Punica granatum - Pomme punique, Grenadier à fruits
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Universita di Catania ©
    Nom commun : Grenadier commun, Grenadier à fruits, Pomme punique, Balaustier, Balanstier, Baloufié, Migranier ou Miougranié (provençal), nommé par les anglophones 'Pomegranate', en allemand Grenadierbaum, en arabel Shajarat alraman, en chinois* Shíliú shù se prononce chiliu chou, danois Granatæble træ, en espagnol Granadero, en finnois Granaattipuu, en italien Melograno, en japonais Zakuro, en portugais Romã, en russe Derevo granata, se prononce diérevo, en suédois Granatäpple träd.
    Nom latin : Punica granatum  L*, autrefois synonymes Punica spinosa  Lam., Punica florida  Salisb., Granatum puniceum  St Lag., Rhoea punica  St-Lag.
    famille : Punicaceae (Lythraceae).
    catégorie : arbuste ou arbrisseau à l'écorce toxique d'un gris brunâtre qui crevasse et se desquame en vieillissant, les jeunes pousses sont rougeâtres.
    port : buissonnant, évasé, ramifié depuis la base à une cime arrondie.
    feuillage : caduc, vert foncé, coriace brillant sur le dessus, très coloré à l'automne. Sur des rameaux grêles pouvant être épineux, petites feuilles (3 à 8 cm) mucronées opposées, oblongues-lancéolées à court pétiole légèrement rougeâtre, des feuilles souvent verticillées.
    floraison : de la fin du printemps à l'été (mai-Juillet/août selon le climat, avec la possibilit d'une légère remonte ensuite), nectarifère, pollinifère visitée par les abeilles.
    Fleurs (balaustes) bisexuées solitaires ou réunies en fascicules de 2 à 5 fleurs axillaires en forme de clochette à corolle formée de 5 à 7 pétales chiffonnés, caducs, de nombreuses étamines et deux rangs de carpelles, des fleurs pourvues d'un très court pédoncule et d'un calice persistant cylindrique charnu, coriace à 5 ou 7 courts lobes, calice infère qui contient un ovaire soudé, calice que l'on retrouve à la base du fruit.
    couleur : rouge-orangé, étamines rouges.
    fruits : la fructification à lieu entre la 3éme et 4éme année et ce jusqu'à environ la 20éme année. De septembre à octobre, gros fruits (grenades) globuleux (+ ou - 8cm) au péricarpe coriace qui à maturité vire au jaune- rouge-orangé, contenant dans 6 à 12 loges membraneuses blanchâtres de saveur âpre et de nombreuses graines triangulaires à arille translucide d'un blanc rosé, rose ou d'un rouge aux nuances uniques, qui donné naissance à la couleur rouge grenadine.
    Lorsque les grenades sont mûres, elles finissent par se fendre au bout de 15 à 20 jours, elles se fendent parce qu’elles regorgent de sucre, en Espagne ont dit qu’elles se moquent du cueilleur et celles qui sont brûlées par le soleil ont des graines blanches à l’intérieur.
    Dans une bonne grenade, les arilles bien tendres et juteuses à saveur aigrelette et sucrée, sont bien fondantes et agréables à consommer tel que.
    Ce sont des fruits très fragiles qu’il faut cueillir rouge et un par un en coupant la queue avec un sécateur et il faut les poser délicatement, ils peuvent être conservé au frais durant 5 à 6 mois.
    Chaque arbre produit 20 à 30 kilos de fruits qui ne mûrissent pas tous en même temps, la saison est de courte durée et la récolte s’effectue de la fin septembre à début novembre. En Espagne, les arboriculteurs de la région d’Elche ont vendus en 2017, le kilo de grenade 52 centimes d’euros.
