Euphorbia polychromas  - Euphorbe polychrome
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Euphorbia polychroma
    Université lyon1 ©
    Nom commun : Euphorbe polychrome, Euphorbe dorée, nommée par les anglophones 'Cushion, Cushion spurge', en allemand 'Gold-Wolfsmilch, Vielfarbige Wolfsmilch', en turc 'sütlegen.
    Nom latin : Euphorbia polychroma  A.Kern.*, synonymes Euphorbia polychroma f. denticulata  Rohlena, Euphorbia polychroma subsp. lingulata  (Heuff.) Soó, Euphorbia polychroma f. longifolia  Beck , Euphorbia polychroma var. microsperma  Murb., Euphorbia polychroma subsp. microsperma  (Murb.) Beck.
    Il est considéré comme un synonyme de Euphorbia epithymoides  L.*, qui est synonyme de Euphorbia jacquinii  Fenzl ex Boiss., Euphorbia lingulata*  Heuff., Galarhoeus epithymoides  (L.) Haw., Pythius epithymoides  (L.) Raf., Tithymalus epithymoides  (L.) Klotzsch & Garcke, Tithymalus epithymoides var. microspermus  (Murb.) Soják, Tithymalus fragifer  Klotzsch & Garcke, Tithymalus jacquinii  (Fenzl ex Boiss.) Soják,,Tithymalus lingulatus  (Heuff.) Soják, Euphorbia microsperma  (Murb.) K.Malý, Euphorbia epithymoides f. glabrescens  Rostanski, Euphorbia epithymoides var. jacquinii  Fiori, Euphorbia epithymoides subsp. lingulata  (Heuff.) Nyman, Euphorbia epithymoides var. polychroma  (A.Kern.) Nyman, sont illégitimes Euphorbia villosa  Friv. ex Boiss., Euphorbia fragifera  Schur
    famille : Euphorbiceae, tribu Euphorbieae, sous-tribu : Euphorbiinae.
    catégorie : vivace dont les tiges contiennent un suc laiteux irritant et toxique.
    port : touffe buissonnante, arrondie.
    feuillage : persistant, épais, coriace, légèrement pruineux, vert glauque. Verticille de fines feuilles oblongues à lancéolées à sève laiteuse.
    floraison : de la fin du printemps au début de l'été, selon climat. En cime, minuscules fleurs enchâssées dans des bractées, cette inflorescence est appelée cyathe, voir détails.
    couleur : jaune vif, brillant.
    fruits : capsules contenant des graines dont la dissémination est assurée par les fourmis.
    croissance : assez lente.
    hauteur : 0.30 à 0.45 m.
    plantation : selon climat au printemps ou à l'automne.
    multiplication : par division des touffes au printemps ou à l'automne, par bouturage de tiges en laissant sécher la coupe avent de planter.
    sol : ordinaire surtout très bien drainé et assez sec, adaptée au calcaire.
    emplacement : soleil ou à mi-ombre (soleil une partie de la journée) pour avoir des tonalités plus foncées.
    entretien : maintenir un bon drainage du sol.
    zone : 3 - 9.
    origine : en zone sèche, forêts de chênes et sous-bois de charme dégradé de l'Europe, au nord en Finlande, Suède, Pays-Bas, Allemagne, Autiche, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, plus au sud et à l'est en Italie, Ukraine, dans les Balkans au sud-est du Monténégro et au nord de l'Albanie, Bulgarie, Grèce et Crète, jusqu'au nord-ouest de la Turquie et en Lybie.
    entretien : après la floraison supprimer au fur et à mesure les tiges qui se dessèchent. Ces tiges florales peuvent entrer dans la composition de bouquet, mais il faudra auparavant laisser sécher l'entaille à l'air libre avant de les mettre dans l'eau.
    NB : son nom Euphorbia  a été selon Pline, donnée par le Roi Juba II*, en l'honneur de son médecin Euphorbius, qui fut l'un des premiers à prescrire certaines espèces du genre, comme plante médicinale.
    Euphorbe polychrome Euphorbia epithymoides  est appelée Euphorbe faux thym, Euphorbe dorée, ce nom lui a été donné en 1762, pour celle qui pousse en Europe, voir carte Kiewscience.
    Ce genre comprend selon les avis entre 2000 et 2100 espèces d'annuelles, bisannuelles, vivace herbacées, arbustes, arbres et plantes succulentes, divisées en 4 groupes, originaires pour un certain nombre des zones tempérées dont une cinquantaine présentes en France, 40 endémiques aux îles Canaries, 77 espèces présentes en Chine dont 11 sont endémiques et la plus grande majorité des zones tropicales sèches et subtropicales du globe.
    Une nouvelle espèce endémique au sud-est de l'Iran, découverte en 2011 Euphorbia iranshahri Pahlevan, en altitude vers 2360 m dans le massif du Zagros dans les provinces de Chahar Mahaal et Bakhtiari et au centre dans la province d'Ispahan, elle se différencie de Euphorbia microsciadia au niveau des inflorescences.
