Populus nigra  - Peuplier noir, Peuplier franc
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Università di Catania ©
    Nom commun : Peuplier noir, Peuplier noir européen, Peuplier franc, dans certaines régions de France Liard, Léard, Liardier, Bioule, Biouté ou Bioulasse et Piboule, nommé par les anglophones 'Black Poplar', en berbère 'Sefsaf ou Asgarsif ' et 'blinz'.
    Nom latin : Populus nigra  L., synonymes Populus croatica  Waldst. & Kit. ex Besser, Populus pannonica  Kit. ex Besser, Populus sinensis  (Carriere) Dode*, Populus thevestina  Dode, certains auteurs vont jusqu'à le donné comme synonyme de Populus italica  (Munch.) Moench.
    famille : Salicaceae.
    catégorie : arbre dioïque d'une grande longévité entre 150 et 200 ans, au large tronc noueux à l'écorce profondément crevassée d'un gris brun noirâtre, à la ramure dans bien des cas est colonisée par le gui.
    port : érigé, étalé à cime irrégulière assez clairsemée, les jeunes rameaux sont jaunâtres et souples (d'ou son nom commun de liard).
    feuillage : caduc, lisse d'un vert foncé brillant au revers plus clair et poilues le long des nervures plus claires et saillantes virant au jaune à l'automne. Feuilles alternes de 6 à 10 cm de long quasiment aussi large, en forme de losanges cunéiformes effilés en pointe, marge régulièrement dentée excepté en pointe, pourvues d'un long grêle pétiole aplati. Les feuilles sont disposées en spirale sur les tiges. pétiole aplati. Les jeunes pousses et les bourgeons d'un jaune rougeâtre sont recouverts d'une substance visqueuse et odorante, les jeunes feuilles sont de couleur bronze.
    floraison : nectarifère au printemps (mars avril selon climat) avant l'apparition du feuillage, dés la cinquième année. Les mâles en chatons cylindriques pendants de fleurs apétales hérissées d'anthères. Sur des sujets différents, les femelles en épis pendants de 5 à 15cm de long. La pollinisation est effectuée par les insectes et le vent, la dissémination par l'eau et le vent.
    couleur : rouge carmin pour les chatons mâles, les femelles sont d'un vert brun et les stigmates rouge rosée.
    fructification : petites capsules vertes déhiscentes, à deux carpelles qui courant juin libèrent de minuscules graines enchâssées dans un duvet cotonneux blancs.
    croissance : rapide lorsqu'il est jeune.
    hauteur : 30 à 35m, Ø jusqu'à 2 m.
    plantation : automne ou printemps, à planter loin des fondations des habitations (au moins 15-20 m) car comme pour tous les autres du genre son développement racinaire étant important et loin des gains et canalisations, car il drageonne abondamment.
    multiplication : par semis de graines fraîches leur durée de vie étant courte, c'est aléatoire, par bouturage en hiver, prélèvement de fragments de racines ou drageons.
    sol : drainé, meuble plutôt riche et frais (loam ou argile), pH se situant entre 5,0 et 6,5 (idem pour les hybrides), en présence de terrain sec il est préférable de choisir Populus alba ou Populus x canescens.
    emplacement : soleil.
    zone : 6 - 10.
    origine : Europe occidentale (excepté l'Irlande, l'Écosse et la Scandinavie), Europe centrale et orientale de l'Ukraine jusqu'en Sibérie, dans les basses vallées et prairies alluvionnaires, le long des fleuves et cours d'eau. Présent en Afrique du Nord, en Asie Mineure au nord de l'Iran et Turquie, jusqu'à une altitude de 1200m. Aujourd'hui en Suisse c'est une espèce en voie d’extinction.
    entretien : aucun, taille éventuelle en hiver. Rejette de souche.
    NB : Les peupliers sont les plantes hôtes de plusieurs espèces d’hémiptères gallicoles, qui provoquent des galles foliaires comme les Pemphigidae qui développe Pemphigus populi  des boursouflures d'un vert rougeâtre sur le limbe, près de la nervure médiane des feuilles ou encore Pemphigus bursarius , une galle en bourse du pétiole dont l'incidence sur la vie du peuplier est faible.
    Il peut être sujet au chancre du peuplier Cryptodiaporthe populea  une maladie cryptogamique qui s'attaque au feuillage et aux rameaux pouvant chez les sujets faibles entraîner le dépérissement C'est aussi l'hôte d'un sphinx nocturne Laothoe populi connut sous le nom de Sphinx du peuplier Pour l'origine de son nom Populus  vient du latin où il désigne le genre mais aussi le peuple, on suppose que c'est parce que les Romains les plantaient régulièrement dans les lieux publics et le nommait alors 'arbor populi', nom dérivé du grec 'paipallo' qui signifie vibrer, trembler évoquant le constant tremblement des feuilles, son nom spécifique nigra qui signifie noir fait référence à son écorce.
