Neillia affinis - Neillia affine, Fausse Spirée rose
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Neillia affinis
    Catherine Baral © Démons & Merveilles
    Nom commun : Neillia affine, Neillia semblable, nommée parfois Fausse spirée rose, en chinois 'Chuan kang xiu xian mei', nommée par les anglophones 'Neillia, Chinese Ninebark', en allemand 'Rote Traubenspiere', cliquer sur la photo pour en découvrir d'autres.
    Nom latin : Neillia affinis Hemsl.*, synonyme Neillia affinis var. longisepala Cullen
    famille : Rosaceae, sous-famille Amygdaloideae, tribu Neillieae.
    catégorie : arbuste drageonnant aux tiges largement arquées.
    port : arqué, arrondi.
    feuillage : caduc, vert soutenu lavé de rose rouge au printemps puis vert plus foncé, gaufré, plissé à marge finement dentée, virant au pourpre à l'automne.
    Des feuilles stipulées, alternes, ovales à ovales-oblongues légèrement lobées à la base cordiforme. Les jeunes pousses sont lavées de rose framboisé et les tiges sont pourprées.
    floraison : de la fin de printemps au début de l'été (courant mai-juillet selon climat), nectarifère visitée par les abeilles.
    De longs racèmes pendants de petites fleurs bisexuées (4 - 5 mm) à 5 pétales arrondis, 25 à 30 étamines dans un calice poilu persistant en forme de grelot resserré à 5 courtes dents retroussées.
    couleur : rose clair avec un calice plus foncé.
    fruits : enchâssées dans les calices, capsules pubescentes, déhiscentes, contenant des graines ovoïdes brillantes.
    croissance : rapide.
    hauteur : 1,5 à 2 m, pour un Ø de 1.20 à 1.80m.
    plantation : de l'automne à la fin de l'hiver.
    multiplication : par bouturage, marcottage et prélèvement des drageons.
    sol : frais, argileux ou limoneux, acide ou neutre ou alcalin, supporte le calcaire et l'humidité, fertile ou riche.
    emplacement : soleil, mi-ombre, dans le sud évitez les situations trop brûlantes en été.
    zone : 6 - 9, U-K hardiness H=4, USDA zone 5 - 7. Il peut arriver que les jeunes plants souffrent d'un hiver un peu trop rigoureux, mais ils redémarrent de la base.
    origine : forêts de feuillus du sud-ouest de la Chine, au centre de la province du Séchouan, au sud-est et nord-ouest du Yunann, au sud de région autonome du Tibet et au Népal jusqu'à 3500m d'altitude, consulter la carte.
    entretien : supprimer de temps en temps les drageons pour contrôler son développement et si nécessaire la taille s'effectue immédiatement après la floraison et avec les ans rajeunir en coupant les anciennes tiges.
    maladies et ravageurs : rien de signalé pour l'instant sauf en Asie où elle peut être la plante hôte des larves et chenilles de la pyrale à taches blanches Orgyia thyellina.
    NB : le genre Neillia a été créé en 1825 par le taxonomiste écossais David Don* qui le dédie à son ami l'imprimeur écossais Patrick Neill (1776?-1851), membre de la société linnéenne qui délègue la direction de l'imprimerie familiale pour se consacrer à ses passions la botanique, la collecte de plantes et l'histoire naturelle, il fut le secrétaire de la Caledonian* Horticultural Society and the Wernerian Natural History Society (fondée en 1808 à Édimbourg), au 19 ème il était considéré comme l'une des figures clés de l'histoire de l'horticulture écossaise, qui a oeuvré pour la flore et la faune écossaise et son nom spécifique affinis, affine, voisin ou semblable, les ressemblances laissent présumer une proche parenté entre les espèces.
    En 1865, le botaniste britannique George Bentham* & Hooker* suivis par le français Henri Ernest Baillon* en 1869 distinguent 2 sections : la section Neillia dont l'aire est exclusivement asiatique et la section Physocarpus dont la répartition géographique est plus vaste de l'Amérique du Nord jusqu'à l'est de l'Asie.
    C'est donc un arbuste voisin de la Spirées à feuilles d'Obier (Physocarpus) d'où sont nom de Fausse Spirée qui peut aisément trouver sa place dans la composition d'une haie libre, pour son élégante floraison.
    Ce genre après révision en 2012 ne comprend plus que 17 espèces d'arbustes ou d'arbrisseaux caducs, majoritairement originaires du centre et du sud-est de l'Asie tempérée, présente en Indonésie dans les îles de Java et Sumatra, au nord du Vietnam, au sud de la Corée et dans les vallées des régions montagneuses de l’Himalaya (Népal, Sikkim, Assam) dont 12 d'entre elles sont endémiques à la Chine et 3 espèces nord-américaines qui ont été rattachées à la section Physocarpus.
    Neillia malvacea  Greene, synonyme Physocarpus malvaceus (Greene) Kuntze et Neillia intermedia (Rydb.) Bean, synonyme Physocarpus intermedius (Rydb.) Schneid., Neillia torreyi  S. Wats., Neillia monogyna  (Torr.) Greene
    Autre espèce présente dans l'Encyclopédie :
    - Neillia tibetica Bureau, Neillia du Tibet, consulter sa fiche.
    Les différences entre Neillia thibetica et Neillia affinis sont assez faibles. La floraison de Neillia affinis est un peu plus précoce, les racèmes sont un peu moins longs et d'un rose un peu moins vif que chez Neillia thibetica.
