Cinnamomum camphora - Camphrier, Arbre à camphre
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Max Antheunisse ©
    Nom commun : Camphrier, Arbre à camphre, Kapuru-gaha, en chinois 'Zhang shu', en japonais 'Kusunoki' nommé par les anglophones 'Camphor tree, Camphorwood, Camphor laurel', en allemand 'Kampfer, Kampferbaum', en arabe 'Kafur', en espagnol 'Alcanforero, Árbol del alcanfor', en italien 'Camfora', en portugais 'Cânfora, Árvore de cânfora', en russe 'Korichnik kamfornyy' .
    Photo prise par Max Antheunisse à Vergelegen en Afrique du Sud, ce camphrier a été planté entre 1700 et 1706.
    Nom latin : Cinnamomum camphora  (L.) J. Presl.*, synonymes Camphora officinarum Nees*, Cinnamomum officinarum var. glaucescens A. Braun, Cinnamomum camphora var. glaucescens (A. Braun) Meisner, Cinnamomum camphora var. nominale Hayata, Cinnamomum camphoroides Hayata, Cinnamomum nominale (Hayata) Hayata, Cinnamomum simondii Lecomte, Cinnamomum taquetii H. Léveillé, Laurus camphora L., Persea camphora (L.) Sprengel.
    famille : Lauraceae.
    catégorie : arbre pouvant être millénaire.
    port : élancé, colonne large.
    feuillage : persistant, coriace, juvénile rosé puis vert clair, glauque sur le revers. Feuilles alternes ovales à elliptiques de 6 à 12 × 2,5 à 5,5 cm pourvues d'un court pétiole.
    floraison : imperceptible, sous nos climats en été petits panicules axillaires de minuscules fleurs.
    couleur : blanc verdâtre à blanc crème virant au blanc jaunâtre en fin de floraison.
    fruits : petites drupes charnues ovoïdes de 6 à 8 mm, violet très foncé, puis noir brillant, graine de la taille d'un petit plomb très dure. Les drupes sont consommées par les oiseaux qui assurent la dispersions des graines.
    croissance : rapide.
    hauteur : 15m à 30 m dans son milieu naturel, de 5 à 10 m en climat méditerranéen.
    plantation : au printemps ou en automne selon climat.
    multiplication : par semis ou bouturage de tiges semis ligneuses.
    sol : préfère sol fertile, frais, sablonneux mais accepte les autres. (acide ou neutre ou alcalin).
    emplacement : au soleil ou mi-ombre. Protéger du gel et du vent.
    zone : 9 - 11.
    origine : du sud Japon*, de la péninsule de Corée, des vallées du sud de la Chine, le long du Yang-Tsé-Kiang (fleu Bleu) et du fleuve Huangpu, dans les provinces du nord-ouest au Qinghai, Tibet, Yunnan, Séchouan, Hubei, Hunan, Jiangxi, Anhui, Jiangsu, au Vietnam et les îles Moluques, introduit et cultivé dans de nombreux pays à travers le monde dont Madagascar, l'Australie où il a été introduit dans les jardins publics en 1822. Consulter la carte de la Chine.

