Helleborus corsicus - Hellébore, Ellébore de Corse
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Hellébore de Corse, Ellébore de Corse, Hellébore livide de Corse, nommée par les anglophones 'Holly-leaved hellebore'.
    Nom latin : Helleborus corsicus  Willd.* ex P. Mabille, synonymes Helleborus corsicus  Willd. ex Schlechter, Helleborus argutifolius  Viviani, Helleborus trifolius  Mill. subsp. corsicus  Briq., Helleborus lividus  Aiton subsp. corsicus  (Briq.) P. Fourn.
    famille : Renonculaceae.
    catégorie : vivace herbacée.
    port : touffe dressée.
    feuillage : persistant, coriace, vert foncé brillant sur le dessus et gaufré. Feuilles palmatilobées à lobes dissymétriques à marge dentelée.
    floraison : fin de l'hiver à début du printemps (février-avril/mai selon climat), hampe florale au pédoncule pourvu de bractées foliaires, fleurs à cinq sépales pétaloïdes et nombreuses étamines.
    couleur : vert assez pâle.
    fruits : cinq follicules soudés à la base pourvu d'un bec, contenant plusieurs graines ovoïdes marron foncé.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0,60 à 1,2 m.
    plantation : à l'automne ou au printemps.
    multiplication : par semis.
    sol : riche, humifère, frais, neutre ou alcalin (calcaire accepté).
    emplacement : soleil, mi-ombre.
    zone : 5 - 9.
    origine : pourtour méditerranéen, dont Corse et Sardaigne pour les sous-espèces.
    entretien : sans.
    NB : son nom Helleborus   vient du grec 'helleboros' où il désigne déjà le genre (peut être Helleborus orientalis  Lamarck).
    L'ellébore ou hellébore est du genre masculin.
    Ce genre comprend une quinzaine d'espèces de vivaces toxiques, originaires d'Asie Mineure et d'Europe centrale et occidentale à floraison hivernale ou au tout début du printemps. Six espèces d'entre elles se rencontrent en France.
    Propriétés et utilisations :
    Attention l'intégralité des hellébores contiennent des substances toxiques, comme l'helléboreine et l'hélléborine de puissants alcaloïdes, qui ont des effets sur le système nerveux et le coeur. Toxique par ingestion.
    Depuis l'Antiquité, Helleborus niger  était cultivé pour ses propriétés drastiques, analgésiques et cardiotoniques, prescrit à des doses infinitésimales pour traiter les crises d'épilepsies, la folie, les migraines mais aussi comme purgatif, vomitif et vermifuge.
    Comme toutes les autres espèces du genre attention c'est une plante toxique par ingestion.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Helleborus atrorubens  Waldst. & Kit., Hellébore rouge foncé, consulter la fiche.
    Helleborus foetidus  L. , Hellébore fétide appelé aussi Patte d'ours, Pied-de-Griffon, consulter la fiche.
    Helleborus x hybridus  Hort. ex Vilmorin, Hellébore hybride, consulter leur fiche.
    © Kurt Stüeber
    Helleborus lividus  Aiton, Hellébore livide, consulter la fiche.
    Helleborus niger  L., synonyme Helleborus macranthus  Freyn ex Schiffn., Hellébore noir, Rose de Noël, consulter la fiche.
    Voir également
    Helleborus hyemalis  L. synonyme Eranthis hyemalis, Eranthe ou Helléborine d'hiver, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *Willd., abréviation botanique pour le botaniste taxonomiste prussien Carl Ludwig Willdenow (1765-1812), qui fut également apothicaire et docteur en médecine. En 1798, il enseigne l'histoire naturelle, en 1801 il est nommé, directeur du Jardin botanique de Berlin-Dahlem qu'il entreprend de remettre en état. En 1810, à l'Université de Berlin, il occupe la chaire de professeur de botanique. Son herbier riche de plus de 20 000 espèces, se trouve depuis 1818 au Musée botanique de Berlin où il constitue la base de l'herbier.
    Il fait la connaissance en 1788 d'Alexander von Humboldt, qui lui adresse ses collectes, dont il assure l'identification; en même temps il s'intéresse à l'influence du climat sur les plantes, il y consacre d'ailleurs en 1792, un ouvrage 'Grundriss der Kräuterkunde', qui est toujours réédité. Les botanistes lui ont dédié 33 espèces de plantes et des espèces de champignons sous la forme willdenowiana et 73 sous willdenowii. On lui doit de nombreux ouvrages, dont 'Florae Berolinensis Prodomus' ( 1787) et son ouvrage de référence 'Hortus berolinensis sive Icones et descriptiones, plantarum rariorum vel minus cognitorum quae in Horto regio botanico berolinensi', première édition en 1803.
    nmauric ©20.10.2000 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site