Rubus chamaemorus - Plaquebière, Mûre arctique blanche
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Alexander Romualdov ©
    Nom commun : Plaquebière , Mûre blanche de l'Arctique, Ronce des tourbières, Ronce petit-mûrier, Mûre blanche, Mûre des marais , Margot, au Québec Chicouté, (Chicoutai) Blackbière, nommée par les anglophones 'Cloudberry Bakeapple', en allemand 'Moltebeere' en Finlandais 'Suomuurain, Hilla, Lakka', en Russe 'Moroshka'.
    Nom latin :  Rubus chamaemorus L.*
    famille :  Rosaceae.
    catégorie : vivace dioïque aux rhizomes ligneux rampants et aux courtes tiges d'un rouge pourpré.
    port : couvre-sol traçant.
    feuillage:  caduc, vert franc, gaufré, rugueux. Sur chaque ramet (rameaux) de 2 à 4 feuilles de 5 à 7 lobes arrondies et dentées sur un pétiole de 3 à 7 cm de long. Le bourgeon est protégé durant l'hiver par des écailles.
    floraison : fin du printemps, début de l'été selon latitude courant mai-juin jusqu'en juillet. Une fleur par pied, corolle à 5 larges pétales qui se chevauchent, large couronne d'étamines, les femelles sont plus grandes, mais les mâles sont en plus grand nombre et riche en nectar.
    Cette floraison est vraiment liée aux conditions météorologiques et aux pluies qui peuvent anéantir floraison et fructification, la cueillette est un vrai marathon avec les moustiques.
    couleur :  blanc pur.
    fruit : courant juillet-août, petites drupes d'environ 1,5 à 3 cm, orangé devenant translucide, dans un calice jaune orangé veiné de rouge. Elles mûrissent en 40 /45 jours, consommable durant juste 2 semaines, la dispersion des graines très dures est assurée par les oiseaux notamment les oies, les grands tétras et les tétra-lyres.
    croissance : très lente.
    hauteur : 0.15 à 0.25 m.
    plantation : au printemps en prenat soin de mettre les rhizomes entre 10 et 15 cm de profondeur.
    multiplication : semis spontané, prélèvements de rhizomes et par marcottage.
    sol : frais , humide, acide pH entre 3,5 et 5, naturellement pousse dans les tourbières de sphaigne.
    emplacement :  soleil et mi-ombre.
    entretien: sans.
    zone : 2 - 9. Tolère aisément en dessous de - 40 ° C, ne supporte ni la sécheresse ni le sel.
    origine : dans les mousses et les marécages dans l'hémisphère nord, latitude entre 78 ° et 54 °, au Nord de l'Amérique du Nord, de la Colombie britannique au Yukon, dans tous le Canada y compris le cercle arctique, au nord de la Scandinavie, dans la toundra et la taïga au nord de la Russie dont République de Carélie et les états Baltes avec quelques rares stations en Irlande du Nord, en Allemagne dans les landes de Basse-Saxe, dans les vallées de l'Elbe et de Weser.
    Des essais d'acclimation et de culture sont en cours dans le massif des Carpates, région des Hautes Tatras.
    maladies et ravageurs : les larves et les adultes d'une espèce de coléoptère la Galérucelle de la Sagittaire Galerucella sagittariae  se nourrissent de son feuillage
    NB : son nom Rubus  désigne le genre en latin, mot venant de du latin 'ruber' qui signifie rouge et son nom spécifique chamaemorus  vient du grec 'chamai' qui signifie à terre, petit, et du latin 'morus' qui désigne la mûre, pour nous indiquer qu'elle pousse près du sol.
    Ce genres comprend selon les flores entre 270 et 700 espèces de vivaces herbacées, d'arbrisseaux, d'arbustes ou de ronces grimpantes, originaires des zones tempérées de l'hémisphère Nord, dont 208 présentes en Chine dont 139 endémiques.
    La chicouté est la vedette dans les pays nordiques, en 1982 la Russie a édité un timbre en son honneur, en 2005 en Finlande.
    Propriétés et utilisations :
    Dans la pharmacopée traditionnelle russe, la mûre est réputée pour ses propriétés antiseptiques. Les mûres séchées avec le calice, sont prescrites pour soigner les maux de gorge, la toux, les troubles circulatoires, et surtout les brûlures, après Tchernobyl elle était recommandé aux personnes ayant été irradiées car elle est très riche en vitamine C (autant que l'argousier), elle contient 0,4 à 0,8 % d’acide citrique et sa teneur en sucre de 4 à 5 %.
    Les mûres sont consommées crues ou cuites, avec on confectionne des confitures, des crèmes, des glaces, des jus, des gâteaux, des sauces et des boissons alcoolisées comme le kvas ou la Lakka une liqueur de Laponie.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Rubus fruticosus , Ronce à fruits, consulter sa fiche.
    Rubus ideaus  L, Framboisier du Mont Ida, Framboisier, consulter sa fiche.
    Rubus odoratus , Ronce odorante, Calotte, chapeau rouge, framboise plate, consulter sa fiche.
    Rubus phoenicolasius , Ronce du Japon, framboisier du Japon, consulter sa fiche.
    Rubus pubescens , Catherinette, consulter sa fiche.
    Rubus thibetanus , Ronce du Tibet, consulter sa fiche.

    Annotations :
    * L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772.En 1738, il fonde l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier, le plus riche de son époque ne contenant que 7000 plantes.
    Auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum'.
    - Michel Verdon & mauric©07/04/01 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site