Forsythia x intermedia - Forsythie, Mimosa de Paris
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Forsythie intermédiaire, Forsythie de Paris, Mimosa de Paris, en chinois 'Lián qiáo', en japonais 'Rengyö, rengyöutsugi', nommé par les anglophones 'Bastard-Forsythie, Border forsythia, Showy forsythia, Golden bells', en allemand 'Goldglöckchen, Forsythie, Garten-Forsythie'.
    Nom latin : Forsythia x intermedia Zabel, donné pour synonyme de Forsythia x intermedia var. densiflora
    famille : Oleaceae
    catégorie : arbuste à la ramification assez basse, pourvue de lenticelles, les rameaux sont opposés, système racinaire superficielle.
    port : érigé, buissonnant.
    feuillage : caduc, vert clair à vert plus soutenu, virant à l'automne au jaune parfois au rouge violacé, voir photo ci-dessous prise en novembre. Faisceaux de feuilles simples ou
    Feuilles simples opposées, lancéolées de 8 à 12 cm de long à marge dentée.
    floraison : sur le bois de l'année précédente longue et abondante de la fin de l'hiver au début du printemps, courant mi-mars-avril selon climat, avant que les feuilles ne bourgeonnent, elle est nectarifère contrairement à ce que l'on raconte, elle est visitée par les abeilles qui accèdent au nectar lorsque les fleurs sont très épanouies passant par les côtés entre les pétales, preuve à l'appui d'un apiculteur du Kentucky et les bourdons percent tout simplement un trou à la base des fleurs. Visitée également par les papillons et de nombreuses espèces d'oiseaux dont les moineaux, les pinsons et les juncos (passereaux).
    Glomérules de fleurs hermaphrodites à corolle campanulée à 4 lobes arrondis 3cm de Ø, 2 courtes étamines aux anthères bifides, style à stigmate bilobé,court calice à 4 sections.
    couleur : jaune brillant, gorge veinée de jaune orangé, étamines jaune d'or.
    croissance : rapide initialement verticale puis arquée sur les vieux sujets.
    fruits : de rares capsules ligneuses dures et brunes qui sont récoltées à l'automne avant complète maturation. La plupart des variétés hybrides sont stériles ou elles ont très peu de fruits.
    hauteur : 1.5 à 2 m.
    plantation : de préférence à l'automne pour lui permettre d'installer son système racinaire avant l'été ou au printemps.
    multiplication : b par bouturage de tiges aoûtées en été ou à l'automne ou simplement par marcottage en prenant soin d'enlever un peu d'écorce.
    sol : peu d'exigences acide, alcalin, même légèrement calcaire surtout bien drainé, pas trop sec et pauvre en nutriments.
    L'excès de calcaire favorise son jaunissement.
    emplacement : soleil, mi-ombre, accepte également l'ombre au détriment cependant de l'intensité de la floraison, pour un palissage veiller à le planter en biais contre le support.
    zone : 5 - 10, en 5 certaines années, les boutons floraux peuvent être endommagés par les froideurs de l'hiver et / ou les gelées printanières, une fois installée tolère bien la sécheresse ainsi que la pollution atmosphérique.
    origine : c'est une ancienne obtention allemande de 1885, issue de croisement spontané entre Forsythia suspensa et Forsythia viridissima en Basse-Saxe au jardin botanique de l'Université Göttingen, où Hermann Zabel* découvre en 1878 un semis qu'il décrit ne décrit qu'en 1885 sous ce nom de Forsythia x intermedia.
    Ce Forsythia x intermedia et son cultivar 'Spectabilis' sont à l'origine de nombreuses autres variétés horticoles.
    entretien : n'oubliez pas de l'arosser pour favoriser son implantation et en période de grande sécheresse.
    Les 3 premières années un simple nettoyage des tiges grêles, mal placées ou mortes, les années suivantes toujours à la fin de la floraison couper les tiges latérales sur le vieux bois au niveau des nouvelles pousses et ce tous les 3 ans.
    maladies et ravageurs : en principe robuste épargnée par les maladies et les insectes ravageurs mais certaines souches et d'autres espèces peuvent subir les assauts des cochenilles à carapace brune, présenter des protubérances disgracieuses dues à la galle du forsythia, une maladie cryptogamique provoquée par la présence de 2 champignons, qu'il faut supprimer et brûler. Dédaigné par les cervidés.
    Les Forsythies peuvent être sujettes au pourridié des racines provoqué par un champignon jaunâtre l'armillaire Armillaria mellea qui progressivement entraîne son dépérissement, et également à la maladie de l’encre Phytophtora un autre champignon qui bouche progressivement les canaux conducteurs de la sève.
    NB : son nom Forsythia Forsythie en français (ainsi nommée dans les manuelles d'horticulture en 1945 et 1998) lui a été donné par Vahl en souvenir du botaniste horticulteur écossais William Forsyth (1737-1804) qui fut à Londres le directeur de Kensington Garden, assurant la gestion de plusieurs jardins royaux sont les jardins de St James et l'un des fondateurs de la RHS en 1804 (Société Royale d'Horticulture). Il est la fleur officielle de Brooklyn.
    Ce genre comprend 7 espèces d'arbustes caducs parfois semi-persistants (selon le climat), tous originaires du Japon et de la Chine, introduit dans les jardins de l'Europe vers 1833, en 1850 il était absent des jardins nord-américains et ce n'est qu'en 1908 que la première variété horticole y a été importée.