    Autres espèces et sous-espèces :
    - Neillia affinis var. pauciflora (Rehder) J.E. Vidal
    - Neillia thyrsiflora Don, synonyme Neillia adenilema  Miq., Neillie en thyrses, originaire des forêts en altitude du nord du Vietnam, Birmanie, Bhoutan, Sikkim, Népal, Inde, sud de la Chine et l'Indonésie, arbuste persistant au port étalé d'environ 2m en tous sens, sur des tiges rosâtres des feuilles trilobées gaufrées, floraison en thyrse blanche dans calice verdâtre hérissé de poils, voir photo.
    - Neillia uekii Nakai, synonyme de Neillia millsii  Dunn., originaire du Liaoning (province du nord-est de la Chine et de la Corée du Nord, arbuste caduc de 1.5 à 2 m de haut, port dressé, étalé. Floraison printanière blanche en longs et fins racèmes sur des branches d'un brun-rouge, feuillage plus effilé vert foncé, cultivé dans certains jardins en France, voir photo.

    Annotations :
    *Baillon, botaniste et médecin français Henri Ernest Baillon (1827–1895), professeur d'histoire naturelle et médicale à Faculté de médecine de Paris et directeur de son jardin botanique, président de la Société linéenne de Paris . En 1854 il devient membre de la Société botanique de France et 40 ans plus tard membre de la Royal Society. Auteur de nombreux ouvrages dont un Dictionnaire de botanique, publié en 4 volumes de 1876 jusqu'en 1892, de nombreuses monographies dont celle des Euphorbiacées, Caprifoliacées et Buxacées, l'Iconographie de la flore française publiée en 1885 et surtout de son Histoire des plantes en 13 volumes publiés de 1867 à 1895, les tomes 1, 3 et 9 sont consultables à la BnF-Gallica, tome 1 à 4 consultable à la bibliothèque numérique du Real Jardín Botánico bibdigital.rjb. Abréviation botanique officielle Baill.
    *Bentham, botaniste britannique George Bentham (1800-1884) qui vécut en Languedoc Roussillon avant d'y devenir propriétaire du Domaine de Restinclières à Prades-le-Lez; il fut à l'origine de la réalisation de nombreuses flores, dont la première concernant les plantes de la région de Hongkong 'Flora Hongkongensis' (1861), et 'Flora Australiensis' (édition en 7vol. de 1863-à 1878).
    En 1826, il fait édité à Paris, le catalogue des plantes indigènes des Pyrénées et du Bas Languedoc, collectées par son père lors de leur séjour à Montauban puis Montpellier. Abréviation botanique Benth.
    Avec Joseph Hooker il publie entre 1862-1883, les 3 volumes de 'Genera plantarum ad exemplaria imprimis in herbariis kewensibus servata definita', l'importante et célèbre classification de Bentham & Hooker, consultable en ligne à la BHLibrary ou à la BnF-Gallica.
    *Caledonian, terme utilisé en géographie pour désigner un lieux, une espèce propre à l'Écosse ou les Highlands écossaises.
    *David Don, professeur de botanique - taxonomiste écossais David Don (1799-1841), un collectionneur spécialiste des conifères, nommé en 1822 bibliothécaire à la Société linnéenne de Londres à laquelle sera légué son herbier. Abréviation botanique officielle D.Don.
    Il rédige les premières descriptions du Douglas, du Taxodium, du Cryptomeria japonica et du Sequoia sempervirens, édite en 1825 'Prodromus florae nepalensis', des espèces collectées et rapportées par le botaniste zoologiste Francis Buchanan-Hamilton (1762-1829) et le botaniste danois Nathaniel Wallich (1786-1854) en Angleterre dans le courant de l'année 1860.
    *Hemsl, abréviation botanique officielle pour le botaniste britannique William Botting Hemsley (1843 - 1924) il travaille au jardin botanique de Kew s'occupant entre autre des herbiers, membre de la Royal Society de Londres, il oeuvre dans le royaume des espèces d'Amérique centrale, on lui doit entre autre Handbook of hardy trees, shrubs, and herbaceous plants (Estes & Lauriat - Boston, 1873) consultable sur archive.org, illustré de 300 planches de Leblanc et Riocreux, basé sur 'Le Manuel de l'Amateur des Jardins' du botaniste franco-belge, Joseph Decaisne (1807-1882) et du biologiste français Charles Victor Naudin, (1815-1899), un traité général d'horticulture en 4 volumes (1862-1874 éditeur Firmin-Didot frères - Paris). "Biologia Centrali-Americana; or Contributions to the Knowledge of the Fauna and Flora of Mexico and Central America" 5 v., 1879-1888 - Londres. Un genre de la famille des curcubitaceae lui a été dédié Hemsleya.
    *Hooker, botaniste-explorateur britannique Joseph Dalton Hooker (1817-1911), l'un des plus grands du 19ème siècle, nommé 1865 Directeur du Royal Botanical Garden de Kew. Auparavant, il effectue des séjours à Madère, en Afrique du Sud, dans l'Antarctique, dans l'Himalaya (Népal et nord de l'Inde) au cours desquels il collecte de nouvelles espèces pour Kew garden, à son retour il fait paraître l'ouvrage de référence sur les Rhododendrons du Sikkim-Himalaya en 3 volumes de 1849 à 1851 et des flores des autres pays. Abréviation botanique Hook.f.
    Fr.Binet-Giannoni & n.mauric © 08/10/2001 ® Jardin! L'Encyclopédie.
    - nmauric©08/10/2001 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.




compteur web