Cocos nucifera  - Cocotier
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Louise von Panhuys - 1812
    Nom commun : Cocotier, nommé par les anglophones 'Coconut palm'
    Nom latin : Cocos nucifera  L.*
    Illustration - aquarelle n° 14 (59,8 x 44,6 cm) par Louise von Panhuys* dans la collection 'Aquarelles du Suriname' (1811-1824), oeuvre non publiée - Bibliothèque Universitaire de Frankfort-sur-Main, Allemagne.
    famille : Arecaceae.
    catégorie : palmier.
    port : stipe unique, portant les marques des anciennes feuilles, couronne de feuilles dressées au centre et recourbées pour les feuilles externes.
    feuillage : persistant, 4-6 m de long, penné, folioles linéaires-lancéolés.
    floraison : par vagues toute l'année à l'aisselle des feuilles inférieures réunies en spadices petites fleurs unisexuées mellifères au pollen pouvant être allergisant, les mâles s'ouvrant 2 semaines avant les fleurs femelles.
    couleur : blanc-jaune.
    fruits : grosse drupe ovoïdes pourvus à la base de 3 trous germinatifs appelés noix de coco à enveloppe fibreuse (péricarpe), contenant de l'albumen comestible partiellement liquide (lait de coco) et une partie séchée et solide (coprah).
    croissance : lente.
    hauteur : 25 à 40m.
    plantation : au printemps sous climat approprié.
    multiplication : par semis à chaud au printemps en enterrant partiellement la noix, dans de bonne condition climatique la production de noix à lieu vers la sixième année.
    sol : sableux, humifère, riche, drainé.
    emplacement : soleil.
    origine : Asie du sud-est.
    zone : 11 parfaitement adapté au sel et aux embruns.
    NB : Son nom Cocos nucifera  vient du portugais où il signifie fantôme, faisant allusion aux 3 trous de la base du fruit ayant la forme d'un visage.
    Si le Cocotier évoque souvent les plages des îles il ne faut pas oublier son aspect économique (utilisation des fruits, des palmes et des stipes).
    Il existe une variété naine de 2 à 3 m appelé 'Nino'.
    En appartement la culture est tout d'abord assez facile (hygrométrie importante par vaporisation) mais les sujets sont le plus souvent éphémères.
    Propriétés et utilisations:
    Dans les plantations de cocotier, le pollen peut provoquer des allergies et certains ouvriers y travaillant peuvent être sujet à des crises d'asthme et/ou des rhinoconjonctivites.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Cocos australis  Mart. synonyme Butia capitata  (Mart.) Becc., appelé Palmier bleu, consulter sa fiche.
    Cocos capitata  , consulter sa fiche.
    Cocos chilensis  Mol. synonyme Jubaea chilensis  (Mal.) Baill. appelé Cocotier du Chili, consulter sa fiche.
    Cocos eriospatha  Mart. ex Drude , synonyme Butia eriospatha  Becc. appelé Butia à spathes laineuses, consulter sa fiche.
    Cocos  romanzoffiana  Cham, synonyme Syagrus romanzoffiana  (Cham.) Glassman, appelé Syagrus ou Palmier reine, consulter sa fiche.
    Cocos yataï  Mart., synonyme Butia yataï  (Mart.) Becc., appelé Palmier Yataï, consulter sa fiche.

    Consulter notre dossier "Nos arbres, leur pollen et les allergies", les réseau d'alerte français, européens et ceux d'Amérique du Nord et configurer vos alertes polliniques.

    Annotations :
    *L., abréviation botanique pour le médecin, botaniste-naturaliste suèdois Carl von Linné auparavant Carl Linnæus (1707-1778) à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espéce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    * Louise von Panhuys, Louise Friederike Auguste von Panhuys, francfortoise née von Barckhaus-Wiesenhütten (1763-1844), elle s'initie à la peinture paysagères et à l'aquarelle avec l'aide du peintre romantique rhénan Christian Georg Schütz (1758-1823). En 1811, elle entreprend un voyage vers l'Amérique du Sud, avec pour destination le Suriname (anciennement Guyane néerlandaise qui est sous domination coloniale britannique depuis 1799 jusqu'en 1814), son époux néerlandais Willem Benjamin Panhuys, y possède suite à un héritage une plantation de café. Durant les 6 années qu'elle y passe, elle y réalise environ 90 aquarelles paysagères et botaniques des plantes qu'elle y découvre. En 1815, les Pays Bas récupèrent leur colonie et rétablissent l'esclavage; en février 1816, son époux est nommé gouverneur général du Surinam, en juillet 1816 il est assassiné par des insurgés. Un mois plus tard, elle rentre définitivement à Francfort et 1824, elle donne l'ensemble de ses oeuvres à la Senckenberg Nature Research Society fondée en 1817; pour le public il n'existe que deux catalogues d'expositions réalisées en 1991 et 2009.
    'Reise nach Surinam : Pflanzen- und Landschaftsbilder der Louise von Panhuys' (Voyage au Suriname, plantes et paysages,..) 1763-1844 , édité par Bibliothèque de l'Université de Francfort - 1991.
    L'abolition de l'esclavage a été prononcée le 1 juillet 1863.

    - Richard Gautier & nmauric©12/12/00 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site