    Pour ouvrir correctement une grenade il faut incise la peau au milieu de la grenade sans enfoncer la lame pour ne pas abîmer les graines et l’ouvrir avec les mains, à l'intérieur les loges doivent être bien dessinées. Ensuite au dessus d'un récipient, il suffit de la retourner et de tapoter la peau avec le dos d’une cuillère et les graines tombent toutes seules.
    croissance : rapide jusqu'à l'apparition de la première fructification par la suite sa croissance devient nettement plus lente.
    hauteur : 4 à 5 m pour un étalement d'environ 2 m.
    plantation : début printemps.
    multiplication : par semis à chaud au printemps dans un substrat sablonneux et humide en ayant pris soin auparavant de conserver les graines au frais, par bouturage (assez difficile) de tiges semi-ligneuses à la fin de l'hiver, par marcottage en été ou encore par greffage en écusson.
    sol : indifférent même aride et sec mais un sol assez neutre, riche, léger, drainé, pas trop frais serait l'idéal.
    emplacement : soleil.
    zone : 8 - 11 . Excellente résistance à la sécheresse avec une tolérance moyenne à la salinité ( sols, eaux saumâtres et embruns), tolère -15 °. Il a besoin d'un été et d'un automne chaud et sec pour fructifier, en gros cela correspond à la zone des agrumes, ailleurs il est préférable de le protéger ou de le rentrer durant l'hiver.
    origine : Asie occidentale, les avis sont partagés pour certains de Perse (Iran et Caucase) pour d'autres de l'ouest de l'Inde, spontané sur le pourtour du bassin méditerranéen, le pourtour de la mer Noire et de la mer Caspienne et de l'Asie centrale jusqu'en Afghanistan. Présent en France, le long de la méditerranéen et en Corse.
    entretien : si nécessaire taille de mise en forme au début du printemps, ne pas oublier que la floraison à lieu sur les anciennes branches, une taille entraîne l'absence de fructification au moins pour une période de 3 ans.
    Les grenadiers ont toujours eu des problèmes de floraison et fructification mais il faut savoir qu'un excès en eau peut provoquer la chute des fleurs.
    maladies et parasites : il est sensible aux araignées rouges, à de minuscules pucerons et il peut être sujet à l'oïdium.
    NB : son nom Punica  vient du latin 'punicus' qui désignait l'arbuste et signifie de Carthage, 'puniceus' désigne le rouge pourpré, son nom spécifique granatum  vient du latin 'granatus' qui signifie rempli de grains.
    Ce genre ne comprend que deux espèces d'arbustes caducs et de nombreux cultivars à fleurs simples ou doubles, de couleur blanche, jaune, rouge-orangé à rouge vermillon unie ou panachée, avec ou sans fruits, à la saveur plus ou moins acidulée avec ou sans graines, dont la résistance au froid est variable s'échelonnant entre -12° et -17°, l'un des plus connu :
    - Punica granatum  'Wonderful' cultivar de la fin du 19ème siècle originaire de Floride, d'environ 4.50 à 6.m de haut, étalement + ou - 3m, le feuillage vire au jaune à l'automne, floraison orange, recherché pour l'abondance de gros fruits d'un beau rouge à rouge pourpré, juteux acidulé, aux graines pas trop fermes, tolère jusqu'à -10°C; et le cultivar 'Early Wonderful' est un peu plus précoce de 2 ou 3 semaines.
    et des variétés naines comme Punica granatum  'Nana' qui sont recherchées pour confectionner des bonsaïs*.
    - Punica granatum  'Wonderful', cultivar du Floride, d'environ 4.50 à 6.m de haut, étalement + ou - 3m, le feuillage vire au jaune à l'automne, floraison orange, recherché pour sa forte productivité de gros fruits juteux légèrement aplatis d'un beau rouge à rouge pourpré contenant peu de graines, tolère jusqu'à -10°C. Idéal pour être utilisé dans les jardins secs ou dans les jardins en bord de mer, en sujet isolé oudans les massifs arbustifs et antrer dans la composition de haies libres.
    Depuis des millénaires dans le sud-est de l’Espagne, la province d’Alicante et les alentours de la ville d’Elche* consacrent leurs terres calcaires et salines* à la production de la plus douce des grenades, la 'Mollar d’Elche' une appellation d’origine contrôlée, un superbe fruit particulièrement riche en antioxydants, idéal en cuisine de saveur aigre douce, parce qu’il peut être travaillé tel quel sans devoir enlever les graines; ils y cultivent également la Valenciana et la Wonderful.
