Rubus idaeus - Framboisier, Ronce du Mont Ida
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Rubus idaeus
    Photo C. Baral © Démons & Merveilles
    Nom commun : Framboisier du Mont Ida, Ronce du Mont Ida, Framboisier, Ronce frambroisier, Framboisier, en provençal Frambousié, Amourèu, nommé par les anglophones 'Red Raspberry', 'European raspberry'.
    Nom latin : Rubus idaeus  L*, synonyme Rubus buschii  (Rozanova) Grossh., Rubus chrysocarpus  Celak. ex Hayek, Rubus fragrans  Salisb., Rubus frambaesianus  Lam., Rubus glaber  Mill. ex Simonk., Rubus idaeus  L. subsp. subcandicans  Borbás, Rubus laevis  Scop., Rubus laevis  Delarbre, Rubus sericeus  Gilib., Rubus vulgatus var. buschii  Rozanova
    famille :  Rosaceae, section Idaeobatus.
    catégorie : arbuste ou arbrisseau vigoureux à enracinement superficiel drageonnant, d'une durée de vie avoisinant les 10 à 15 ans; aux cannes brun-rouge plus ou moins couvertes d'aiguillons rougeâtres. Les pousses de l'année sont pruineuses.
    feuillage : caduc, vert franc au revers d'un blanc velu, fortement nervuré donnant un aspect gaufré, marge irrégulièrement dentée, jeunes feuilles d'un vert chartreux cuivré. Feuilles stipulées alternes (± 12cm x 5) imparipennées à 3 - 5/7 folioles inégales, ovales à rhomboïdes, la terminale est plus grande.
    port : dressé, ramifié.
    floraison : longue de mai à septembre, nectarifère et mellifère visitée par les abeilles. Sur les pousses latérales de l'année précédentes, panicules de nombreuses fleurs (± 1cm), lovées dans un calice étoilé à larges sépales lancéolés étalés ou réfléchis, d'un vert soutenu au revers velu. Grappes terminales de fleurs autofertiles à 5 pétales lancéolés. Boutons floraux tomenteux ovales, pointus d'un vert blanchâtre.
    fruits : le deuxième été, baies oblongues poilues, composées de petites drupes (drupéoles) charnues, parfumées juteuses rouge clair, rouge-orangées à rouge carmin voire pourpre à saveur acidulée, sucrée, contenant chacune une graine (1mm) blonde ovale légèrement réniforme toute crevassée.
    Pour les non-remontants sur les rameaux de l'année précédente, courant juin/juillet/août selon la variété et le climat durant 2 ou 3 semaines.
    Pour les remontants, la première récolte a lieu courant juin sur les rameaux latéraux de l'année précédente, et la deuxième sur les rameaux de l'année vers la fin de l'été à l'automne. Il existe des variétés à fruits jaunes, pourpres et noires.
    couleur : blanc crème à blanc cassé, couronne d'étamines jaune paille.
    croissance : très rapide.
    hauteur : 1.50 m à 2m en tous sens.
    plantation : à l'automne en prenant soin d'espacer les drageons d'au moins 1m en tout sens (idem entre les rangées). Pour ceux commercialisés à racines nues, la plantation s'effectue de novembre à mars/mai selon climat à environ 20cm de profondeur sans enterrer le collet. Patientez, la récolte débutera la 2ème année et ce durant 10 à 15 ans, selon la variété.
    multiplication : par division des touffes par éclats pourvus de racines, par bouturage et par prélèvement des drageons à l'automne ou à l'hiver. Par semis spontané, des graines disséminées par les oiseaux et les petits mammifères (blaireau, chiens viverrin, écureuils roux, fouines, hérissons, marmottes, martres, ratons laveurs) et cervidés.
    Pour limiter l'invasion des vers, il est conseillé de lui donné pour compagnon quelques pieds de myosotis.
    sol : tous, pas trop calcaire, léger et frais, humide mais bien drainé et riches en humus, pH 4,5 / pH 7.
    emplacement : soleil léger (matin) ou à mi-ombre.
    zone : 4 - 9 , tempérée et fraîche, déteste en hiver l'humidité stagnante et en été la sécheresse.
    origine : originaire du centre de la Crète du Mont Ida aujourd'hui nommé Mont Psiloritis, spontané en zone alpine et lisières boréales (Suède, Russie) dans les clairières (coupe-forestières), bois clairs de feuillus de l'Europe et de l'Asie (Chine), dans les plaines et en altitude présente dans l'est et le nord de la France, Massif central et Pyrénées. Trois sous-espèces asiatique et 2 nord-américaines.
    entretien : effectuer chaque année un apport de fumure de février à avril, durant la période de végétation, biner 2 à 3 fois au pied et désherber régulièrement car il n'aime pas la compagnie des graminées.