    Vous pouvez en découvrir des spécimens au Jardin exotique & botanique de Roscoff (29680) dans le Nord Finistère dès le mois de mars.
    Elle est idéale pour être utilisée dans les jardins en bord de mer au climat doux et les jardins secs, dans les massifs ou mixed-border, dans les rocailles et talus ou tout simplement dans des bacs ou potées en sujet isolé ou mélanger avec d'autres espèces.
    Propriétés et utilisations :
    Comme toutes les autres euphorbes, c'est une plante toxique par ingestion, lorsqu'on les coupe les tiges exsudent une sève d'un blanc laiteux (latex) irritante et toxique, qui peut chez certaines personnes provoquer des dermites de contact par irritation de la peau, il est recommandé lors des manipulations et des tailles de porter des gants, puis de rincer le sécateur et les autres outils.
    Depuis la nuit des temps, les pharmacopées traditionnelles utilisent la sève des euphorbes pour traiter les verrues, et certaines comme Euphorbia hirta entre dans la fabrication de médicaments traditionnels pour ses propriétés antibactériennes et antiamibiennes, pour traiter la dysenterie amibienne, traiter le staphylocoque doré, le bacille de Friedländer (Klebsiella pneumoniae et d'autres bactéries, d'autres parmi elles pour leurs propriétés antimicrobiales, antioxydantes comme la camerounaise Euphorbia golondrina pour d'autres encore avec en plus des propriétés antitumorales comme la pakistanaise Euphorbia royleana, ou antidiabétique pour la canarienne et marocaine Euphorbia regis-jubae.
    Parmi les cultivars, citons :
    - Euphorbia polychroma  'Bonfire', environ 30 à 50 cm de haut, forme un coussinet compact ovale, jeune feuillage rouge rosâtre tirant sur le vert bleuté, pourpré et le pourpre violacé en fin de saison, en mai aux cyathes d'un jaune vert chartreux, lavé parfois d'orangé comme sur la photo ci-contre.
    - Euphorbia polychroma  'Variegata', au feuillage panaché de crème, aux cyathes d'un jaune vert acide.
    - Euphorbia polychroma  'Major' primé par la RHS qui la nomme Greater many-coloured spurge, environ 50 cm de haut, port arrondi, jeune feuillage ver légèrement bleuté, aux cyathes jaune vert.
    - Euphorbia polychroma  'Purpurea', 40 à 60 cm de haut, port arrondi, jeune feuillage violet pourpre tirant sur le vert en fin de saison, aux cyathes jaune vif parfois lavé de vert.
    Quelques espèces et hybrides proches :
    - Euphorbia griffithii H 0.9m pour la mi-ombre un peu fraîche fleur rouge et jaune à la fin du printemps.
    Euphorbia polychroma 'Bonfire - Euphorbia  'Dixter' à aux cyathes de couleur rouge corail à orangé, feuillage d'un vert cuivré lavé de jaune et rouge à l'automne.
    - Euphorbia  'Fireglow', aux cyathes d'un orange foncé à l'automne et le feuillage virant au pourpre orangé.
    Quelques autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Euphorbia atropurpurea  L., Euphorbe pourpre, consulter sa fiche.
    - Euphorbia characias  L., Euphorbe des garrigues, consulter sa fiche.
    - Euphorbia griffithii  L., Euphorbe de Griffith, consulter sa fiche.
    - Euphorbia lathyris  L., Euphorbe épurge, consulter sa fiche.
    - Euphorbia milii  Des Moul., Couronne d'épines de Madagascar, Epine du Christ, consulter sa fiche.
    - Euphorbia myrsinites  L., Euphorbe faux Myrte, consulter sa fiche.
    - Euphorbia polychroma  L., Euphorbe polychrome, consulter sa fiche.
    - Euphorbia pulcherrima  Willd., Poinsettia, Etoile de Noël, consulter sa fiche.
    - Euphorbia rigida  Bieb, Euphorbe rigide, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *A.Kern., abréviation botanique pour le botaniste, taxonomiste autrichien Anton Kerner von Marilaun (1831-1898), professeur d'histoire naturelle à l'université d'Innsbruck avant de devenir en 1870 professeur de botanique à l'université de Vienne et curateur du jardin botanique de l'université de Vienne, jardin de plantes médicinales de l’impératrice Marie-Thérèse fondé en 1754, aujourd'hui parc à l’anglaise 3.2 hectares. Il est l'auteur d'une monographie sur la géobotanique des plantes du Danube, 'Pflanzenleben der Donauländer' édité en 1888.
    *Euphorbia lingulata ainsi nommé dans la flore des Balkans du sud-est du Monténégro et du nord de l'Albanie.
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier 'Linnean Herbarium', le plus riche de son époque ne contenait que 7000 plantes, est conservé au Musée national d'histoire naturelle de Stockholm.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.