse a sa place dans les petits jardins en sujet isolé ou en massif de quelques sujets près des cheminements et sous le vent pour profiter de son parfum, également dans les massifs arbustifs, à l'arrière-plan des les mixed-border et il entre dans la compositions de haies libres, ou simplement dans des potées pour les balcons, patios et terrasses puisque sa croissance est lente.
    Ce genre comprenait 133 noms d'espèces connues, après révision seulement 13 espèces ont été retenues.
    - Syringa persica 'Alba', feuillage plus vif, à floraison blanche vers la mi-mai.
    - Syringa persica 'Laciniata', une sélection aux feuilles laciniées, floraison d'un pourpre claire.
    Espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Syringa vulgaris L., Lilas commun, consulter sa fiche.
    Quelques autres espèces :
    - Syringa emodi Wall. ex Royle, synonyme retenu Syringa tibetica P.Y.Pai., Syringa emodi var. aurea Carrière, Syringa emodi var. elegantissima Ottol., Syringa emodi var. variegata Kleef, Syringa villosa subsp. emodi (Wall. ex Royle) A.E.Murray, Syringa villosa var. emodi (Wall. ex Royle) Rehder, Syringa vulgaris var. emodi (Wall. ex Royle) Jaub. le Lilas de l’Himalaya, autrefois nommé Lilas Emodi et par les anglophones 'Himalayan Lilac', en tibétain 'Shiame', arbuste de 5 m de haut, feuillage elliptique de 8 à 15 cm, vert foncé sur le dessus, blanchâtre sur le revers, aux nervures saillantes. Floraison 15 à 20 jours après le lilas commun au parfum agréable en thyrses d’environ 15 cm, d’un pâle lilas en bouton passant progressivement dans un ton plus clair, blanchâtre.
    Son nom emodi vient de Emodus qui est le nom donné à une montagne au nord de l’Inde dans les contreforts de l’Himalaya, par Pline aux montagnes qui séparent l'Inde de la Sérique dans le Séri-nagar (Srinagar ) à une partie du Taurus*.
    Découvert à l'ouest de la chaîne de l'Himalaya, vers 3600 m dans les vallées du Népal et du Cachemire en 1829 par le botaniste français Victor Jacquemont (1801–1832) puis introduit en Europe via l'Angleterre par le docteur John Forbes Royles (1798-1858).
    En France Syringa emodi var. rosea a été envoyé au Muséum à la fin de l'année 1880 depuis le nord de la Chine par le médecin de la légion russe à Pékin le Dr Bretschneider*, ce dernier a fleuri pour la première fois en 1886 près de la fosse aux ours, commercialisé l'année suivante
    - Syringa inodora (L.) Moench, pas de synonyme retenu.
    - Syringa josikaea J.Jacq. ex Rchb.f., synonymes Syringa × henryi var. eximia Rehder, Syringa josikaea var. zabelii Beissn., Schelle & Zabel, Syringa vincetoxifolia Baumg. ex Steud., le lilas de Hongrie arbuste de 4 m de haut, feuillage vert foncé lustré sur le dessus revers glauque, étroit, elliptique-oblong acuminé de 12 cm x 5cm, courant juin floraison à l'odeur peu agréable en panicules étroits d'un lilas violacé, il ressemble beaucoup au Syringa villosa.
    - Syringa komarowii C.K.Schneid., synonymes retenus Syringa glabra (C.K.Schneid.) Lingelsh., Syringa reflexa C.K.Schneid., Syringa sargentiana C.K.Schneid., Syringa villosa var. glabra C.K.Schneid., Syringa komarowii var. komarowii.
    - Syringa oblata Lindl., synonymes retenus Syringa affinis L.Henry, Syringa giraldii Lemoine et 8 autres sous la forme var. et subsp.
    - Syringa pinetorum W.W.Sm., synonymes retenus Ligustrum mairei H.Lév., Syringa chuanxiensis S.Z.Qu & X.L.Chen, Syringa mairei (H.Lév.) Rehder, Syringa rugulosa McKelvey, Syringa wardii W.W.Sm.
