Punica granatum 'Legrelliae' - Grenadier à fleurs
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Grenadier à fleurs 'Legrelle', 'Madame Legrelle', commercialisé également sous 'Madame Legrelliae', nommé par les anglophones 'Flowering Pomegranate' 'Pomegranate'.
    Nom latin : Punica granatum  'Legrelliae', Punica granatum var. 'Legrelliae' , 'Madame Legrelliae'.
    famille : Punicaceae (Lythraceae).
    catégorie : arbuste à fleurs sans fructification.
    port : érigé, ramifié très dense, cime arrondie.
    feuillage : caduc, vert foncé, coriace, brillant sur le dessus, jaune et vert à l'automne. Petites feuilles (3 à 8cm) fasciculées, opposées, oblongues-lancéolées à court pétiole légèrement rougeâtre. Les jeunes pousses sont rougeâtres
    floraison : abondante de la fin printemps à l'été (mai à août selon climat), grandes fleurs doubles à nombreux pétales chiffonnés dans un calice brillant, charnue.
    couleur : orange marginé de blanc crème lui donnant des teintes saumonées, calice vert-orangé, hélas ne conserve pas ses belles couleurs en fanant.
    croissance : moyenne.
    hauteur : 3 à 5 m.
    plantation : au printemps ou à l'automne selon climat.
    multiplication : par semis à chaud au printemps dans un substrat sablonneux et humide, par bouturage (assez difficile) de tiges semi-ligneuses à la fin de l'hiver et par marcottage.
    sol : indifférent même calcaire, aride et sec mais un sol riche, léger, drainé, pas trop frais serait l'idéal.
    emplacement : soleil à l'abri des gelées printanières.
    zone : 8 - 11, tolère aisément -14° et il a une bonne résistance à la sécheresse et aux embruns.
    origine : ce serait une obtention unique de Madame Parmentier une horticultrice belge résidant dans l'état de l' Illinois, offerte et dédiée à une autre horticultrice belge de renom Madame Caroline Legrelle d'Hanis de Berchem, elle est la fille d'un célèbre horticulteur anversois Jean-François Legrelle d'Hanis ( 1817 - 1852) .
    Il existe une lithographie parue en 1858 dans l'Illustration horticole, journal spécial des serres et des jardins ou choix raisonné des plantes les plus intéressantes sous le rapport ornemental' rédigé par Charles Lemaire*, édité par Ambroise Verschaffelt.
    Sous la litho, il est écrit :
    Punica granatum var. 'Legrelliae'
    GRENADIER ( à fleurs pleines ) MADAME LEGRELLE
    États-Unis ( Orangerie )
    entretien : si nécessaire taille de mise en forme au début du printemps, ne pas oublier que la floraison à lieu sur les anciennes branches, une taille entraîne l'absence de fructification.
    maladies et ravageurs : il est sensible à de minuscules pucerons, aux araignées rouges et il peut être sujet à l'oïdium.
    NB : son nom Punica  vient du latin 'punicus' qui désignait l'arbuste et signifie de Carthage, 'puniceus' désigne le rouge pourpré, son nom spécifique granatum  vient du latin 'granatus' qui signifie rempli de grains.
    Ce genre ne comprend que deux espèces d'arbustes caducs et de nombreux cultivars à fleurs simples ou doubles, de couleur blanche, jaune, rouge-orangé à rouge vermillon unie ou panachée, avec ou sans fruits, à la saveur plus ou moins acidulée avec ou sans graines, dont la résistance au froid est variable s'échelonnant entre -12° et -17°.
    Idéal pour être utilisé en sujet isolé, dans les massifs arbustifs, il peut entrer dans la composition de haies libres ou simplement dans de grande potée pour orner balcons, terrasses et patios.
    Parmi les cultivars, citons :
    - Punica granatum  'Albo Plena', environ 2m 50 de haut à fleurs doubles d'un blanc crème, ne donnant pas de fruits.
    - Punica granatum  'California Sunset', bizarrement il est commercialisé également sous le nom de 'Mme. Legrelle' à fleurs doubles d'un rouge-orangé saumoné, griffé de blanc jaunâtre, ne donnant pas de fruits.
    - Punica granatum  'Early Wonderful', originaire de Floride, mêmes caractéristiques que 'Wonderful', il est un peu plus précoce de 2 ou 3 semaines.
    - Punica granatum  'Fina Tendral', 3 à 4 m de haut, les jeunes pousses sont pourprées, floraison double de juin à septembre d'un rouge orangé, grenades comestibles de 10 à 12 cm.
    - Punica granatum  'Fruits violets' la fructification n'est pas comestible.
    - Punica granatum  'Luteum Plenum', les jeunes pousses rougeâtres , à fleurs doubles chiffonnées d'un jaune très pâle, ne donnant pas de fruits.
    - Punica granatum  'Maxima Rubra', à grandes fleurs doubles d'un rouge-orangé, ne donnant pas de fruits, mais la floraison est abondante.
    - Punica granatum  'Nochi Shibari' ou 'Noshi Shibari' environ 2 m40 de haut, à fleurs doubles d'un rouge-orangé.
    - Punica granatum  'Wonderful', un cultivar de la fin du 19ème siècle originaire de Floride, d'environ 4.50 à 6.m de haut, étalement + ou - 3m, le feuillage vire au jaune à l'automne, floraison orange, recherché pour l'abondance de gros fruits d'un beau rouge à rouge pourpré, juteux acidulé, aux graines pas trop fermes, tolère jusqu'à -10°C.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Punica granatum  L., Grenadier à fruits, consulter sa fiche.
    - Punica granatum  'Nana', Grenadier nain, consulter sa fiche.
    - Punica granatum  'Pleniflora', Grenadier à fleurs doubles, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *Lemaire, Charles-Antoine Lemaire ( 1800- 1871 ), botaniste belge, professeur de botanique à Gand, membre honoraire et correspondant de diverses Sociétés savantes, auteur de nombreuses ouvrages et monographies sur les plantes grasses et les cactées, Des genres Camellia, Rhododendrum, Azalea, Acacia, Epacris, Erica, et des plantes de serre froide en général, histoire et culture édité en 1844 consultable en ligne à la BnF Gallica (chargement assez lent), Plantes bulbeuses ou ognons* à fleur, édité en 1900 par la Libraire agricole de la maison rustique, Paris.
    *ognons, il n'y a pas d'erreur c'est bien ognons.
    *Verschaffelt, Ambroise Colette Alexandre Verschaffelt ( 1852-1886 ), remarquable horticulteur gantois qui a oeuvré pour que la ville de Gand ai la première place au 19ème siècle pour l'horticulture et l'introduction de nouvelles espèces ornementales, on lui doit l'édition en 1836 de la Nouvelle Iconographie des Camellias contenant les figures et la description des plus rares, des plus nouvelles et des plus belles du genre, consultable en ligne à la BnF Gallica.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site