    entretien : en cas de taille, éviter de couper jusqu'au bois, toujours laisser des feuilles au bout des branches taillées.
    Son feuillage camphré tomber au sol peut être récupérer pour servir de paillage dans les massifs pour empêcher les graines des autres plantes de germer, sous climat approprié c'est un rival au développement des eucalyptus comme c'est le cas en Australie.
    NB : en Chine, le camphrier est considéré comme l'arbre de vie, la consommation des drupes permettait d'accéder à l'immortalité. Il est aussi vénéré au Japon où on le nomme 'kusunoki' planté depuis des siècles près des temples, le plus ancien d'entre eux est le Camphrier de de Kamô la circonférence du tronc fait 24, 22m et il en existe 4 autres avoisinant les 20m.
    Propriétés et utilisations :
    Une huile essentielle (Ravintsara) est extraite du feuillage ou sur des arbres âgés de 50 ans. Le camphre* était déjà utilisé au XIème siècle par les Arabes, pour ses propriétés antiseptiques et tonicardiaques.
    Lors de la distillation du bois ou de racines, on obtient des cristaux (toxiques) qui autrefois étaient fréquemment utilisés en parfumerie, ils entraient dans la fabrication de la naphtaline, dans des préparations pour l'embaumement et aussi comme encens.
    Le camphre est présent dans plusieurs végétaux, en abondance dans ce camphrier, il est obtenu par sublimation*, de tout temps il était envoyé en France à l'état brut sous forme de petits grains de poudre grise, qu'il faut sublimer à nouveau pour le purifier et raffiner, c'est un médicament aux propriétés antiseptique et un c'est un énergique excitant qui est fréquemment utilisé en médecine et dans l'art vétérinaire, il est également utilisé pour préserver les lainages, les étoffes et les fourrures contre les attaques d'insectes comme les mites, il entre dans la préparation de vernis et dans la composition des artifices - extrait du Dictionnaire des altérations et falsifications des substances alimentaires par Alphonse Chevallier et Ernest Baudrimont, 1 vol. (XVI-1481 p.) 1882, consultable en ligne à la BnF-Gallica, si nécessaire réitérer la requête.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Cinnamomum zeylanicum  Nees, Cannelier de Ceylan, Arbre à cannelle, consulter sa fiche.
    Quelques autres espèces : (250 espèces dans le genre.)
    - Cinnamomum cubense  (Nees) Kosterm., synonyme Phoebe cubensis  Nees, originaire d'Amérique centrale (Cuba et Puerto Rico).
    - Cinnamomum culitlawan  Blume, originaire d'Asie en Malaisie, îles Moluques, et en Chine.
    - Cinnamomum cassia  Blume, Cannelle de Chine,Casse, originaire de Chine, Malaisie, Indonésie, Laos, Vietnam (sud), son écorce est légèrement aigre-douce, elle entre dans la composition du Cinq épices chinois en mélange avec badiane, fenouil, gingembre et clous de girofle).
    Elle est prescrite dans la pharmacopée traditionnelle chinoise 'Gui zhi' comme sudorifique et les jeunes pousses sont utilisées pour traiter les myalgies et l'écorce 'Gui pi' pour traiter les douleurs rhumatismales et les problèmes intestinaux.
    - Cinnamomum elongatum  (Nees) Kosterm., synonyme Phoebe elongata  Nees, originaire d'Amérique centrale, présent à Cuba (Trinidad).
    - Cinnamomum iners  Reinw. ex Blume, synonymes Cinnamomum nitidum  Blume., Cinnamomum eucalyptoides  T. Nees, Laurus nitida  Roxb., originaire d'Asie (Inde du Sud, Indonésie, Malaisie). Son feuillage est utilisé dans la pharmacopée indienne dans le traitement des dysenteries et des refroidissements.
    - Cinnamomum obtusifolium  Nees, originaire de l'Assam et du Bengale.
    - Cinnamomum oliveri  F.M. Bailey, originaire d'Australie (Queensland et Nouvelle Galles du Sud), appelé localement 'Oliver's Sassafras'.
    - Cinnamomum pauciflorum  Nees, originaire d'Asie en zone subtropicale dont l'Inde.
    - Cinnamomum sintok  Blume, serait synonyme de Cinnamomum cinereum  Gamble, originaire de Java et Sumatra. Utilisé dans les pharmacopées traditionnelles comme vermifuge.
    - Cinnamomum tamala  Nees & Eberm., synonyme Cinnamomum cassia  D. Don, Laurier des Indes, originaire d'Asie.
    - Cinnamomum virens  R.T. Baker, originaire d'Australie, appelé localement 'Red barked Sassafras'.
    - Cinnamomum zapatae  F.G. Lorea- Hernández, originaire d'Amérique centrale (sud-ouest du Mexique et Guatemala).
    - Cinnamomum montanum  J.S. Presl , synonyme Phoebe montana  (Sw.) Griseb, originaire d'Amérique centrale, se rencontre à Puerto Rico, appelé localement 'Avispillo ou Laurel avispillo'.

    Annotations :
    *Japon, il y est nommé 'kusunoki' on le retrouve très souvent planté près des temples, un grand nombre d'entre eux sont âgés de plus de 1000 ans *Nees., abréviation botanique pour le botaniste-zoologiste allemand Christian Gottfried Nees von Esenbeck (1776 - 1858), il fut le fondateur et directeur du jardin botanique de l'Université de Bonn en 1818, on lui doit les premières descriptions des Gesneriaceae, on lui doit le nom de Sinningia dédié à son collaborateur Wilhelm Sinning.
    *J.Presl, abréviation botanique pour le zoologiste et botaniste tchèque Jan Svatopluk Presl (1791 – 1849), avec son frère Karel (Carl) Borivoj Presl (1794-1852) il publie en 1819 la flore de Bohême intitulée 'Flora cechica: indicatis medicinalibus, oeconomicis technologicisque plantis'.
    La Société tchèque de botanique leur dédie son journal nommé Preslia et deux genres leur sont dédiés sous la forme Preslaea (Boraginaceae) et Preslia (Lamiaceae).
    *sublimation, c'est le passage d'un corps de l'état solide à l'état gazeux, sans passer par l'état liquide.
    - nmauric©28/08/2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.





compteur pour site internet