Ulex europaeus  - Ajonc d'Europe, Ajonc de Bretagne
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Ajonc d'Europe, Ajonc de Bretagne, Grand ajonc, Landier, plus rarement et régionalement Genêt épineux, Bois-jonc, Jonc marin, Sainfoin d'hiver, Vigneau, en occitan Argelat, Espinasse, Espinousse, à la Réunion Zépinard des hauts nommé par les anglophones 'Gorse, Common Furze, Furze, Fingers-and-thumbs, French-fuzz, Honey-bottle, Thorn, Western gorse, Whin', en allemand 'Stechginster, Gaspeldorn', en danois 'Tornblad', en espagnol 'Retamo espinoso (balai épineux), Espinillo, Argoma, en chilien et colombien 'Chacay, Tojo', en italien 'Ginestrone', en portugais 'Tojo, Mato', en suédois et norvégien 'Gorse', en russe 'Utesnik obyknovennyy'.
    Nom latin : Ulex europaeus  L.*, synonymes Ulex armoricanus  Mabille, Ulex compositus  Moench, Ulex europaeus subsp. borealis  Rothm., Ulex europaeus subsp. europaeus, Ulex floridus  Salisb., Ulex hibernicus  G.Don, Ulex major  Thore, Ulex opistholepis  Webb, Ulex strictus  J.Mackay, Ulex vernalis  Thore
    famille : selon les flores Leguminosae ou Fabaceae.
    catégorie : arbuste épineux héliophile, aux rameaux épais et velus, aux racines pourvues de nodosités où se multiplient des bactéries qui fixent l'azote dans les sols.
    port : en touffe érigée, dense, compact s'étalant. Formant rapidement des fourrés denses.
    feuillage : persistant, vert foncé. Des petites feuilles linéaires, lancéolées qui sur les rameaux principaux se transforment en épines acérées, bien rigides et vulnérante, puis d'autres feuilles composées de 3 folioles.
    floraison : longue de février à juin, plus abondante de mars-à juin avec une remontée en octobre, et agréablement parfumée un arôme de noix de coco et de vanille, pollinifère et nectarifère visitée par les abeilles qui se mettent à l'envers sur la fleur pour atteindre le nectar et au passage le pollen d'un orange brunâtre est récupéré, voir photo d'un apiculteur irlandais ici. A l’aisselle des feuilles supérieures, racèmes de fleurs hermaphrodites de 15mm, dans un calice couvert de poils.
    Elles ont un léger goût d'amande amère et contiennent des alcaloïdes qui seraient légèrement toxiques si elles sont consommées avec excès, mais où se situe la dose d'excès ?
    couleur : jaune d'or brillant, calice jaune brunâtre.
    fruits : gousses ovales (6 à 7 mm) d'un gris bleuté couvertes de poils bruns, contenant de 4 à 6 graines brunes qui contiennent de l'ulexine un alcaloïde vénéneux pour l'humain et le bétail, ces graines à maturité comme chez le genêt sont projetées et dispersées aux alentours se ressemant abondamment, la dissémination est assurée par les fourmis.
    croissance : rapide.
    hauteur : 1m à 2m et beaucoup plus en largeur.
    plantation : à l'automne, plus qu'au printemps, pour favoriser l'enracinement avant les fortes chaleurs.
    Pour a confection d'une haie, espacer les plants de 1m.
    multiplication : le semis est aléatoire les graines peuvent mettre plusieurs années avant de germer, surtout par bouturage courant mars ou d'août-septembre de pousses de l'année de 6 à 8 cm de long dans un mélange de tourbe et de sable, hivernage sous châssis froid, mise en place au printemps suivant, également par marcottage.
    sol : aride, peu fertile, frais mais drainé, il a une bonne tolérance aux sols chargés en sel. Il a la réputation d'enrichir les sols en azote et d'abaisser leur pH, là où il pousse, les appauvrissant en calcium, magnésium, manganèse, et zinc.
    emplacement : soleil, mi-ombre quelques heures dans la journée, a besoin de soleil pour fleurir.
    zone : 6 - 9, tolère aisément -16°C, parfaitement adapté aux embruns et à la sécheresse une fois installé.
    origine : Europe occidentale depuis la Scandinavie jusqu'à la péninsule ibérique, des îles britanniques jusqu'en Belgique, Suisse et Italie et des stations en Europe centrale.