    La grenade a été nommée par les Romains 'Pomme punique' ou 'Pomme carthaginoise' (Punicum laum pomum) après l'avoir découverte à Carthage (Tunisie) où elle aurait été introduite comme dans le reste de l'Afrique par les Phéniciens. Après les guerres puniques*, ce serait les Carthaginois qui l’auraient introduite dans les pays méditerranéens puis par la suite ce serait les Arabes qui l'apportèrent en Espagne.
    A travers les siècles et civilisation elle fut tour à tour le symbole de la fécondité, de la postérité et de l'éternité, parfois liée aussi à l'érotisme.
    La grenade et le grenadier font partie des plantes saintes, présents dans l'Ancien Testament. Dans la tradition persane, il est l'arbre du Paradis ou l'arbre de vie, en bonne place au Jardin du Paradis.
    Vous pouvez le retrouvé représenté sur certains bas-reliefs du temple de Karnak (Égypte), sur des mosaïques byzantines (fin du 6ème siècle) à Qasr el-Libia en Libye, un arbre de vie au-dessus de deux pintades*, également représenté en Jordanie dans un pavement du baptistère de l' église de la Vierge à Madaba et la grenade estreprésentée sur des sculptures assyriennes et dans des mosaïques toujours à Qasr el-Libia.
    Les Grecs la considéraient comme le symbole de la fertilité, elle était d'ailleurs dédiée à la déesse de l'amour et des plaisirs Aphrodite et à Héra la déesse du mariage légitime qui fut l'épouse de l'infidèle Zeus, c'est elle qui enverra aux enfers Perséphone pour en avoir prélevé un grain de celle que lui présenta Hadès; ce fut aussi l'un des attributs de Dionysos.
    La grenade avait une place importante dans la mythologie grecque, elle est associée à l’enfer, au cycle de la mort et à Hadès*, elle est donc étroitement liée au cycle de la vie, de la naissance à la mort.
    Ce précieux fruit des dieux symbole d’amour, de fertilité, de beauté et d’éternelle jeunesse, est présent dans un grand nombre de légendes et elle est finalement associée à la plus part des religions avec cette valeur symbolique, mais c’est aussi le fruit des Enfers auquel succombe Perséphone pour y rester avec Hadès.
    Traditionnellement en Espagne, les jeunes mariées portent des couronnes de rameaux de grenadier, symbole de la fécondité et le nombre de graines contenues dans la grenade correspond au nombre d’enfants à venir, et dans la religion catholique on trouve de nombreuses représentations de la Vierge (Madonna della melagrana) tenant une grenade dans la main droite, comme la Vierge de Sandro Botticelli, un tondo* de 143,5 cm une peinture sur bois datant de 1487 environ, conservé à la Galerie des Offices à Florence et d’autres avec un enfant dans son bras gauche et dans la main une grenade partiellement éclatée.
    Au musée de Ferrare se trouve la Madonna de la Melagrana (1408) la première œuvre du siennois Jacobo della Quercia appelée par les habitants la Madonne blanche (Madonna bianca) tailler dans un marbre blanc la Madonna del pane porte l’enfant qui tient dans sa main du pain et une grenade et il en existe certainement beaucoup d'autres représentations, ailleurs.
    On retrouve à Elche*, la grenade représentée sur la basilique Sainte-Marie aux tuiles bleues, ville où d'ailleurs il y a une soixantaine d’année des archéologues ont découvert une grenade carbonisée datant du Ier siècle avant Jésus-Christ et des céramiques en forme de grenade.
    Elle fut introduite en Europe dans le courant du 8ème siècle par les Arabes via l'Espagne où elle fut abondamment cultivée en Andalousie dans la province qui portera son nom, ainsi que la ville d'Elvira, qui sera rebaptisée Grenade* au11 siècle par Zawi ibn Ziri, premier roi de la dynastie berbère-ziris (1012-1090).
