Peganum harmala  - Pégane, Harmel, Rue de Syrie
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Pégane, Harmel, Rue de Syrie, Rue sauvage, Rue verte, Armel aussi nommée au Maghreb 'Harmel Sahara'.
    Nom latin : Peganum harmala L.*, nommé par les anglophones 'Syrian Rue'.
    famille : Zygophyllaceae.
    catégorie : vivace à souche ligneuse et rhizomateuse.
    port : buissonnant érigé, très ramifié.
    feuillage : caduc, vert gris, glauque et glabre. Nombreuses petites feuilles alternes découpées en fines lanières filamenteuses.
    floraison : assez longue à la fin du printemps (juin suivant le climat). Fleurs axillaires, solitaires (2,5 à 3 cm) dans un calice persistant à 5 sépales filiformes, corolle formée de cinq pétales elliptiques à veine centrale marquée et dix à quinze étamines au centre ovaire globuleux parfaitement visible.
    couleur : blanc à blanc verdâtre strié de vert acide à la base du pétale, étamines jaune pâle.
    fruits : entre les sépales hérissés, capsules sphériques à 3 valves qui s'écartent pour libérer des graines triangulaires toxiques à tégument réticulé.
    croissance : rapide
    hauteur : 0.30 à 0.60m de haut voir plus.
    plantation : au printemps.
    multiplication : par semis généralement spontané au printemps.
    sol : indifférent, mais sec.
    emplacement : soleil.
    zone : 99-11.
    origine : Afrique du Nord, pourtour méditerranéen, Europe centrale (dont Hongrie, Bulgarie) Asie Mineure et Asie centrale (Sibérie, Tibet, Ladakh ) en zone subdésertique sablonneuse ou rocailleuse.
    entretien : sans.
    NB : son nom Peganum vient du grec et du latin 'peganon' où il désignait déjà le genre.
    Propriétés et utilisations :
    Le rhizome a une odeur désagréable rappelant celle de rue de nos jardins, le tégument des graines contient un pigment rouge qui était traditionnellement utilisé pour la teinture des laines pour la confection des tapis, connu sous le nom de 'Rouge Turque'.
    Attention Peganum harmala est toxique dans son intégralité, elle contient de puissants alcaloïdes indoliques dont l'harmaline et l'harmanine, une substance qui a été isolée pour la première fois vers 1841. Des substances qui peuvent provoquer des troubles digestifs (nausées et vomissements), troubles neurologiques, troubles cardiaques tel que bradycardie, hypotension artérielle et des convulsions pouvant entraîner une paralysie.
    Dans la pharmacopée traditionnelle maghrébine les feuilles sont couramment utilisées dans la confection d'onguent et les graines mises dans des macérations à l'huile d'olive car l'Harmel à des propriétés antispasmodique, antitussif, anthelminthique, antidépressive, dépurative, emménagogue, hypnotique, neurasthénique et sudorifique, elle est prescrite sous forme de fumigation, ou en macérât pour traiter les problèmes digestifs et intestinaux, aussi en usage externe (onguent) pour traiter les dermatoses, les hémorroïdes, pour soigner brûlures et plaies (antiseptique et cicatrisant), morsures de serpent, ou encore en friction pour soulager les crises de sciatique et les rhumatismes.
    Depuis la nuit des temps, dans de nombreuses civilisation, elle a été utilisée dans des rituelles magiques sous forme de fumigation évidemment elle entrait dans la confection de philtre d'amour ou philtre de désenvoûtement.
    D'autre part au Maroc, des essais sont en cours sur son utilisation dans la lutte biologiques, comme répulsif contre les invasions des chenilles de Lymantria dispar.
    Autres Rues présentes dans l'Encyclopédie :
    - Rue d'Alep, Ruta chalepensis , consulter sa fiche.
    - Rue des chèvres, Lilas d'Espagne, Galega officinalis  L, consulter sa fiche.
    - Rue fétide, Ruta graveolens , consulter sa fiche.
    - Rue de Syrie, Pègame, Harmel, Peganum harmala , consulter sa fiche.

    Annotations :
    *L. abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale. Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Universitéd'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site