    C'est la quintessence du jardin printanier, l'un des premiers arbustes à fleurir à la sortie de l'hiver et c'est l'intensité de sa floraison qui fait son succès. Il peut être utilisé en sujet ou massif isolé (groupe de 3) où entrer dans la composition de massifs arbustifs, de mixed-border, de haies libres ou encore palisser contre un mur.
    Certaines nouvelles variétés ont été créées pour être utiliser en couvre-sol, d'autres de petites tailles adaptées aux petits jardins, aux rocailles, aux bacs ou potées ne nécessitant quasiment pas de taille, donc veiller à bien choisir votre cultivar.
    Fortement apprécié en fleurs coupées, vous pouvez à la sainte Barbe* le 4 décembre, couper une branche ou deux branches (cette technique se nomme le forçage), tailler la tige en biseau, avec un marteau l'écraser sur 3 à 5 cm, les mettre dans de l'eau et à Noël elles seront encore fleurs, renouveler la taille, l'écrasement et l'eau tous les 5 à 6 jours, ce procédé est valable pour les lilas, les roses (conservation 15 jours à 3 semaines) et le mimosa.
    Le Forsythia a inspiré de nombreux écrivains et poètes, le 3 mars 1930 dans L'Intransigeant, le journaliste auteur de romans* Pierre Lamblin a écrit :
    La floraison miraculeuse du Forsythia en une nuit de printemps...
    Donc la terre de Paris, cette chair de toute éternité se mit à travailler sourdement jusqu’à des profondeurs inconnues, une vie étrange et impérieuse s’éveilla. Une espérance secrète gagna, de proche en proche, chaque molécule dégourdi. La chaleur venue de la surface s’insinua, par ondes molles. Tout ce qui voulait lutter commença son chemin vers le haut, vers la lumière, l'air, le soleil.
    Les racines endormies se détendirent et, comme des doigts avides, fouillèrent avec une bâte inquiète dans la nuit des sous-sols.
    L’ascension patiente, raisonnée, invincible, accomplit le miracle annuel.
    Le buisson de forsythia, qui grelottait depuis des mois sans autre distraction que celle de cacher la détresse des petits oiseaux ou de retenir, comme autant de bijoux fragiles, toutes les gouttes de la pluie, reçut soudain une caresse légère.
    Ce matin-là, le soleil s’attarda et triompha de la bruine qui fermait toutes les perspectives du parc. Et le soir, pour, la première fois depuis bien des soirs, le forsythia vibra longuement, de toutes ses fines branches étendues.
    Quelques jours encore et un prurit le parcourut: ses racines actives à son insu lui envoyèrent tout d’un coup un jet riche de sève neuve.
    La provision de vie se répartit de façon équitable. Ce fut, perdu pour les humains, un spectacle étonnant : une poussée harmonieuse verticale et pure comme un jaillissement d'eau, puis un épanouissement, une retombée, sans chute, jusqu'au bout des moindres brindilles, sous la patte même du moineau, le perchoir se mit alors à bouger. L’écorce s'attendrit, se boursouffla.
    Enfin, la nuit dernière, mille boutons éclatèrent ensemble. Délicatement, des pétales, froissés par l’emballage un peu sévère du bourgeon, se défripèrent, s’élargirent, respirèrent. La rosée les humecta à. l’aube et le soleil, ce matin, a donné un habile coup de fer aux collerettes jaunes.
    Le forsythia vient de naître à la symphonie du printemps.
    Propriétés et utilisations :
    Pour ses nombreux bienfaits dans la pharmacopée traditionnelle chinoise la Liàn Qiào Forsythia suspensa est fort prescrite, les capsules des fruits sont réputées pour leurs propriétés antibactériennes, anti-inflammatoires, détoxifiantes et rafraîchissantes, prescrits pour diminuer les fièvres, rougeole et varicelle, soigner les engelures, les abcès et les furoncles, réduire les enflures, l'inflammation des ganglions lymphatiques, celle des tissus pulmonaires, les congestions, grippe, rhume et maux de gorge, traiter la constipation, favoriser le drainage et régler les problèmes et diverses affections urinaires (dysurie).
    Les feuilles servent à traiter les fièvres et les affections de la peau.
    Les fleurs contiennent des flavonoïdes, quercétine et rutine dans le pollen, des acides phénoliques (antioxydants), des saponines de tripterpène (antibactériens) et des anthocyanes* des pigments. Elles ont des propriétés antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antivirales, diurétiques, expectorante et antioxydantes réputées traiter les troubles circulatoires, l'hypertension et l'insuffisance vasculaire des hématomes, oedèmes jusqu'aux varices, les problèmes de peau des engelures jusqu'à l’herpès, ralentissant son vieillissement.
    En cancérologie, la rutine est réputée renforcer l’immunité des patients et apaiser les effets de la chimiothérapie et des irradiations.
    La quercétine a des propriétés anti-inflammatoires et antiallergiques, antihistaminiques, traitant les réactions allergiques.
    Les fleurs sont aussi réputées dans des pharmacopées occidentales, abaisser la glycémie (le taux de glucose dans le sang).
    Des capsules des fruits est extraite une huile essentielle aux nombreuses propriétés : antiseptique, antitussive, diurétique, emménagogue, laxative et antiparasitaire (vermifuge), prescrite en phytothérapie et par de nombreuses pharmacopées traditionnelle.
    L'écorce contient de la syringine* (hétéroside) qui a des propriétés anti-inflammatoires bénéfiques dans le traitement de certains cancers et maladies auto-immunes.

