Ludisia discolor  'Dawsoniana' - Orchidée bijou
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Maja Dumat © 2012
    Nom commun : Ludisia discolor, Orchidée bijou, nommée par les anglophones 'Jeweled Ludisia', 'Jewel Orchid' en chinois xue ye lan'.
    Nom latin : Ludisia discolor  (Ker.-Gawl.) A. Rich.*, synonymes Goodyera discolor  Ker Gawler, Anoectochilus dawsonianus  H. Low ex H. G. Reichenbach, Gonogona discolor  (Ker Gawler) Link, Haemaria dawsoniana  (H. Low ex H. G. Reichenbach) J. D. Hooker, Haemaria discolor  (Ker Gawler) Lindley, , Haemaria discolor var. dawsoniana  (H. Low ex H. G. Reichenbach) B. S. Williams, Haemaria otletae  Rolfe, Ludisia dawsoniana  (H. Low ex H. G. Reichenbach) Averyanov, Ludisia furetii  Blume, Ludisia odorata  Blume, Ludisia otletae  (Rolfe) Averyanov, Neottia discolor  (Ker Gawler) Steudel, Orchiodes discolor  (Ker Gawler) Kuntze.
    famille : Orchidaceae (Spirantoideae)
    catégorie : orchidée, épiphyte terrestre à tiges épaisses charnues d'un rouge verdâtre.
    port : érigé ou étalé presque rampant.
    feuillage : persistant, épais, vert sombre velouté sur le dessus lui donnant des reflets irisés, revers rougeâtre et lisse, nervures longitudinales très marquées de teinte vieux rose. 3 à 5 feuilles basales, épaisses, opposées, larges, (7-8cm x 4 cm) ovales à oblongues à pétiole (2cm) engainant.
    floraison : en hiver (novembre à février, en Asie de février à avril), durant 2 à 3 semaines. Sur une longue tige duveteuse de 20 à 25cm, hampe florale composée de plus de 10 fleurs asymétriques (1 à 1.5cm) , bractées membraneuses lancéolées.
    couleur : blanc nacré et jaune d'or pour les anthères, bractées d'un rose rougeâtre, verdâtre vers la base, ligne médiane plus foncé.
    fruits  : petites capsules contenant des graines qui sont dans leur milieu naturel disséminées par les fourmis.
    croissance : moyenne.
    hauteur : 0,20 à 0,40cm en tenant compte de la hampe florale
    rempotage : tous les deux ans environ.
    multiplication : par bouturage de morceaux de tiges que l'on laisse cicatriser à l'air libre avant de planter dans un substrat léger, dans de l'eau (mettre un morceau de charbon pour éviter le pourrissement) ou par division de la touffe, il est évident qu'elle se développe mieux si on évite de trop la diviser.
    sol  : terreau enrichi et bien drainé ou substrat pour orchidée.
    exposition : lumineuse pas trop de soleil direct qui peut brûler le feuillage et le rendre moins coloré.
    arrosages : conserver le substrat humide durant la période de végétation (hiver) après la floraison ralentir.
    engrais : tous les 3 semaines environ un engrais pour orchidée.
    origine : dans les vallées du nord-est de l'Inde dans la chaîne du Nil-Gheries, Birmanie, Thaïlande, Cambodge, Vietnam, Laos et les Philippines, Bornéo et Malaisie , elle aurait été introduite au sud de la Chine ( au sud de la province du Guangdong, dans la région autonome du Guangxi, au sud du Hainan, au sud et sud-est du Yunnan et à Hong-Kong). L'espèce type est terrestre ou lytophyte, présente en zone tropicale humide, dans les vallées, le long des cours d'eau sur les berges rocheuses jusqu'à 1300m d'altitude.
    zone  : 9-12. Maintenir à une température entre 17 et 34°, si le substrat est tenu complétement à sec résiste bien en extérieure jusqu'à 5°C.
    entretien : juste couper la hampe florale après la floraison.
