Genista aetnensis  - Genêt de l'Etna
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Università di Catania ©
    Nom commun : Genêt de l'Étna, nommé par les anglophones 'Mount Etna broom'.
    Nom latin : Genista aetnensis  (Biv.) DC.*, basionyme Spartium aetnensis  Raf. ex Biv, synonyme Cytisanthus aetnensis  (Raf. ex Biv.) Cristof. & Feoli Chiapella, Dendrospartum aetnense  (Biv.) Spach, Drymospartum aetnense  (Biv.) C.Presl.
    famille : Fabaceae.
    catégorie : arbuste à l'embranchement bas, adulte formant un petit arbre avec un tronc à belle écorce d'un ocre clair, striée et fissurée avec les ans, des rameaux également striés et de jeunes pousses sont pubescentes.
    port : érigé puis retombant, arrondi.
    feuillage : persistant à caduc. Petites et rares feuilles alternes, linéaires, étroites, lancéolées.
    floraison : au printemps courant mai-juin selon altitude, très parfumée, nectarifère, visitée par les abeilles. Racèmes de petites fleurs de pois zygomorphes aux 5 pétales au calice poilu sur le revers sur un court pédicelle.
    couleur : jaune d'or brillant.
    fruits : siliques déhiscentes contenant quelques graines brunes qui sont propulsées aux alentours,elles contiennent de la cytisine un alcaloïde toxique.
    croissance : lente.
    hauteur : 6 -8 m pour un étalement moindre
    multiplication : par semis au printemps mais auparavant il est nécessaire d'user préalablement le tégument au papier de verre et faire tremper les graines dans de l'eau durant 24h et par bouturage de tiges aoûtées.
    sol tous sols, pauvre ou fertile, acide ou neutre ou alcalin, frais ou sec.
    emplacement : soleil ou mi-ombre légère, bien choisir son emplacement car il n'aime pas être transplanter.
    zone : 8, voire 7, attention ne supporte pas des températures inférieures à -7-8°C qui brûlent le feuillage, mais une fois installé, il tolère parfaitement la sècheresse.
    origine : endémique à la Sicile et la Sardaigne (Italie), présente également en Corse. Une plante pionnière croissant sur les laves nues de l'Etna. Introduit dans certains jardins botaniques de l'Europe.
    entretien : supprimer les rameaux desséchés. Si nécessaire la taille s'effectue après la floraison, uniquement sur le bois vert, en prenant soin de ne pas rabattre jusqu'au vieux bois. Ne redémarre pas de souche.
    NB : son nom Genista  désigne en latin ce genre d'arbuste, mot venant du celte 'gen' qui désigne un buisson, autrefois le genêt se nommait genest puis geneste et son nom spécifique aetnensis  de l'Etna, il serait présent sur les versants du Vésuve.
    Sa fine ramure de genêt aux extrémités gracieusement pendantes lui donne un aspect pleureur, léger, transparent et aérien, vraiment spectaculaire au moment de la floraison au parfum de miel.
    Vous pouvez le découvrir sur RV. dans le marais poitevin, en juin lorsqu'il est en fleurs à l'Arboretum de Célette (85420 Saint-Sigismond) et quelques sujets de 9 m dans les jardins de la Petite-Rochelle (Rémalard 61110), et en Angleterre à Salisbury dans le secteur de Churchfields Industrial Estate.
    Ce genre comprend quatre vingt dix espèces d'arbustes caducs ou persistants, originaire de l'Europe, du pourtour méditerranéen et du Moyen-Orient.
    Autres espèces de Genêt présents dans l'Encyclopédie :
    Cytisus x praecox  Beauverd., Cytise précoce, consulter sa fiche.
    Cytisus scoparius  (L.) Link., Genêt à balais, consulter sa fiche.
    Genista hispanica  Genêt d'Espagne, consulter sa fiche.
    Retama monosperma  Boiss., Rétame, Genêt blanc, consulter sa fiche.
    Genista pilosa  L., Genêt poilu ou Génette, consulter sa fiche.
    Genista tinctoria  Genêt des teinturiers, Genêt commun, consulter sa fiche.
    Calicotome spinosa  Link, Genêt épineux, consulter sa fiche.
    Spartium , consulter sa fiche.
    Chamaecytisus , Cytise, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *DC., abréviation botanique pour Augustin Pyramus de Candolle (1778-1841), botaniste et docteur en médecin suisse, qui occupe en 1880 la chaire de botanique à la Faculté de Médecine de Montpellier, on lui doit une nouvelle classification des espèces expliquées dans 'La théorie élémentaire de la botanique (1813), ainsi que les 7 volumes du 'Prodomus systematis naturalis regni vegetablilis' (1824-1841) où sont décrites 60 000 espèces doublant ainsi les familles. Des ouvrages achevés par son frère et son petit-fils avec 80 000 plantes décrites. Auteur de 'Plantarum Succulentarum' (1799) ou l'histoire des plantes grasses et 'la Théorie élémentaire de la botanique' (1813). Il s'intéresse aux propriétés médicinales des plantes.
    - Pascal Vigneron©2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site