    Parmi les cultivars citons :

    - Forsythia 'Arnold Dwarf', une obtention nord-américaine naine au port étalé retombant, de l'Arnold Arboretum, serait issu de Forsythia x intermedia x Forsythia japonica var. saxatilis, ne dépassant pas 1m, mais certains lui reprochent sa couleur jaune verdâtre un peu délavé.

    - Forsythia 'Beatrix Farrand', une obtention fertile de Karl Sax* (1944), environ 2 m de haut, jaune foncé, assez florifère, feuillage brillant, fruits capsules dures brunes.

    - Forsythia 'Boucle d'Or', commercialisé sous 'Courtacourt', une obtention de l'INRA, 080 à 1m de haut, pour un étalement identique, port compact, dense floraison d'un jaune soutenu dans le courant de mars-avril, idéal pour les petits jardins, les rocailles ou les potées.

    - Forsythia 'Casque d'Or', commercialisé aussi sous le nom de 'Courdijau', une obtention de l'INRA, 0.80-1m de haut, compact, floraison jaune d'or au début du printemps, idéal aussi pour les petits jardins, les rocailles et les massifs, les haies basses ou simplement dans des bacs ou potées.

    - Forsythia 'Courtalyn',1.5-2 m de haut, au port arrondi.

    - Forsythia 'Meadowlark', une obtention nord-américaine de 1983, de H.Flynt, Université du nord Dakota, issue de croisement entre Forsythia ovata x Forsythia europaea, 2.40 à 3m de haut, port dressé, semi-arqué.

    - Forsythia 'Northern Sun', obtention canadienne de 1957 du Dominion Arboretum, un hybride issu de croisement entre le coréen Forsythia ovata et Forsythia europaea, 3m de haut pour un étalement de 2.40m environ, port évasé, étalé, très précoce floraison jaune d'or en mars; a été semé en 1957 au Minnesota Landscape Arboretum pour tester sa résistance au froid - 30°F.

    - Forsythia 'Week-end', une obtention de l'INRA, 2 à 3m de haut pour un étalement d'environ 2m, port dressé, ramifié, abondante floraison jaune d'or début du printemps courant mars.

    - Forsythia x intermedia 'Golden Peep' commercialisé aussi sous le nom de 'Courtalyn Golden Peep', de petite taille, compact d'environ 0.80m de haut, floraison précoce jaune d'or.

    - Forsythia x intermedia 'Karl Sax' recherché pour son feuillage brillant et doré.

    - Forsythia x intermedia 'Lynwood', 2.5-3 m de haut, floraison précoce février-mars jaune d'or.

    - Forsythia x intermedia 'Lynwood Gold', 2.5-3 m de haut, de la fin du printemps au début de l'été, floraison jaune vif.