    NB : son nom Ludisia  selon les auteurs lui aurait été donné en 1825 par A. Richard que d'autres contestent en citant Blume, en 1818 elle avait été décrite sous le nom de Goodyera discolor  par John Ker-Gawler; en 1826 John Lindley* l'avait été intégré au genre Haemaria , son nom spécifique discolor  signifie à deux couleurs, faisant référence à son feuillage.
    L'Orchidée bijou si on la trouve est vraiment la plante idéale pour ceux qui souhaitent débuter dans les orchidées, la plus couramment commercialisée était Ludisia discolor var. dawsoniana . Aux États-Unis, il existe de nombreux cultivars issus de croisement entres les variétés ci-dessous et d'autres espèces d'orchidée bijou (Cyclopogon , Cystorchis, Dossinia, Goodyera, Macodes, Macradenia Nephelaphyllum) , et par exemple, lorsqu'il y a des croisements entre Ludisia x Macodyera  l'hybride se nomme Macodisia  et Ludochilus  lorsqu'il y a croisement entre Ludisia discolor  et Anoectochilus formosanus.
    Propriétés et utilisations :
    Dans la pharmacopée traditionnelle chinoise, elle est prescrite fraîche ou séchée (décoction) pour traiter la toux, les hémoptysies, les saignements et l'insuffisance rénale, elle aurait aussi des propriétés sédatives.
    Parmi les cultivars et les hybrides :
    Ludisia discolor var. nigra  se distingue par un feuillage noir velouté avec la nervure médiane plus claire, sa floraison est blanche, aurait une croissance nettement plus lente.
    Ludisia discolor var. nigrescens  'Ambrosia', feuilles d'un noir velouté, nervure médiane d'un vert chartreux pétioles et tiges rougeâtres.
    Ludisia discolor  'Dawsoniana', ‘Black Velvet’, ‘Emerald Velvet’, etc..
    Ludisia discolor var. ordeana  tiges vert clair, feuillage vert moyen aux nervures blanc- crème, floraison blanche.
    Ludisia discolor var. rubrivenia 
    Ludisia discolor var. alba  serait synonyme de Ludisia discolor var. ordiana  feuillage vert foncé velouté finement veiné de blanc et légèrement rosé sur les marges, floraison blanche.
    G. Loddiges (1827)*

    Le Monde des Orchidées :
    Anatomie et glossaire des orchidées, lire la suite.
    Comment bien choisir une orchidée, lire la suite.
    Les erreurs les plus fréquentes dans leur entretien, maladies et parasites, lire la suite.
    La fécondation d'une fleur de vanillier, lire la suite.
    Le rempotage des orchidées, lire la suite.
    Les différentes espèces d'ordichées cultivées, et quelques sauvages, consulter la liste s'ouvre dans un pop-up.

    Annotations:
    *A.Rich. abréviation botanique pour le médecin-botaniste parisien Achille Richard (1794-1852), en 1831 il enseigne la botanique à la faculté de Médecine de Paris, élu en 1834 membre de l’Académie de médecine. On lui doit de nombreux ouvrages médicales, pharmaceutiques liés aux plantes; la 'Monographie des Orchidées des îles de France et de Bourbon' (1828) et la 'Monographie des Orchidées recueillies dans la chaine des Nil-Gherries'(Indes-Orientales) (1841) en collaboration avec G. S Perrottet qui y séjourna durant 2 années, où il collecte 38 espèces d'Orchidées dont le Goodyera .
    * Lindley botaniste britannique John Lindley (1799-1865) qui fut l'un des premiers à occuper une chaire de botanique à l'Université de Londres et de Cambridge et l'assistant de Bank's, nommé en 1822 secrétaire de la Royal Society of Horticultur. Spécialiste des orchidées et de leur hybridation, on lui doit les descriptions des 77 espèces découvertes par Thomas L. Mitchell lors de ses 3 expéditions en Australie orientale vers 1838 et par la suite celles découvertes en Australie occidentale par Drummond et Molloy. En 1838, son intervention permis de sauver Kew garden de la destruction.
    * G. Loddiges (1827) Illustration planche 271 de S. Edwards dans Botanical Register, volume 4 (1818), contributed by the Missouri Botanical Garden, U.S.A.
    - nmauric©12/05/2004 - - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site