Myosotidium hortensium - Myosotis des îles Chatham
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Myosotidium hortensium en mars
    Peganum © Flickr
    Nom commun : Myosotis des îles Chatham, Myosotide du jardin, Cynoglosse bleu clair, en Maori 'Kopukapuka, Kopakopa' nommée par les anglophones 'Chatham Island forget-me-not' initialement nommé à tort 'Antarctic Forget- ine-Not, Chatham Island myosotis, Chatham Island Lily', en allemand 'Chatham Island Vergissmeinnicht', en espagnol 'No me olvides de las Islas Chatham'.
    Nom latin : Myosotidium hortensium (Decne.*) Baill.* (1890), synonymes retenus Myosotidium nobile (Hook.f.) Hook.* (1859), Myosotis hortensia Decne. (1846), Cynoglossum cyaneum Hook.f.* (1858), Cynoglossum nobile Hook.f (1858) et il demeure à ce jour non résolu Myosotidium hortensia Baill.
    Cliquer sur la photo pour découvrir les suivantes.
    famille : Boraginaceae.
    catégorie : vivace succulente à tige épaisse,charnueconservant les cicatrices foliaires à souche rhizomateuse.
    port : touffe en forme de rosette compacte.
    feuilles : persistant, épais, charnu, coriace vert jaune à d'un vert émeraude brillant aux nervures fortement marquées lui donnant un aspect plissé et ondulé comme une collerette, le revers poilu est côtelé par les nervures proéminentes.
    Feuilles basales ovales-cordiformes à gros et long pétiole à côte, les autres sur la hampe florale sont moins grandes, alternes oblongues et sessiles.
    Les nouvelles feuilles sont en forme de cornet.
    floraison : à Chatham de septembre à novembre, chez nous au printemps courant mars/avril, nectarifère visitée par les abeilles, les colibris et par les papillons et d'autres insectes.
    Sur de solides hampes florales de 35 à 40 cm, des corymbes terminales et axillaires de fleurs de myosotis de 1.25 à 1.50 cm à corolle à 5 lobes orbiculaires au niveau de la gorge il y a des protubérance.
    Les boutons floraux sont ovoïdes, calice à 5 lobes velus.
    couleur : bleu myosotis très foncé en coeur s'éclaircissant vers le pourtour d'un blanc bleuté de la corolle, étamines, anthères, les boutons floraux sont mauve. Il existe des formes avec divers tons de bleu plus foncé en coeur au pourtour blanc, blanche et même rose
    fruits :de minuscules nucules cernées d'une aile froncée, contenant des graines coriaces plates, obovales noires de moins de 1 cm, d'une très courte longévité.
    croissance : moyenne.
    hauteur : 0.30mà 0.50m Ø de 0.60m à 1m et plus.
    plantation : selon climat au printemps courant mars/avril ou à l'automne, compter 5 plants au m², il n'aime pas la concurrence des autres espèces.
    multiplication : principalement par division de souche au printemps, moins évident par semis de graines fraîches à l'automne, après avoir conserver les graines au froid de 6 à 8 semaines; après scarification, les semer dans un mélange de compost, terreau, sable et d'algues sèches. Puis, soyez patient, il faut compter entre 6 semaines et 6 mois pour une levée aléatoire, attention à la fonte des semis.
    sol : acide ou neutre riche en humus, frais mais surtout très bien drainé, si nécessaire prévoir un lit de graviers ou un mélange graveleux.
    culture en pot : il peut se cultiver dans des potées que l'on rentre l'hiver en serre froide à 10 °C.
    Prévoir un terreau de feuilles acide ou neutre mélanger à du sable. Durant la période de croissance arroser régulièrement en effectuant un apport d'engrais organique à basse d'algues, veiller à pas laisser stagner de l'eau dans les dessous de pot, réduire les arrosages avant de rentrer les potées hors gel.
    Si vous habitez en bord de mer, effectuer un paillage à base d'algues et profitez en pour l'arroser avec de l'eau de mer.
    emplacement : mi-ombre partielle, soleil léger le matin à l'abri des vents froids, desséchants.
    zone de rusticité : 9a - 11, USDA zone 8a-9b. Il déteste la sécheresse et ne tolère pas l'excès d'humidité en hiver et des températures en dessous de - 9 à - 10°C, mais il est parfaitement adapté aux embruns.
    origine : sur les affleurements rocheux et les falaises côtières de l'archipel néo-zélandais des îles Chatham*, situées à environ 800 kilomètres à l'est de l'île du Sud entre Wellington et Christchurch, consulter la carte de Nouvelle-Zélande.
