Juniperus oxycedrus  - Genévrier oxycèdre, Oxycèdre, Cade
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Genévrier oxycèdre, Oxycèdre, Arbre à Cade, Cade, Petit cade d'Espagne, nommé par les anglophones 'Prickly Cedar, Prickly juniper'.
    Nom latin : Juniperus oxycedrus  L.*, synonyme Juniperus glauca  Salisb.*
    famille : Cupressaceae.
    catégorie : arbuste dioïque.
    port : dressé, conique, puis pour certain pleureur.
    feuillage : persistant, glauque, bleu-vert sur le dessus, pourvu de deux bandes de stomates blancs sur le dessus, gris argenté sur le revers (ce qui permet aisément de le différencier du Juniperus communis.
    Étroites petites feuilles aciculaires (10 à 18 mm), verticillées par 3 et piquantes. Bourgeons écailleux
    floraison : de la fin de l'hiver au début du printemps (février à mai selon le climat). Visitée en hiver par les abeilles pour son pollen jaune.
    fruits : galbules* charnus (8 mm environ), d'un vert pruineux, virant à maturité au rouge orangé ou brun-rouge pourpré (couleur permettant de le différencier du Juniperus communis  et brillant à maturité contenant chacun 2 à 3 graines triangulaires. Pour qu'ils parviennent à maturité il faut compter 2 ans, consommées par les oiseaux et les renards.
    croissance : lente.
    hauteur : 3-8 m voir plus pour les très vieux sujet (généralement il forme un buisson de 1-2 m).
    plantation : début automne ou printemps.
    multiplication : semis de graines fraîches (long), surtout par bouture à talon à la fin de l'été ou par marcottage.
    sol : drainé, même calcaire ou sec, parfaitement adaptée à la sécheresse.
    emplacement : soleil, mi-ombre.
    zone : 7 - 10.
    origine : Sud de l’Europe, pourtour du bassin méditerranéen en zone de maquis et de garrigues jusqu'en Europe centrale (jusqu'au Caucase et en Crimée) et au Moyen-Orient. Présent en France en Corse, dans le grand sud depuis les Pyrénées centrale jusqu'en Aveyron et jusque dans le Var.
    entretien : aucun.
    NB : son nom Juniperus vient du latin où il désigne déjà le genre et oxycedrus  désigne en latin et en grec ce genévrier, nom qui vient du grec 'oxus' qui signifie pointu, piquant et 'cedrus' qui désigne le cèdre faisant certainement à la ressemblance entre les feuillages.
    Ce genre comprend environ une cinquantaine d'espèces d'arbustes ou d'arbres au feuillage persistant aciculaire ou squamiforme, l'ensemble du genre ayant une croissance assez lente et quasiment tous offrant une excellente résistance à la sécheresse, une adaptation aux sols médiocres et une bonne résistance aux pollutions atmosphériques.
    Il peut être utilisé dans la création de jardins secs en sujet ou massif isolé, dans les massifs arbustifs et dans la composition de haies.
    Les Pyrénées-Orientales*, dans les Corbières, au creux de la célèbre vallée de l'Agly à Opoul-Périllos, se trouve au milieu d'un domaine viticole* un très vieux cade au tronc incliné, dont le houppier est en forme de parasol de 4.60 à 5 m de circonférence, faisant penser à un beau cèpe (champignon). En juin 2005, cet arbre exceptionnel de plus de 1300 ans a reçu le label 'Arbre Remarquable de France', attribué par l'Association A.R.B.R.E.S.
    Parmi les cultivars ou sous espèces citons :
    - Juniperus oxycedrus var. depressa  Pursh. chez les vieux sujets, port pleureur.
    - Juniperus oxycedrus L. var. macrocarpa  ( Sibth. & Sm. ) J. Silba, synonyme Juniperus macrocarpa  Sibth. & Sm. que l'on rencontre en Asie Mineure et en Grèce un genévrier comme son nom l'indique aux galbules nettement plus gros.
    Propriétés et utilisations :
    Du bois de cade (racines et branches) est extrait par distillation un goudron qui est appelé huile de cade, un des derniers distilleurs se trouve dans la région de Claret (Hérault), cette huile était prescrite aussi bien par les dermatologues que par les vétérinaires pour traiter les affections cutanées (eczéma, psoriasis), la pharmacopée traditionnelle la prescrivait pour traiter conjonctivites.
    Les galbules entrent dans la fabrication d'eau de vie, et comme ceux du genévrier commun ils peuvent être utilisés en cuisine pour aromatiser les mets et les préparations.
    Ils ont des propriétés stimulantes et vermifuges, aussi prescrits lors de problème de rétention urinaire.
    On en extrait une huile essentielle qui a des propriétés antiseptique, antipelliculaire, exfoliante qui est aussi un remarquable parasiticide, il suffit de mettre des morceaux de cade dans les armoires à linge pour embaumer ces dernières et surtout éloigner les mites.
    Ces deux huiles entrent dans la confection de produits dermatologiques et cosmétologiques pour soigner les problèmes de peau, de cuir chevelu notamment dans les savons et les shampoings.
    Le bois de cade est un bois rouge parfumé, au grain fin qui est utilisé en ébénisterie pour la confection de petits objets, il est aussi réduit en poudre pour être brûlé pour parfumer l'atmosphère et éloigner les insectes, on peut procéder de la même façon avec les aiguilles.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Juniperus communis  L., Genévrier commun, consulter sa fiche.
    - Juniperus phoenicea  L., Genévrier de Phénicie, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *domaine viticole, le domaine du vieux genévrier.
    *galbules il n'y a pas de faute d'orthographe c'est bien un A, mot du genre masculin galbules = baies.
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'.
    A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772. En 1738, il fonde l'Académie des Sciences de Suède.
    Son herbier, le plus riche de son époque ne contenant que 7000 plantes. Il est l'auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum'.
    *Pyrénées-Orientales, dans cette région sont labellisés 5 autres arbres remarquables, un hêtre dans la forêt du Vivier, un platane à Prades, un olivier à Port-la-Nouvelle, un orme à Villesèquelande et à Montolieu un cyprès près de la chapelle St-Roch et un sapin à la forge.
    *Salisb., abréviation botanique pour le botaniste britannique Richard Anthony Salisbury (né Markham) (1761-1829), un homme ayant eu un passé financier peu scrupuleux, qui fut un farouche opposant à la nomenclature de Linné, boudé par un bon nombre de ses contemporains, rejeté par ses confrères botanistes lorsqu'ils découvrirent qu'il s'était approprié l'oeuvre d'un autre botaniste.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.

Juniperus oxycedrus début décembre

un compteur pour votre site