Sophora japonica  - Sophora du Japon
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Sophora du Japon ou Pagode japonaise, Arbre aux pagodes, plus rarement Arbre de miel* nommé par les anglophones 'Scholar Tree,Japanese Pagoda Tree', en japonais 'Enju, Enisu, enjutsu', en chinois 'Kai' faisant référence à un esprit malin.
    Nom latin : Sophora japonica L.*, qui est considéré comme étant un synonyme de Styphnolobium japonicum (L.) Schott.*, qui a pour autres synonymes retenus Sophora griffithii subsp. korolkowii Yakovlev, Sophora korolkowi Diecks, Sophora korolkowi Dieck ex Koehne Sophora pubescens Tausch, Sophora sinensis Forrest
    famille : Leguminosae) dans certaines flores Papilionaceae ou Fabaceae.
    catégorie : arbre à ramification verte à lenticelles blanchâtres, au tronc devenant de plus en plus tortueux en prenant de l'âge et à l'écorce longitudinalement gerçurée. Enracinement superficielle, assez étalé car traçant.
    port : ample, étalé, à cime arrondie, ramure souvent tordue.
    feuillage :caduc, vert foncé, brillant sur le dessus, pubescent sur le revers. Grandes feuilles composées (30 cm environ), imparipennées et alternes, à 7 à 15 folioles ovales à oblongues lancéolées, effilées en pointe.
    floraison : du milieu de l'été courant juillet-août parfois jusqu'en septembre suivant la région, parfumée, nectarifère, abondamment visitée, par les abeilles, donnant un miel clair qui cristallise blanc comme le miel de trèfle, de pommier ou sainfoin.
    A l'extrémité des rameaux de grandes panicules de fleurs papilionacées de ± 1,5 cm, enchâssées dans un calice renflé à 5 courts sépales.
    couleur : blanc crème, virant au jaunâtre en vieillissant et pour certains cultivars blanc et rose (photo 2).
    fruits : d'octobre à novembre de longues gousses charnues, de 6 à 8 cm, moniliformes, c'est-à-dire épousant la forme des graines réniformes qui sont réputées toxiques.
    croissance : rapide.
    hauteur : 6 à 25 m.
    plantation : au printemps. Soyez patient, il fleuri aux alentours de sa vingtième année.
    multiplication : par semis au printemps, après scarification des graines.
    sol : fertile sans excès de calcaire, surtout bien drainé.
    emplacement : ensoleillé.
    origine : Chine et Corée en zone tempérée et subtropicale, introduit au Japon, depuis le nord de la Chine, en l'an 538, en même temps que le bouddhisme, depuis largement naturalisé dans l'archipel nippon.
    Le premier spécimen a été introduit et planté au 18e siècle à Kiev et de là diffusé en Europe.
    zone : 4 - 10, U-K hardiness H5 , USDA zones 4a-9b, une fois installé, il tolère la sécheresse.
    entretien : supporte bien la taille, mais il est si majestueux si on ne le touche pas.
    L'Arboretum de Jussieu à Versailles en possède un qui a été planté en 1747 et qui n'a jamais été taillé. A savoir son bois est cassant.
    maladies et ravageurs : exempt de maladie pour l'instant.
    NB : son nom Sophora à pour origine un mot arabe 'sophera, sephira' ou 'souphera' qui désigne soit un arbre identique donnant une teinture jaune soit une plante à fleurs jaunes de forme similaire, le jaune se dit an arabe 'asfar'.
    Au Japon c'est arbre médicinal dans son intégralité en planté dans les jardins des temples et aux abords des sanctuaires et des maisons des médecins.
    Le genre Sophora comprend une vingtaine d'espèces d'arbres et arbrisseaux caducs ou persistants, originaires des zones tempérées chaudes et subtropicales de l'Asie, du nord et du sud de l'Amérique, de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande, un grand nombre d'entre eux ont des propriétés médicinale, amis tous avec une légèrement toxique qui pose problème en cas de surdosage avec des effets indésirables.
    Le genre Styphnolobium ne comprend que 8 espèces.
    Pendant longtemps il a été utilisé comme arbre d'ornement dans les parcs et comme arbre d'alignement dans nos avenues pour sa bonne résistance à la pollution atmosphérique et à la sécheresse.
    Vous pouvez découvrir un vieux spécimen au château de Montry (Ile-de-France), qui a reçu en 2017, le prix du jury lors du concours de l'Arbre de l'année.*
    Propriétés et utilisations :
    En Chine ce Styphnolobium japonicum nommé 'Huai shù, Huai huä ou Jiao' ou référencé sous le nom de Fructus Sophorae, est un arbre médicinal précieux, chargé de spiritualité, il fait partie des 50 espèces fondamentales de l'herboristerie chinoise, son utilisation est fortement déconseillée aux femmes enceintes et à celles qui allaitent.