    Introduit dans les jardins néozélandais une dizaine d'année après sa découverte, à travers les siècles cette sauvegarde permet aujourd'hui sa réintroduction dans son milieu naturel, beaucoup de néozélandais participent aux nombreux projets de revégétalisation en plantes indigènes ainsi qu'aux projets de restauration forestière à partir de semis sur les différentes îles qui ont été déboisées pour l'agriculture.
    entretien : éliminer les feuilles mortes, les conserver pour confectionner un paillis, si nécessaire supprimer les hampes florales fanées.
    maladies et ravageurs : sensible à l'excès d'humidité en hiver qui favorise son pourrissement. Il a été constaté l'apparition sur certaines feuilles de nécrose et taches foliaires le long des nervures, provoquant le dépérissement du plant.
    Les jeunes pousses et feuilles sont convoitées par les limaces et les escargots, et dans sa totalité le myosotis des îles Chatham est consommé, détérioré par les oposums, rongeurs, bovins, cochons, ovins, etc.., ce qui est le cas sur l'ensemble des îles Chatham durant des siècles et depuis 2004, c'est une espèce menacée et vulnérable au niveau national sur l'ensemble des îles.
    NB : son nom Myosotidium signifie qui ressemble au Myosotis, lui a été donné par Ø et son nom spécifique hortensium, vient du latin 'hortensius, hortensis' qui est issu de hortus qui désigne le jardin. Ce nom d'hortensia lui a été donné par le botaniste Philibert Commerson (1727-1773) qui aurait dédié le genre à l'épouse de l'horloger Jean-André Lepaute (1720-1787), célèbre pour ses pendules d'une précision inégalée et ses horloges horizontales à rouages parallèles comme celle qui a été installée au palais du Luxembourg.
    Ce genre ne comprend que cette unique espèce ayant 4 synonymes, une des rares exceptions colorées néo-zélandaie car la plupart des plantes autochtones ont des petites fleurs blanches.
    En 1858, MA, J. Ralston un citoyen de Melbourne, offre à Joseph Hooker des plants en fleurs d'un magnifique Myosotidium nobile, peu de temps après il est présenté et décrit comme Cynoglossum Chathamicum puis il est retirer des publications et il réapparaît sous le nom de Cynoglossum nobile dans The Gardeners' Chronicle de John Lindley.
    Introduit en Europe en serre tempérée sous le nom de Myosotidium nobile "par l'entremise de M.Watson de St.Alban (Angleterre) l'édition en a été acquise par M. Standish de Bagshot, de qui nous viennent les nombreux spécimens annoncés,..." rédigé par Louis. Van Houtten page 52 à 54 avec illustration, consultable en ligne à la Bnf-Gallica dans Flore des serres et des jardins de l'Europe, ou Descriptions et figures des plantes les plus rares de M. L. Van Houtten rédigée par M. Ch. Lemaire, édité 1858 à Gand.
    Ce myosotis des îles Chatham qui fait penser au Bergenia a sa place dans les jardins au climat tempéré océanique, dans les bordures, les plates-bandes, les massifs et mixed-borders arbustifs, en couvre-sol sur un talus, dans une rocaille ombragée sous le couvert des arbres ou tout simplement dans des vasques et des potées pour illuminer balcons, patios et terrasses à l'ombre.
    Peganum © Flickr
    Parmi les cultivars, citons :
    - Myosotidium hortensia 'Alba', environ 40 cm en tous sens, courant avril-mai floraison d'un blanc pur.
    - Myosotidium hortensia 'Chatham Blue', voir photos.
    - Myosotidium hortensia 'True Blue', bleu tirant sur le violet en coeur.
    - Myosotidium hortensia 'White-flowered', blanc.