    Présent à l'ouest de la France sur le littoral atlantique dans les landes, les sous-bois et les terres incultes siliceuses, dans le centre et le nord plus rarement à l'est et dans le midi.
     april 2011, Mendocino County, California
    Copyright © 2011 Zoya Akulova
    Pour son impact sur les paysages et la beauté de ses fleurs, il a été introduit dans de nombreuses régions du globe, notamment en Amérique du Nord et du Sud, en Afrique du Sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande, son aisance à se propager fait que depuis un bon nombre d'année l'ajonc est considéré comme une plante envahissante dans de nombreux pays, en particulier dans l'ouest des États-Unis notamment en Californie où il favorise les incendies de forêt, dans les forêts andines de l'Amérique du sud en Argentine, en Colombie au sud de Bogota entre 2500 et 3200 m d'altitude, et au Chili, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Sri Lanka.
    entretien : mieux vaut se munir de gants bien épais, en principe il n'a pas besoin de taille, mieux vaut le laisser se développer naturellement, juste supprimer les rameaux secs.
    NB : son nom Ulex vient du grec 'ulé' qui signifie broussaille et son nom spécifique europaeus pour nous préciser son origine européenne. Ce genre après révision en 2012 sur 100 noms d'espèces connues, ne comprend plus que 10 espèces d'arbrisseaux ou d'arbuste dont 4 espèces sont présentes en France.
    En Scandinavie bien qu'il y gèle fréquemment, il y est replanté régulièrement pour fixer les sols sablonneux, servir d'abri au gibier et de plante fourragère pour le bétail comme en Bretagne, Galicie et Pays de Galle, où il a longtemps été planté pour former des clôtures pour les pâturages ou d'impénétrables haies défensives, aux jardins notamment ceux en bord de mer on peut l'introduire dans les rocailles, sur les talus et dans les massifs arbustifs.
    Propriétés et utilisations :
    Autrefois les jeunes pousses tendres servaient de fourrage et d'engrais vert, les rameaux épineux écrasés dans les pressoirs à cidre servaient l'hiver pour alimenter des bovins et des chevaux.
    Le bois sec très inflammable était ramassé pour alimenter les fours de boulangers et les foyers des paysans pauvres, au pouvoir calorifique proche de celui du charbon, la cendre* riche acide phosphorique, potasse, chaux, magnésie, silice et en dose variable d'acide sulfurique était utilisée en épandage pour la restauration des sols forestiers pauvres en minéraux, mais il existe maintenant une réglementation qui ne le permet que dans certains cas. Elles entraient dans la fabrication de savon végétale.
    En Grande-Bretagne, traditionnellement était préparé un vin d'ajonc (gorse vine) et les boutons floraux y étaient préparer comme des câpres, depuis 2002 en Irlande du Nord il est la fleur emblématique du comté de Belfast.
    Des fleurs étaient obtenues une teinture jaune, son bois dur et imputrescible était utilisé en coutellerie et les longues tiges servaient de bâton de marche et les rameaux pour confectionner des balais associés à ceux des bruyères.
    Dans la pharmacopée traditionnelle les fleurs étaient réputées traiter certaines fièvres et la jaunisse, les jeunes pousses dans certains pharmacopées sont prescrites en infusion légère en lieu et place de la boldo chilienne (Peumus boldus) pour traiter les troubles digestifs, gastro-intestinaux et hépatiques.
    Prescrite en florithérapie sous le nom de fleur de Bach Gorse pour traiter l' incertitude, le désespoir et la négativité chez les personnes déprimées ou celles ayant subi une épreuve.
    Les autres espèces retenues :
    - Ulex argenteus  Welw. ex Webb., Ajonc argenté, présent dans la péninsule ibérique dans les cistaies, en portugais 'Tojo-chamusco', arbrisseau prostré, dense à petites épines, voir planche herbier du mnhn.
    - Ulex boivinii  Webb, synonymes Nepa boivinii  (Webb) Webb, Stauracanthus boivinii  (Webb) Samp. , Ulex cossonii  (Webb) Nyman, Ulex escayracii  (Webb) Nyman, Ulex luridus  (Webb) Nyman, Ulex vaillantii  (Webb) Nyman, Ulex webbianus  Coss. Ajonc de Boivin, présente en nord-ouest de l'Afrique du Nord en Algérie et au Maroc, en Espagne et au sud du Portugal où il est nommé 'Tojo, Tojo gatum', sous-arbrisseau de 0.20 à 0.50m aux nombreuses épines plus courte que les fleurs d'un jaune vif présentes de janvier jusqu'en août.
    - Ulex breoganii  (Castroviejo & Valdes-Bermejo) Castrovioejo & Valdes-Bermejo(1991) et reconnu comme synonyme de Ulex minor subsp. breoganii  Castroviejo & Valdes-Bermejo, est l'Ajonc de Bréogan*, en breton l'ajonc est un lann, un champ couvert d'ajoncs un lannog.