    Pour les variétés non remontantes, c'est tout simple après la récolte, couper au pied toutes les tiges qui viennent de fructifier, très important de tailler au au ras du sol pour limiter le développement des maladies sur les moignons et leur propagation avec les pluies et l'arrosage. Il faut savoir aussi que dans les régions aux hivers rigoureux, le gel peut provoquer des dommages lorsque la taille s'effectue après la récolte et non au printemps, mais aussi que durant ce lapse de temps peut se développer sur les vieilles cannes des maladies, comment sortir de ce dilemme ?
    Pour les variétés remontantes, la taille s'effectue en hiver (novembre à février) en coupant les tiges de l'année en dessous de la partie qui a fructifié en laissant 6 à 8 bourgeons latéraux.
    N'oubliez pas de l'arroser régulièrement.
    maladies et parasites : selon les cultivars, chaleur et humidité favorisent le développement de maladies fongiques, pourriture grise sur les framboises mûres Botrytis cinerea , oïdium, rouille; en hiver sur les vieilles cannes favorisent le développement de la brûlure des dards* (champignon) Didymella applanata  qui infectera par la suite la base du feuillage, elles peuvent aussi être infectées par un autre champignon l’anthracnose* Elsinoe veneta . Les traitements pour les éliminer s'effectuent au printemps juste entre le débourrement et la parution des pousses.
    Sauvage ou cultivé le framboisier subi les ravages causés par le ver des framboises Byturus tomentosus , larve d'un petit coléoptère poilu qui s'attaquent aux framboises, et lui auparavant s'attaque aux boutons floraux avant d'y pondre à la base de leur pistil une bonne centaine d'oeufs. Il existe des pièges attractifs dégageant une odeur similaire à celle des fleurs à poser au moins 4 semaines avant la floraison.
    Chaleur et ambiance sèche favorise l'apparition des araignées jaunes Tetranychus urticae  (Tétranyque tisserand) qui se repèrent par des feuilles mouchetées avant de se dessécher.
    Exactement comme le fraisier, il est la plante hôte (boutons floraux) pour les pontes d'un autre ravageur un petit charançon noir (± 4mm) l'anthonome Anthonomus rubi  dont les larves (3mm) rongeront les boutons floraux* et les jeunes adultes les jeunes tiges et feuilles.
    Sensible aux pucerons verts Aphis idaei  qui favorisent l'apparition de viroses.
    L'apparition de galle sur les cannes est provoquée par la ponte de la mouche cécidomie Lasiopera rubi .
    NB :  Son nom Rubus  désigne le genre en latin, mot venant de du latin 'ruber' qui signifie rouge et son nom spécifique idaeus  si pour nous indiquer son origine crétoise.
    Le genre comprend environ 270 espèces et plus* de vivaces herbacées*, d'arbrisseaux, d'arbustes ou de ronces grimpantes , caduques ou persistantes de 0.20cm à 5m de haut, originaires des zones tempérées et subarctiques du globe, en zone arctique (8 espèces et dont 5 sous-espèces), en Amérique du Nord (232), Chine (208 dont 139 endémiques) France (± 111), dont a peu près 170 à 177 sont consommées, mais un bon nombre d'entre elles sont envahissantes, formant des ronciers impénétrables.
    Le framboisier se cultive au jardin et au potager depuis le Moyen-Age, contre un mur avec palissage en éventail, le conduire en ligne palisser sur échalas et en arquant les tiges sur 2 fils (distance 40cm) ou conduit sur fil de fer (méthode hollandaise).
    Propriétés et utilisations :
    La framboise riche en vitamines B, C et E, calcium, cuivre, fer, magnésium, potassium, sucres et pectine, ses graines contiennent de l'acide ellagique (40%), un polyphénol qui a des propriétés antioxydantes et qui aurait des effets sur le développement de certaines cellules cancéreuses, des études sont en cours au Laboratoire d'immuno-oncologie au Hollings Cancer Center (Caroline du Sud).
    Comme tous les fruits contenant des graines, elle est déconseillée aux personnes ayant des diverticules intestinaux.