    Annotations :
    *Baill., abréviation botanique pour le botaniste et médecin français Henri Ernest Baillon (1827 - 1895), en 1894 Membre de la Royal Society, auteur de nombreux ouvrages dont le Dictionnaire de botanique, en 4 volumes 1876-1892, édité avec des gravures sur bois réalisées par Auguste Faguet, ainsi que l'Histoire des plantes en 13 volumes, édité de 1867 jusqu'en 1895.
    *Decne., abréviation botanique pour le botaniste franco-belge Joseph Decaisne (1807-1882), auteur du 'Le Manuel de l'Amateur des Jardins' en collaboration avec le biologiste français Charles Victor Naudin (1815-1899), un traité général d'horticulture en 4 volumes (1862-1874 éditeur Firmin-Didot frères - Paris), participe à une revue Horticole.
    *Hook., abréviation botanique pour le botaniste écossais William Jackson Hooker (1785-1865), spécialiste des mousses puis tout au long de sa vie des fougères, en 1820 nommé à la chaire de botanique de l'Université de Glasgow, suite à ses travaux scientifiques Guillaume IV lui décerne un titre de noblesse en 1836. En 1841, il occupe la fonction de premier Directeur du Jardin Botanique Royale de Kew, un peu à l'abandon depuis la disparition de son prédécesseur Joseph Banks, un jardin qu'il agrandi, enrichi de plusieurs serres, dont la célèbre Palm House de D. Burton et R.Turner, réalisée entre 1844 et 1848. On lui doit aussi l'ouverture des jardins au public durant les après-midis.
    Auteur de forts nombreux ouvrages et parutions botaniques dont la première Flore des îles britanniques "Flora Scotia; or a description of scottish plants arranged both according to the artificial and natural methods", en 2 volumes, édit. 1821.
    The british flora compresing the phaenogamous, or flowering plants and ferns", en 2 volumes - Londres éd. Longman, Brown, Green and Longmans 1831 édition revue et corrigée en 1842.
    L'édition d'un guide "Kew Garden or Popular guide to the Botanic garden of Kew".
    "Genera filicum; or Illustrations of the ferns, and other allied genera; from the original coloured drawings of the late Francis Bauer; with additions and descriptive letterpress", by Sir William Jackson Hooker. London, H. G. Bohn, 1842. "Synopsis filicum : or, A synopsis of all known ferns, including the Osmundaceae, Schizaeaceae, Marattiaceae, and Ophioglossaceae (chiefly derived from the Kew herbarium) Accompanied by figures representing the essential characters of each genus" avec son assistant Joseph Gilbert Bakers, responsable de l'Herbier de Kew (éd. Robert Harwicke - 1868).
    *Hook.f., abréviation botanique pour le médecin-botaniste anglais Joseph Dalton Hooker (1817-1911), ami de Charles Darwin qui dès 1839 participe à des expéditions vers l'Antarctique, la Tasmanie et la Nouvelle-Zélande puis en 1847 il se rend vers les confins de l'Inde. On lui doit de nombreuses flores des pays parcourus dont la plus célèbre réside dans les 7 volumes de 'Flora of British India' (1872-1897) auparavant 'Botany of the Antarctic Voyage Flora Novae Zelandiae' en 2 volumes 1852. En 1847, il devient membre de la Royal Society, à partir de 1855 il est nommé assistant du directeur du Jardin botanique de Kew.
    îles Chatham en moriori 'Rëkohu', rattachées à la Nouvelle-Zélande depuis en 1842, elles sont constituées de l'île Chatham la plus grande d'entre elles, l'île Pitt, l'île Mangere, l'île du sud-est et plusieurs îles plus petites et des îlots rocheux, autrefois elles faisaient partie du continent néo-zélandais, qui a émergé il y a 4 millions d'années.
    Le climat y est venteux, humide et frais, avec peu d'écart de température entre l'été et l'hiver. Dans les parties côtières, les espèces végétales sont adaptées pour résister à des vents violents chargés en sel et les sols établis sur des roches volcaniques sont généralement tourbeux et couvert d'algues.
    nmauric© 05/05/2020
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, Jardin! L'Encyclopédie est une oeuvre protégée, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites. Toute copie d'un des éléments du site même partielle, sera considérée comme de la contrefaçon et passible de poursuites conformément aux articles L 335-2 et L 716-9 du code de la propriété intellectuelle//-->





compteur