Musa basjoo - Bananier japonais, Basjoo, Bashô
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Basjoo, Bashô, Bananier japonais, Bananier à fibres, en chinois 'Bà jiào' qui signifie plantain (les deux mots désigne la banane) nommé par les anglophones 'Japanese banana, Japanese fiber banana'.
    Nom latin : Musa basjoo  Sieb. & Zucc.* ex Iinuma, synonymes Musa basjoo var. basjoo , Musa basjoo var. lushanensis  (J.L.Liu) Häkkinen, Musa basjoo var. luteola  (J.L.Liu) Häkkinen, Musa japonica  Thibaud & Keteleer est invalide, Musa japonica  Hort.* Veitch.* pas reconnu par tous.
    famille : Musaceae.
    catégorie : vivace à pseudo-tronc émettant des rejets à la base du cormus. Elle se meurt après la floraison.
    port : dressé, évasé.
    feuillage : persistant, épais, vert moyen, revers glauque, limbe fortement nervuré. Longues et étroites feuilles de 1 à 1.50 x 0.50 m.
    floraison : de l'été à l'automne. Une inflorescence à bractées cernant des rangées de petites fleurs tubulaires, les femelles sont en partie haute. La pollinisation est assurée surtout par les chauves-souris puis les colibris.
    couleur : jaune-blanc, bractées d'un brun rouge.
    fruits : bananes astringentes ayant un goût désagréable, contenant de très nombreuses graines riches en tanins.
    croissance : rapide.
    hauteur : 3 à 5 m.
    plantation : printemps.
    multiplication : semis à chaud 22 à 24°C après trempage durant 72 h dans de l'eau tiède, dès maturité des graines car elles ont une durée de vie limitée à 2 ans, compter pour la levée entre 6 et 24 mois. Au printemps, par division des rejets avec ses racines.
    sol : riche, humifère, frais, drainé.
    emplacement : soleil, mi-ombre lumineuse, à l'abri du vent.
    zone : 8, bonne résistance au froid, il est cultivé dans nos jardins.
    origine : au Japon, il est dit qu'il serait natif de Chine et l'inverse en Chine, présent dans la péninsule coréenne. Introduit en Europe depuis septentrionale île d'Hokkaïdo via le sud de l'Angleterre aux alentours de 1887/88.
    entretien : supprimer les feuilles abîmées. Cette espèce peut être cultivée en pleine terre ou dans des potées ou encore plantés au jardin au printemps et rempoté à l'automne.
    maladies et ravageurs : attention les bananiers peuvent être l'hôte des pontes, larves et chenilles de la teigne du bananier Opogona sacchari un papillon originaire d'Afrique tropicale humide, répandu aux Amériques, aux Antilles et en Asie que l'on peut retrouver sur certaines espèces de plantes ornementales dans les serres des producteurs et celles offertes à la vente dans quasiment toute l'Europe dont la France.
    Les larves et chenilles durant une cinquantaine de jours creusent à la base des stipes des galeries qui provoquent le dépérissement de la plante hôte*
    Le cycle biologique est d'environ 3 mois, sous climat ou les températures tout au long de l'année avoisinent les 15°C, il peut y avoir facilement 8 générations/an.
    L'arrêté NOR: AGRG0600353A du 13 février 2006, paru au Journal Officiel de la République Française du 22 février 2006 rend obligatoire la lutte contre ce papillon sur l'ensemble du territoire national, consulter l'arrêté format pdf.
    NB : son nom Musa  (1753) viendrait de la latinisation du nom de la banane en arabe 'mauz, moùz, muz'. Linné découvre que c'était le nom du médecin grec de l'Empereur Auguste, Antonius Musa était le frère du célèbre Euphorbius*, médecin de Roi Juba II, roi de Mauritanie, qui fut l'un des premiers à prescrire certaines espèces de Euphorbia comme plante médicinale. Antoine Musa nous a laissé deux ouvrages 'Examen des simples' et 'De Herba vettonica' un Traité sur la bétoine.
    Son nom spécifique basjoo  vient de son nom en japonais 'Bashô' qui désigne le genre, c'est le pseudonyme d'un des 4 maîtres du haïku* japonais Bashô Matsua (1644 - 1694) né Kinsaku Matsuo, fils de samouraï qui vécut durant l'ère Edo, fondateur de l’école de Shômon. C'est lorsqu'il devient moine qu'il choisit ce pseudonyme lorsqu'il planta un bananier offert par l'un de ses disciples. L'intégral de ses Haïkus est toujours édité 'Seigneur ermite, L'intégrale des haïkus, Bashô' dernière parution en 2012 à La Table Ronde.
    Propriétés et utilisations :
    Les feuilles sont utilisées pour couvrir des toitures, emballer les aliments pour le transport, lors de la cuisson dans la cendre ou au four, avec le pseudo-tronc elles sont données comme fourrage au bétail.
    Autrefois dans les îles Ryukyu et actuellement à Ôgimi dans la préfecture d'Okinawa, les feuilles et les gaines foliaires servent à la fabrication d'une toile kijôka-bashofu (bashofu = fibres de banane) pour réaliser des vêtements traditionnels tissés et tricoter la fibre pour confectionner des costumes de samouraïs, idem avec les fibres des bananes.
    Ce genre ne comprend plus que 71 espèces originaires des zones tropicales; sur 194 noms scientifiques The Plant List en a retenu en mars 2012 que 71.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Musa coccinea  Andrews, synonyme Musa uranoscopus  Lour., Bananier rouge, consulter sa fiche.
    - Musa ornata  Roxb., Bananier d'ornement, consulter sa fiche.
    - Musa x paradisiaca  L., Bananier des Sages, Figuier d'Adam, consulter sa fiche.
    - Musa ventricosa  JF. M. J. Welwitsch, synonyme Ensete ventricosum  (Welwitsch) Cheesman, l'Ensète, Bananier d'Abyssinie, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *Sieb. & Zucc. abréviation botanique pour le médecin naturaliste bavarois Philipp Franz Balthazar von Siebold (1796-1866) auteur de la très célèbre Flora japonica, publiée entre 1835-1870, en collaboration avec le botaniste allemand Joseph Gerhard Zuccharini (1797-1848) a qui l'on doit l'introduction en Europe via ses établissements de Leide (Pays Bas) de nombreuses espèces de la flore japonaise dont les premiers hydrangea japonais entre 1860 et 1861.
    Flora japonica en 30 volumes avec des illustrations d'artistes japonais tel que Keiga Kawahara, descriptions et dessins consultables sur le site de l'université de Kyoto.
    *Hort., abréviation de la nomenclature botanique qui vient du latin 'hortulanorum' qui signifie des jardiniers, qui désigne un horticulteur inconnu.
    *4 maîtres du Haïku japonais, Bashô Matsua, Kobayashi Issa (1763-1827) auteur du recueil Wa ga haru shu (Mon printemps) en 1811, Yosa Buson né Buson Taniguchi (1716–1783) Le parfum de la lune, et Shiki Masaoka, né Tsunenori Masaoka (1867-902) considéré comme étant le père du Haïku moderne.
    *Veitch., abréviation de la nomenclature botanique pour l'horticulteur-explorateur écossais John Gould Veitch (1839 – 1870), spécialiste du genre pour le compte des célébrissimes Pépinières James Veitch & Sons (1808) d'Exeter dans le Comté du Devon au sud-ouest de l'Angleterre.
    - nmauric© 15.09. 2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site