    Les framboises se consomment crues sans être laver (perte du parfum), congelées, séchées, conservées dans du vinaigre ou cuites. Entrant soit seule ou en mélange avec d'autres fruits rouges, dans la confection de confitures, gelées, jus de fruits, sirops, boissons gazeuses et fermentées, vins, vinaigres et liqueurs, confiture de vieux garçon, tartes, pâtisseries, glaces, crèmes, entremets et autres desserts.
    Dans les pharmacopées traditionnelles, le framboisier est connue pour ses propriétés antidiarrhéique, astringente, antirhumatismal, diurétique et laxatif, sudorifique. Ses feuilles fraîches ou séchées, étaient prescrites en infusion pour traiter les inflammations respiratoires (laryngite, angine), régulariser les cycles menstruels et diminuer le flux menstruel. De leurs tanins, est extrait la fragarine qui est réputée avoir une action relaxante sur le système utérin.
    Les apothicaires préparaient un sirop digestif à base de framboises, vinaigre et sucre à part égale.
    Parmi les variétés plus ou moins épineuses, remontantes ou non-remontantes, citons :
    - Framboisier 'Autumn Bliss' ou 'Autumn Blissy®', commercialisé aussi sous 'Blissy®, variété remontante à fruits de taille moyenne, donnant d'abondantes récoltes de juin jusqu'aux premières gelées.
    - Framboisier 'Fallgold' se distingue par une fructification jaune.
    - Framboisier 'Heritage' de beaux fruits parfumés et bien fermes.
    - Framboisier 'Himpo top' : vigoureux et rustique, fruits parfumés et savoureux.
    - Framboisier 'Marastar', remontant très rustique, bonne résistance aux maladies.
    - Framboisier 'Polana ®' issu d'un croisement entre Héritage et Zéva ne serait pas franchement génial (avis bienvenu).
    - Framboisier 'Sumo' a de très gros fruits.
    - Framboisier 'Souvenir de Désiré Bruneau', ancienne obtention de M. Baubanet (Saint-Jean le Blanc (Loiret), Pépinières Nomblot-Bruneau (Bourg-La-Reine) une ancienne variété remontantes aux gros fruits rouges parfumés, juteux et sucrés.
    - Framboisier 'Taylor' vigoureux, rustique fructification tardive d'un beau rouge vif.
    - Framboisier 'Zeva' : résistant à la rouille, très précoce. Gros fruits savoureux et fermes.
    - Framboisier 'Mailing promise', non remontant, rustique, recherché pour son abondante et délicieuse fructification précoce, récolte début juin.
    - Framboisier 'Tulameen', non remontant, rustique, fruits excellents parfumés.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie : 
    Rubus chamaemorus , Plaquebière, chicouté, margot, mûre blanche consulter sa fiche.
     Rubus idaeus Rubus fruticosus , Ronce à fruits, consulter sa fiche.
    Rubus odoratus , Ronce odorante, Calotte, Chapeau rouge, consulter sa fiche.
    Rubus phoenicolasius , Ronce du Japon, framboisier du Japon, consulter sa fiche.
    Rubus pubescens , Catherinette, consulter sa fiche.
    Rubus thibetanus  Franch., Ronce du Tibet, consulter sa fiche.

    Consulter la liste des baies et des fruits comestibles, dans l'encyclopédie la liste s'affiche dans la colonne à droite.

    Annotations :
    *L’anthracnose et la brûlure des dards, deux champignons qui passent l’hiver sur les tissus des végétaux vivants (anthrachnose) et/ou morts (dards), au printemps ils projettent des ascospores qui sont dispersés par les pluies et se propagent sur de nouveaux tissus végétaux.
    *boutons floraux, la femelle perfore avec son rostre le bouton pour ensuite y pondre sur les anthères ou les étamines un seul oeuf, puis elle entaille le pédoncule pour stopper son développement.
    *vivaces herbacées, Rubus arcticusus  L., originaire de Scandinavie, Alaska et Labrador, ronce vivace herbacée de 0.20 à 30cm de haut, minuscules fruits comestibles acidulés (15mm) de couleur jaune ou roug, largement cueillis.
    270 espèces et plus, selon la flore de Chine 700 espèces, en France le genre n'a toujours pas été révisé. Nouvelle espèce découverte 2001 à l'extrême est de la Russie, sur une île dans la mer du Japon, krai de Primorié (Primorskiy) Rubus pungens  E.A Tchubar, des sous-espèces asiatiques.
    - nmauric©13/07/2013 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
Imingo compteur site