Acer monspessulanum   - Érable de Montpellier
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    nom commun :Érable de Montpellier, nommé par les anglophones 'Montpellier maple'
    Nom latin : Acer monspessulanum  L.*, synonymes Acer commutatum  C.Presl, Acer denticulatum  Dippel, Acer heckianum  Asch. ex Wesm., Acer hungaricum  Borbás, Acer illyricum  J.Jacq., Acer liburnicum  (Pax) Dippel, Acer loscosii  Rouy, Acer rectangulum  Dulac, Acer rumelicum  (Griseb.) Borbás, Acer talyschense  Radde-Fom., Acer trifolium  Duhamel, Acer trilobatum  Lam., Acer trilobum  Moench
    famille : Sapindaceae, autrefois Aceraceae.
    catégorie : arbuste ou arbre à écorce grise jaunâtre à noire, pourvue de gerçures verticales.
    port : arrondi et diffus.
    feuillage : caduc, coriace, d'un vert franc, luisant sur le dessus, plus clair glauque et glabre sur le revers. Petites feuille opposée à 3 lobes obtus, jaunissant avec des tâches rouges à l'automne, sur des rameaux très fins, bruns avec des lenticelles claires.
    floraison : au printemps courant mai en corymbes retombantes de petites fleurs hermaphrodites.
    couleur : jaune verdâtre.
    fruits : samare rougeâtre avec des ailes convergentes ( 2,5 cm).
    Illustration planche 114 de J.C.Krauss dans 'Afbeeldingen der fraaiste, meest uitheemsche boomen en heesters' contributed by Missouri Botanical Garden, St. Louis, U.S.A.
    croissance : lente.
    hauteur : 5 - 6 m peut atteindre 15 m.
    plantation : à l'automne ou au printemps.
    multiplication : par semis de préférence à l'automne ou après stratification à froid puis trempage dans de l'eau pendant 24h, et par marcottage.
    sol : calcaire de préférence,(neutre ou alcalin), sec (xérophile) même rocheux, pauvre ou fertile.
    emplacement : ensoleillée.
    zone : 5 - 10.
    origine : Europe méridionale, Afrique du Nord (Maroc) et Asie occidentale dans les zones de basse- montagne jusqu'au Caucase, présent au Liban et en Iran, sur les côteaux secs et pierreux souvent associé aux chênes. En France, il est présent jusque dans le Jura méridional, en Vendée et dans les Charentes.
    entretien : supprimer le bois mort, s'utilise dans les haies libres, parcs et petits jardins. Il redémarre de souche.
    maladies et ravageurs : des petites verrues (verte ou rouge) peuvent apparaître sur le feuillage, des phytotpes (acariens) qui pondent à l'automne dans les tissus sur la face supérieure. Sans danger pour l'arbre.
    NB : son nom Acer  vient du latin où il désigne le genre, ce mot signifie pointu ou âpre, et son nom spécifique monspessulanum  donné par J. Bauhin & Dalechamp pour préciser son origine languedocienne de Montpellier, il fut cultivé au jardin du Roy.
    Ce genre comprend environ 115 arbustes ou arbres caducs dans l'ensemble quelques persistants ou semi persistants, originaires principalement des zones tempérées de l'hémisphère nord, dans le sud-est de l'Asie (Chine, Corée, Taïwan et au Japon) majoritairement en Chine, 9 espèces en Amérique du Nord dont huit espèces présentes au Québec, seulement 5 espèces originaires de l'Europe dont la France*.
    L'érable de Montpellier peut s'utiliser dans les jardins secs, les petits jardins, dans les massifs arbustifs et pour composer des haies libres.
    Autres espèces dans l'Encyclopédie :
    Acer capillipes  Maxim. Érable à peau de serpent, Érable jaspé de rouge, consulter sa fiche.
    Acer buergerianum  Miq., synonyme Acer trifidum  Thunb., Érable de Bürger, Érable trident nommé par les anglophones 'Trident maple', consulter sa fiche.
    Acer campestre  L., Érable champêtre, consulter sa fiche.
    Acer cappadocicum   'Aureum', Érable de Cappadoce doré, consulter sa fiche.
    J.C. Krauss - 1840
    Acer carpinifolium  Siebold.& Zucc., Érable à feuilles de Charme, consulter sa fiche.
    Acer circinatum  Pursh, Érable circiné, Érable à feuilles de vigne, consulter sa fiche.
    Acer davidii  Franch., Érable de David, érable à peau de serpent, consulter sa fiche.
    Acer ginnala  Maxim., Érable du fleuve Amour, Érable de Mandchourie, consulter sa fiche.
    Acer griseum  (Franchet) Pax, Érable gris, érable cannelle, Érable à écorce de bouleau, consulter sa fiche.
    Acer japonicum  Thunb. ex Murray, Érable du Japon, consulter sa fiche
    Acer japonicum  'Aconitifolium', Érable du Japon à feuilles d'aconit, consulter sa fiche.
    Acer negundo  Miq., Érable négondo, Négundo ou Négondo, Erable à feuilles de Frêne, consulter sa fiche.
    Acer oliverianum  Pax , Érable d'Oliver, consulter sa fiche.
    Acer palmatum  'Bloodgood', Érable palmé 'Bloodgood', consulter sa fiche.
    Acer palmatum  'dissectum', Érable palmé 'Dissectum' (ciselé), consulter sa fiche.
    Acer platanoides  L., Érable plane ou érable de Norvège, consulter sa fiche.
    Acer platanoides  'Crimson king', Érable plane rouge, consulter sa fiche
    Acer pseudoplatanus  L., Érable sycomore, consulter sa fiche;.
    Acer rubrum  L., Érable rouge du Canada, Érable de Charles Wager, consulter fiche.
    Acer saccharinum  L., Érable argenté, consulter sa fiche.
    Acer saccharum  Marshall, Érable à sucre, consulter sa fiche
    Acer shirasawanum  'Aureum', Érable shirasawanum doré, consulter sa fiche.
    Acer sieboldianum  Miq., Érable de Siebold, consulter sa fiche.
    Acer tataricum  L., Érable de Tartarie, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *France y sont présents spontanément Acer campestre  l'Érable champêtre, Acer monspessulanum  l'Érable de Montpellier, Acer opalus  l'Eacute;rable à feuilles d’obier, Acer platanoïdes  l'Érable plane et Acer pseudoplatanus  l'Érable sycomore.
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier 'Linnean Herbarium', le plus riche de son époque ne contenait que 7000 plantes, est conservé au Musée national d'histoire naturelle de Stockholm.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

un compteur pour votre site