    Propriétés et utilisations :
    La grenade super fruit aux multiples biens faits et vertus est considérée comme l’un des fruits médicinaux les plus anciens de l’humanité présent sur des bas-reliefs et des papyrus égyptiens, un alicament que des études scientifiques attestent, dont la consommation et la production augmente dans le monde entier notamment en Espagne, Iran, Israël, Maghreb, Turquie, etc...
    une copie du papyrus Ebers datant de la 13e dynastie, l’un des plus ancien traité de médecine, il est exposé au Musée du Caire, son parfait état de conservation a permis d’y découvre que la peau était utilisée à des fins médicinales pour ses effets antibactériens et antiparasitaires, des tests cliniques et des essais ont effectués à Alicante (Espagne).
    Dans un cimetière dans l’oasis de Dakhla au sud-ouest du Caire, Lana Williams une chercheuse de l’Université de Floride, a mené des fouilles avec d’autres chercheurs sur 800 sépultures dont 124 de bébés, sur les pratiques sexuelles des Égyptiens, les résultats publiés dans la revue live sciences 2023 mai-juin relatent qu'ils ont découvert que les égyptiens utilisaient des préservatifs, des spermicides et la recette a été retrouvée dans des textes anciens, elle indique que la grenade était utilisée comme contraceptif oral.
    La grenade est riche en vitamines C, B et E, en minéraux et en oligo-éléments (notamment calcium, cuivre, fer, magnésium, manganèse, phosphore, potassium, silicium, sodium, soufre et zinc), riches en acides gras, Omega 5, en endociane, en acides punissiques qui ont des effets sur l’acné et qui réduit le cholestérol ainsi que le taux de sucre d’environ 14%.
    Les arilles se croquent tel que fraîches, se consomment en jus frais, un jus qui laisse sur les vêtements des marques indélébiles. elles entrent dans la confection de confitures et gelées, de desserts, salades composées sucrées ou salées, sorbets, sirops dont la célèbre Grenadine (aujourd'hui celles que l'on vous propose dans le commerce n'en contiennent plus une goutte, hélas!), de pur jus de grenade, de boissons acidulées, de vins et la mélasse de grenade, plus épaisse que le sirop traditionnel, un ingrédient largement utilisé dans la cuisine arabe qui consiste en une réduction de jus de grenade, une forte proportion de sucre et jus de citron, pour obtenir en fin de cuisson un liquide sirupeux d'une belle consistance couleur rubis, utilisé dans la préparation de cocktails, desserts, marinades et la muhammara, crème de poivrons à la grenade que l'on cuisine en Syrie.
    Dans les jus en provenance du sud de l'Espagne la peau et la membrane à l’intérieur sont réduites en poudre, et rajoutées en petite quantité au jus riche en antioxydants et minéraux.
    Autrefois elle était trop souvent utilisée juste pour décorer un dessert, une pâtisserie aux fruits, de nos jours les cuisiniers andalous proposent durant la période de récolte plusieurs plats à base de grenades, exemple de recette entraperçue lors d'une émission, des œufs d’oursins au vinaigre pimenté et au jus de grenade, également des huîtres marinées à la grenade, avec une sauce composée de vinaigre vin de riz, soja, piment, graines de grenade et graines de sésame noir avec sur le dessus des rondelles d’oignons rouge marinés avec des herbes, désolée je n'ai pas eu le temps de noter les recettes.
    L'écorce de la grenade servait à confectionner un pigment noir (avec du fer) qui était employé pour faire des encres, teindre les étoffes et les laines utilisées pour la confection de tapis. Employée aussi pour le tannage des cuirs, et avec le feuillage était obtenu un pigment jaune.
    Depuis la nuit des temps dans les pharmacopées traditionnelles l'écorce du fruit qui est riche en tanins et en alcaloïdes comme la pipéridine, l'isopelletiérine et la pelletiérine (un alcaloïde huileux présent aussi dans l'écorce de l'arbuste et dans celle des racines), une substance qui a forte dose est toxique, provoquant des intoxications graves entraînant nausées, céphalées, crampes, vertiges, ayant des effets sur le système nerveux central, pouvant entraîner des troubles neuromusculaires sérieux, voire la mort.