    Depuis 115 ans à lieu la plus ancienne fête folklorique de Bretagne, la fête des fleurs d'Ajonc qui se déroule chaque année fin juillet à début août à Pont-Aven suivi de l'élection en costume breton de la Reine des fleurs d'ajonc.
    - Ulex gallii  Planch., pas de synonymes retenu après révision en 2012, Ajonc de Le Gall*, présent à l'ouest de la Grande-Bretagne en Cornouailles et en Irlande où il est nommé 'Dwarf furze, Western Gorse, Bed-furze, Cat-whin, Cornish fuzz', présent en Bretagne, sud des Landes et au Pays basque, arbrisseau de 0,50m à 1,50m de haut, se distingue par de fortes épines arquées vers le bas, floraison un peu plus orangé, de la même taille que les épines courant août-septembre jusqu'en décembre, gousses de 5 mm.
    Il serait une hybridation naturelle et fixée Ulex europaeus et Ulex minor.
    - Ulex minor  Roth., juste 2 synonymes Ulex nanus  Symons, Ulex spartioides  (Webb) Nyman, Ajonc nain, Petit ajonc, Petit Landin, régionalement Vignot, présent dans l'ouest et le centre de la France et dans les comtés de l'est de la Grande-Bretagne dans l'Est-Anglie et les comtés du sud-est* où il est nommé 'Dwarf Gorse' sous-arbrisseau ne dépassant pas 1m de haut, vert foncé, de nombreuses petites épines de 1 à 2,5 cm, floraison jaune foncé dès le mois de juillet jusqu'en octobre.
    - Ulex parviflorus  Pourr., synonymes retenus Ulex ianthocladus var. calycotomoides  Webb, Ulex parviflorus subsp. parviflorus, Ulex recurvatus  Willk., Ulex welwitschianus Planch., Ajonc de Provence, Ajonc à petites fleurs, Argelas, petit arbrisseau épineux glabre de 0.30 à 1m de haut, floraison plus précoce courant avril-mai avec une remontée à l'automne, en fascicules de petites fleurs jaunes (6 à 8mm) au calice légèrement pubescent. Présent dans les garrigues et les rocailles du Midi de la France.
    Des croisements spontanés entre Ulex europaeus x Ulex gallii et Ulex minor
     april 2011, Mendocino County, California
    Zoya Akulova © 2008 - University of California, Berkeley
    Il existe une forme à fleurs doubles, au port moins désordonné.

    Annotations :
    *Bréogan s'écrit Breogàn (Breoghan), c'est le nom d'un légendaire roi de Galice de la mythologie médiévale celte le Lebor Gabala Erenn, l'histoire de l'Irlande chrétienne et des irlandais nommés Gaels, dont il est l'ancêtre fils de Brath qui descend d'Adam via les fils de Noé qui après 440 ans d'errance arrivent en Hispanie et la conquière, fondent fonde la ville de Brigantia (La Coruña en Galice) avant de se rendre en Irlande qu'ils se partagent avec les dieux païens irlandais les Tuatha Dé Danann.
    Suite à une étude génétique menée en 2006 à l'Université d'Oxford et bien que cela soit généralement considéré comme un mythe, la conquête de l’Irlande par des personnes originaires de la péninsule ibérique à l’époque de la préhistoire, les conclusions de cette étude indique que la majorité des habitants des îles britanniques sont en réalité des descendants d'agriculteurs néolithiques originaires des régions côtières du nord de l'Espagne.
    Lebor gabála Érenn : The book of the taking of Ireland part 1 edited and translate, with notes, etc.. by Robert Alexander Stewart Macalister, 352 pages , Dublin 1938, consultable en ligne sur archive.org.
    Histoire de la Corogne en Galicie.
    *cendre, consulter 'Leçons élémentaires de chimie agricole', chapitre VII Alimentation minérale des végétaux par Paul Sabatier professeur de chimie à la Faculté des sciences de Toulouse, édité à Paris par G. Masson, 1890 (p. 113-135) consultable en ligne à la Bnf-Gallica téléchargeable en format pdf.
    comtés du sud-est de l'Angleterre, l'île de Wight, Berkshire, Buckinghamshire, Sussex, Hampshire, Kent, Oxfordshire, Surrey.
    *Le Gall, Planchon le dédie au magistrat, botaniste Nicholas Joseph Marie Le Gall de Kerlinou (1787-1860) auteur de nombreux ouvrages sur la flore bretonne, lui rendant ainsi honneur pour sa description en premier de l'Ajonc de Provence dans une flore qui tarde à être publiée.
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'.
    A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772. En 1738, il fonde l'Académie des Sciences de Suède.
    Son herbier, le plus riche de son époque ne contenant que 7000 plantes. Il est l'auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum', consultable en ligne à la bibliothèque universitaire de Kyoto.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.




compteur de visite html