    - Forsythia x intermedia 'Marée d'or', une obtention de l'INRA, 0.60-0.80 m de haut pour un étalement 1.50m voire plus car il se marcotte au port couvre-sol, idéal pour les rocailles, talus, plates-bandes ou simplement bac et larges potées.

    - Forsythia x intermedia 'Mélée d'Or', de petite taille 1m grand maximum pour un étalement identique, port buissonnant très compact, floraison jaune assez clair au milieu du printemps, feuillage virant au pourpre à l'automne, idéal pour les petits jardins, rocailles, bacs ou potées.

    - Forsythia x intermedia 'Spectabilis', 2-3 m de haut, très florifère à l'origine de nombreuses variétés horticole.

    - Forsythia viridissima 'Bronxensis', issu de semis, trouvé à New York en 1939 au jardin botanique du Bronx, port étalé, 30 à 50 cm de haut pour un étalement de 60 à 90 cm, au feuillage semi-persistant lancéolé vert clair, floraison jaune clair.

    Les autres espèces :

    - Forsythia europaea, Forsythie d'Europe, Forsythie des Balkans, endémique aux Balkans jusqu'à 1600m d'altitude, petite ère de répartition de - de 200km², présent en Albanie, Kosovo, Serbie et Monténégro, 1.50 à 2.50 m de haut, feuilles ovales caduques. Une espèce rare vue sa petite répartition mais non menacée en 2020, ce serait une survivante de la flore arctique.

    - Forsythia giraldiana Lingelsheim, Forsythie de Giraldi *, originaire de Chine dans la province du Séchouan, nommée 'Wa Qin Yi', avoisine 4 m de haut, tiges juvéniles pourpres, fleur jaune pâle en fin d'hiver.

    - Forsythia ovata Nakai, Forsythie de Corée, originaire de la péninsule coréenne nommée 'Gaenali' où elle est fort populaire l'annonciatrice de l'arrivée du printemps avec l'azalée, port arqué, environ 1.5 m de haut.

    Forsythia suspensa
    Alfred Riocreux (1820-1912)
    - Forsythia suspensa (Thunb.) Vahl. (1804), Forsythie suspendue, pleureuse ou pendante, découverte sur l'île de Honshü en 1775 ou 1776 lors d'une visite à la cour impériale du Japon par Carl P. Thunberg*, un des membres de l'ambassade de l'Hollande, présentée dans sa Flora japonica de 1784 sous le nom de Syringa suspensa, et sous ce même nom répertorié dans 'Hortus Breiterianus', le catalogue répertoire des plantes qui ont poussé dans le jardin botanique Breitersche de Leipzig par le célèbre jardinier botaniste allemand Christian August Breiter publié en 1817, on le retrouve en 1835 dans Flora japonica de Siebold et Zuccarini, donné être originaire de Mongolie, introduite au Japon au début de la période Heian entre 794 et 1185, mot qui signifie paix en japonais, certainement durant la période Nara (710-794) où l'influence chinoise dominait jusqu'au déclin de la dynastie chinoise des Tang.
    Elle avait été signalée auparavant en 1712 dans 'Amoenitatum exoticarum' publié par Engelbert Kaempfer qui l'avait découverte également lors d'un séjour au Japon, où il l'avait décrite sous son nom japonais 'Rengyö'.
    Un arbuste d'environ 3m de haut, au port grêle, arqué, pleureur, en avril floraison jaune d'or avec des feuilles simples et des feuilles à 3 folioles ovales, aiguës et dentées, celle du centre est plus grande, zones 4-9.
    Illustration ci-contre, aquarelle d'Alfred Riocreux dans la 'Revue horticole, journal d'horticulture pratique' sous la direction de M.J.A. BArral, vol. 33, entre les pages 290-291, publiée en 1861. Contribution de Harvard University Botany Libraries (BHL), cliquer dessus pour voir un grand format.
    Depuis le Japon, introduit en Hollande en 1833 par un néerlandais un certain M. Verkerk Pistorius, la seule personne de ce nom là parvenu de nos jours est Arnold Willem Pieter Verkerk Pistorius, un écrivain néerlandais né en 1838, décédé en 1893, qui a travaillé pour le compte d'une sucrerie à Java avant de devenir fonctionnaire aux Indes orientales.
    Depuis la Hollande, cette espèce n'est parvenue en Angleterre qu'en 1844 sans succès, les célèbres pépinières Veitch* d'Exeter la propose à nouveau en 1850 où elle reçoit un meilleur accueil. Les jardiniers américains la découvre dans des revues britanniques avec plaisir en 1846.