    Ses fruits secs et ses graines sont riches en flavonoïdes et d'isoflavonoïdes (génistéine, le sophoricoside, sophoricoside et rutine), des glycosides de flavonols qui contiennent du ginkgo, un produit de substitution, qui pourrait être utilisé pour adultérer des produits à base de ginkgo, dont la demande est sans cesse croissante.
    Les bourgeons et les fleurs contiennent de la rutine, un flavonoïde, aux propriétés antioxydantes, ayant des effets sur l'insuffisance veineuse, les varices et les hémorroïdes.
    Fleurs et boutons floraux ont des propriétés antibactériennes, anticholestérolémiantes, anti-inflammatoires, antispasmodiques, anti-hémorragique, hémostatiques et pour réguler l'hypertension artérielle.
    Dans les pharmacopées populaires, la poudre de bourgeon est réputée pour soigner les aphtes, les infections buccales et les hémorroïdes.
    Au Japon, à partir du feuillage ou des fleurs était obtenue une teinture jaune, qui servait pour colorer les fibres, les jeunes feuilles étaient autrefois utilisées comme substitut du thé et elles étaient consommées, bouillies en période de disette ; comme les feuilles, l'écorce et les racines stoppent les saignements et soignent les plaies.
    Une utilisation excessive, répétée ou à forte dose, peut provoquer une intoxication, car le sophora, contient dans ses parties, dont les feuilles de la cytosine, un alcaloïde proche de la nicotine.
    Lire les différentes publications sur les Sophora, publiées dans Advances in Parasitology, en 2019, consultable sur ScienceDirect.
    Son bois est encore recherché pour la construction navale, parce qu'il est à la fois très résistant avec une certaine flexibilité.
    Parmi les cultivars, citons :
    - Sophora japonica 'Dot's', au feuillage spiralé.
    - Sophora japonica 'Pendula', au port pleureur étagé; photo 3 d'un spécimen situé dans un jardin privé à Saint Jean de Vedas (Hérault).
    - Sophora japonica 'Pubescens', un très ancien cv au feuillage pubescent, à la floraison blanche et rose pâle pour la lèvre supérieure, les panicules sont nettement plus allongées.
    - Sophora japonica  'Princeton Uprihgt', au port pyramidal.
    - Sophora japonica  'Regent', de petite taille - 10 m de haut , floraison d'un blanc-crème. Sophora japonica  'Variegata', feuillage panaché de jaune.
    - Sophora japonica   'Violacea', floraison blanche et lilas légèrement pourpré. Un exemplaire est visible aux jardins de l'ambassade de Grande-Bretagne à Paris.
    Propriétés et utilisations :
    Autrefois les fleurs, les bourgeons foliaires et les feuilles étaient utilisées pour obtenir un colorant jaune et les fleurs parfumées étaient utilisées en cosmétologie.
    Quelques autres espèces :
    Sophora chrysophylla (Salisb.) Seem. synonyme Edwardsia chrysophylla Salisb. appelé localement Mamane, originaire des îles du Pacifique dont Hawaï, petit arbre à fleurs jaunes.
    - Sophora davidii Kom. ex Pavol., originaire de Chine, caduc de petite taille 3 m, floraison blanche bleutée.
    - Sophora macrocarpa Sm., est considéré selon les flores comme synonyme de Sophora microphylla Ait. synonyme, Sophora tetraptera J.F.Mill. dont la fiche est dans l'Encyclopédie.
    - Sophora microphylla Ait., Sophora tetraptera  J.F. Mill., le Sophora de Nouvelle-Zélande ou Kowhai, consulter sa fiche.
    - Sophora secundiflora Lag. ex DC., à floraison mauve, graines toxiques, écarlates.

    Annotations :
    *Arbre de l'année, le prix du public 2017 a été attribué à l'If-grotte du Jardin des Ifs situé à Gerberoy dans les Hauts-de-France, le concours.
    *Arbre de miel, à ne pas confondre avec l'Arbre à miel Tetradium Danielli , autrefois nommé Euodia danielli , consulter sa fiche.
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier, le plus riche de son époque ne contenait que 7000 plantes.
    *Schott, abréviation botanique pour le nom du botaniste autrichien Heinrich Wilhelm Schott 1794-1865), qui séjourne au Brésil de 1817 jusqu'en 1821, il se spécialise alors dans l'étude des Aracées tropicales. En 1845, il est nommé directeur du Jardin impérial du palais de Schönbrunn (Vienne). On lui doit un superbe ouvrage illustré 'Aroideae Maximilianae, éditeur J. Peyritsch-1879, des planches sont a découvrir à l'Institut de botanique de Vienne.
    nmauric©10/10/2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.

Sophora japonica  'Pendula' en juillet





compteur visiteur