    - Syringa pinnatifolia Hemsl., un seul synonyme Syringa pinnatifolia var. alashanensis Y.C.Ma & S.Q.Zhou .
    - Syringa pubescens Turcz., synonymes retenus Syringa meyeri C.K.Schneid., Syringa pubescens f. pilosa C.K.Schneid., Syringa pubescens subsp. pubescens, Syringa villosa var. ovalifolia DC., Syringa villosa var. pubescens (Turcz.) auct., Syringa wulingensis Skvortsov & W.Wang.
    - Syringa reticulata (Blume) H.Hara, synonymes retenus Syringa amurensis var. japonica (Maxim.) Franch. & Sav., Syringa japonica (Maxim.) Decne., Syringa reticulata subsp. reticulata.
    - Syringa tomentella Bureau & Franch., synonymes retenus Syringa bretschneideri Lemoine ex Wittm., Syringa emodi var. rosea Cornu et 6 autres sous la forme var. et f.
    - Syringa villosa Vahl, synonymes retenus Syringa bretschneideri Lemoine ex Wittm., Syringa emodi var. rosea et 6 autres sous la forme var. et f.

    Annotations :
    *Bretschneider (1833–1901) médecin, sinologue germano-baltes qui étudie en Estonie avant d'exercer pour le compte de la légation russe à Pékin de 1866 jusqu'en 1883. A la mission de l'église orthodoxe, il découvre une riche et vaste bibliothèque, où il s'initie entre autre à la botanique au travers d'anciens ouvrages chinois.
    On lui doit le premier ouvrage sur la flore chinoise 'Early European researches into the flora of China' (American Presbyterian Mission Press, Shanghai - 1881).
    Il fut le correspondant et membre de l'Académie française.
    *Emodi, c'est également le nom donné en 1887 à un groupe hybrides qui se caractérise surtout par le fait, que les thyrses, au lieu d'être géminés et insérés directement sur les rameaux de l'année précédente, sont solitaires à l'extrémité des pousses feuillées qui se sont développées dans l'année même, aux feuilles sensiblement plus petites et plus allongées, et des inflorescences moins amples et moins fournies.
    Groupe issu de croisement entre Syringa josikoea avec Syringa emodi var. rosea effectué par M.Henri, chef des cultures au Muséum d'histoire naturelle, note sur les lilas nouveaux obtenus au Muséum par croisements par M.Bois dans le bulletin de du Muséum page 232 - 234, 21 mai 1901.
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'.
    A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772. En 1738, il fonde l'Académie des Sciences de Suède.
    Son herbier, le plus riche de son époque ne contenant que 7000 plantes. Il est l'auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum', consultable en ligne à la bibliothèque universitaire de Kyoto.
    *Népal, lire l'article sur le Népal et les européens par Lucette Boulnois, 1976 dans la Revue d'histoire d'Outre-mer, tome 63, n°230, 1er trimestre 1976, page 44 à 76 chez Persée.
    *Pline, citation sur Pline l'Ancien et sur emodi dans Histoire de l'Académie Royale des Inscriptions et Belles Lettres ..., volume 49 page 720 et 737, du chapitre 'Recherche sur la Sérique des anciens, et sur la limite de leurs connaissances dans la Haute-Asie' rédigé par M.Gosselin.
    *Sérique, les mots Sérique et Sine désigne la Chine, le pays de la production de la soie, le mot sère répondant au terme chinois 'se' qui signifie soie qui a donné sericum en grec.
    *Taurus, vient du grec 'tauroc' parce que la forme de cette chaîne de montagnes qui s'étend d'est en ouest en Turquie, en bordure au sud-est du plateau de l'Anatolie et la mer Égée, ressemblait à la forme d'un taureau, aujourd'hui c'est un parc national.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.//-->









compteur