    - Forsythia suspensa var. sieboldii introduite en Angleterre par les pépinières Veitch, fleurissant pour la première fois en 1857, environ 6 m de haut, port retombant, aux longues et fines tiges pendantes que l'on peut palisser facilement, floraison jaune clair.

    - Forsythia suspensa var. fortunei (Lindl.) Rehder (1891), introduit en Angleterre en 1864, se distingue par son port érigé et étalé mais non pleureur. Leur nom sino-japonais est 'Kitatsi-gusa Rengyö' pour celui aux rameaux pendants et 'Itatsi-gusa' pour celui aux rameaux dressés.

    - Forsythia togashii H.Hara., - Forsythia viridissima Lindl. (1846), la Forsythie verte, nommée par les anglophones 'Greenstem forsythia', en allemand 'Grüne Forsythie', originaire de Chine, c'est Robert Fortune qui la découvre et l'introduit en Angleterre entre 1844 et 1845, se distingue par ses rameaux verdâtre bien dressés, au feuillage caduc à semi-persistant selon climat, feuilles elliptiques-oblongues à lancéolées, fleurs rarement solitaires d'un pâle jaune soufre légèrement vert, quelques cultivars sont aujourd'hui proposés, zones 5-9.


    Annotations :
    *Anthocyanes, il s'agit de pigments qui sont présents dans le feuillage, les fleurs et les fructifications, mot venant du grec 'anthos' qui désigne la fleur et de 'kuanos' qui désigne la couleur bleu sombre, elles ont des propriétés anti-inflammatoires.
    *Karl Sax (1892-1973), professeur de biologie et généticien américain qui oeuvre au Département de Biologie de l'Arboretum d'Arnold (Massachusetts) il fut le pionnier de la génétique et cytologie, ses recherches eurent des applications importantes en horticulture, il fit des essais sur les forsythia et il fut le premier à obtenir un cultivar tétraploïde ce qui signifie qu'il y a plus de deux jeux chromosomiques obtenues par exposition aux rayons X.
    *Giraldiani, en souvenir du missionnaire-botaniste collecteur italien Giuseppe Giraldi (1848-1901) qui séjourne en Chine entre 1890 et 1895 dans la province du Shaanxi (Shensi) et quelques espèces originaires d'Asie porte son nom comme un Callicarpa et Lonicera.
    *romans*, publication de B.D de 1960 à 1976 aux Éditions G.P, Collection Spirale d ’une série de 27 romans pour la jeunesse sur les aventures de Jacques Rogy, reporter au Clairon et de son chauffeur René, voir planche.
    *Sainte Barbe, vierge et martyre ( décédée 235), nommée par les chrétiens une jeune femme barbare, Barbara, la sainte patronne des sapeurs-pompiers, des soldats artilleurs et artificiers, des carriers et des mineurs, des tapissiers, chapeliers et fabricants de brosses.
    *syringine, présente dans l'écorce du syringa, utilisée aussi en phytothérapie.
    *Veitch., horticulteur-explorateur écossais John Gould Veitch (1839 – 1870), qui recueille des espèces à travers le monde pour le compte des célèbrissimes pépinières James Veitch & Sons (1808) d'Exeter, comté du Devon au sud-ouest de l'Angleterre qui les acclimatent avant de les diffuser par la suite dans les parcs et les jardins du reste de l'Europe. L'établissement a été rachetée en 1969 par St. Bridget Nurseries. Lire 'The House of Veitch', publiée en 2002 par la RHS*, toujours commercialisé.
    *Zabel, botaniste, dendrologue allemand Hermann Zabel (1832-1912), à partir de 1854 et durant 6 années, il assure la fonction d'assistant au Jardin botanique et au Musée de Greifswald, Mecklembourg-Poméranie occidentale, puis de 1869 jusqu'en 1895 directeur de l'Académie forestière de la ville de Hanovre-Münden. En 19911, Alfred Rehder lui dédie le genre Zabelia, 6 espèces originaires de l'Asie tempérée et Russie, famille des Caprifoliaceae une section du genre Abelia et des espèces sous la forme zabelii, zabeliana.
    Il est le spécialiste des fougères, il publie de nombreux ouvrages et catalogues dont 'Die Gattung Symphoricarpus', publié en 1887, sur les spirées 'Die strauchigen Spiräen der deutschen Gärten', en 1893 par P.Parey à Berlin.
    natacha mauric © 05/03/2000 ® Jardin! l'Encyclopédie.
    nmauric©05/03/2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.




compteur de visite pour blog gratuit