    Les écorces ont des propriétés astringente, antidiarrhéique, antibactérienne, emménagogue et antihémorragique, anti-inflammatoire, antirhumatismale et anthelminthique, vermifuge.
    Elles sont surtout réputées et utilisées comme déparasitant intestinal (ténias et ascaris), et couramment prescrites pour traiter entre autre les maux de gorges, les troubles intestinaux, diarrhées et dysenteries, les affections vaginales, leucorrhées, prolapsus, spermatorrhée et hyperménorrhée.
    Les fleurs appelées balaustes peuvent entrer dans des compositions de fleurs sèches, car elles conservent longtemps leur couleur vive et par macération on obtient un beau pigment rouge, elles ont des propriétés astringente, antidiarrhéique, emménagogue et antihémorragique, prescrites en décoction pour traiter elles aussi diarrhées et leucorrhées.
    Dans l'industrie pharmaceutique, l'écorce entre dans la composition de vermifuges ou onguents, prescrite en homéopathie humaine et vétérinaire, on en extrait aussi une huile essentielle.
    Les graines et le feuillage contiennent des substances oestrogènes.
    Des médecins recommandent aux patients qui suivent une chimiothérapie de consommer des grenades et des chercheurs britanniques et espagnoles mènent de concert des recherches sur les effets de la grenade sur la maladie d'Alzheimer, elle aurait la possibilité de retarder son apparition, en 2017 elle n'était pas encore testée sur l’homme.
    Autres espèces ou cultivars présents dans l'Encyclopédie :
    - Punica granatum  'Legrelliae', Grenadier à fleurs doubles, consulter sa fiche.
    - Punica granatum  'Nana', Grenadier nain, consulter sa fiche.
    - Punica granatum  'Pleniflora', 'Flora plena' ou 'Flora Pleno', Grenadier à fleurs doubles, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *Grenade, la ville de Grenade était appelée par les arabes 'Granata al Jawud', qui se traduirait par 'Grenade des Juifs'.
    Les courses de Grenade et la grenade sont citées dans le traité de médecine arabe dans l’Espagne musulmane, le Kitâb al-Taysîr de Ibn Zuhr de Séville, traduit par Fadila Bouamrane réédité en 2010 par le centre national du livre à Paris.
    *bonsaïs, le bonsaï de grenadier se nomme en japonais Hime-sekiryu, découvrir le diaporama de la collection de bonsaïs centenaires de Happo-en à Tokyo (plugin diaporama pour Windows).
    *chinois, dans la pharmacopée chinoise la grenade est appelée 'Shi Liu'.
    *Elche, région où se trouvent plusieurs parcs naturels dont celui de las Salinas et celui del Hondo, des lieux visités par des colonies d'oiseaux dont les flamands roses qui y abritent leurs nidifications, c'est la région où à la Alcudia, le mercredi 4 août 1897 Manuel Campello, un ouvrier agricole âgé de14 ans découvre le buste en pierre calcaire de la Dama de Elche 56 cm x 45 x 35 épaisseur )surnommée la Reina Mora, datant de l’époque ibère, à découvrir au Musée archéologique national de Madrid après un long séjour au Musée du Louvre car 14 jours après sa découverte elle a été vendue à un français, la découvrir.
    La palmeraie d'Elche (El Palmeral) a été inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en l’an 2000.
    *guerres puniques au nombre de 3 qui durant quasiment un siècle opposèrent la Rome antique et la civilisation carthaginoise.
    *Hadès, Hadès (Pluton pour les Romains) est le dieu des morts, frère de Poséidon le dieu de la mer et de Zeus le dieu suprême.
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    *pintades, connues sous le nom de poules de Numidie (Numida meleagris) ce sont les oiseaux du Paradis; découvrir avec l'arbre de vie et la grenade les emblèmes du Paradis, rédigé par Jean-Marie Lamblard docteur en ethnozoologie et spécialiste du monde méditerranéen, le18 octobre 2006.
    nmauric©19/06/2000 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.

pleine récolte de grenade en septembre - octobre

un compteur pour votre site