    Dans la mythologie grecque, lorsque Phaéton* (fils d'Apollon) fut foudroyé par Zeus après avoir mal dirigé les chevaux de son père, ses 3 soeurs les Héliades* (Lampétie, Phaétuse et Phoebé.) trop désespérées furent métamorphosées par les dieux en peupliers* et leurs larmes en grains d'ambre, dédié aussi à la déesse Proserpine.
    Ce genre comprend environ 35 espèces d'arbres caducs à croissance rapide, tous originaires de hémisphère nord (Eurasie et Amérique) en zones tempérés.
    Durant des siècles, il a largement été utilisé comme arbre d'alignement, de reboisement le long des berges, pour protéger les terres arables, comme haies bocagères brise-vent, pour fixer les remblais et les sols, il s'utilise aussi en massif sous forme de cépée buissonnante, ou encore en sujet isolé dans les parcs et grand jardins.
    De nombreux hybrides à croissance plus rapide au bois moins cassant ont été obtenus par croisement entre le Peuplier noir d'Europe et celui d'Amérique,
    Parmi ces hybrides les connus d'entre eux sont :
    Populus x euroamericana  ancienne obtention par multiplication végétative du courant du XVIII siècle qui donna naissance à tout un groupe d'hybrides et de variétés, issu de divers croisements entre Populus nigra  d'Europe et le peuplier noir d'Amérique du Nord Populus deltoïdes  Marsh appelé par les anglophones ‘Cottonwood’.
    Cette lignée de cultivars* et clones* est aisément repérable par la présence de 2 glandes rougeâtres sur la feuille au niveau du pétiole, des arbres de croissance rapide peut sujet aux maladies, ayant une préférence pour les plaines alluvionnaires irrigués.
    Populus robusta  Schneid., synonymes, Populus x euramericana  'Robusta', Populus x canadensis  Moench var. Robusta, connut des anglophones sous le nom de ‘Poplar Robusta’, sujet mâle, port assez conique et rectiligne, les jeunes feuilles sont d'un rouge cuivré, feuillage vert brillant virant au jaune à l'automne, idéal pour tout sol bien drainé.
    Populus regenerata , synonyme Populus x canadensis  var. regenerata.
    Populus serotina  (T. Hartig) Rehd., synonyme Populus x canadensis  Moench var. Serotina Peuplier sérotiné connut sous le nom de ‘black Italian poplar’, dont le bois est recherché pour confectionner des lambris d'intérieur ou du bardage.
    Propriétés et utilisations :
    Des peupleraies* sont plantées dans les bassins hydrographiques pour l'exploitation de son bois blanc souple au grain très fin.
    Dans de nombreux pays, il est utilisé tel que en bois rond dans la construction de charpente ou sous forme de planches et voliges, pour confectionner des brouettes, des tombereaux pour les vendanges, confectionner du mobilier, des lattes, des panneaux de particules, du contre-plaqué ou des emballages, il est aussi recherché pour la confection de petits objets (caissettes, bourriches, boîtes dont boîte de fromage ou allumettes) et couramment utilisé comme bois de chauffage ou comme combustible pour la consommation locale.
    Réputé depuis l'Antiquité pour ses propriétés tinctoriales l'écorce, les bourgeons et les jeunes tiges selon la durée des bains, on obtient des teintes allant du jaune jonquille, au noisette, au chamois et autres tons mordorés.
    Dans de nombreux pays, le feuillage séché est donné comme fourrage au bétail.
    Il exsude de ses bourgeons un suc résineux butiné par les abeilles qui le transforment pour fabriquer la propolis.
    Le duvet cotonneux était utilisé pour le rembourrage des coussins et oreillers, des toiles et du papier.
    L'écorce riche en tanin et teinture était autrefois employé lors du tannage des cuirs.
    Les bourgeons floraux comme ceux du peuplier baumier Populus balsamifera, ont des propriétés anti-inflammatoires, antihémorroïdaire, antirhumatismales, antiseptiques (voies urinaires et appareil respiratoire) et cicatrisant, antitussifs, balsamiques, antinévralgiques, fébrifuges et sudorifiques, dépuratives et diurétiques et toniques. On en extrait une huile essentielle riche en tanin, glucosides flavonoïdes et glucosides phénoliques, qui contient de la populoside (un hétéroside), chrysine, salicine et populine.
    populus nigra
    Depuis le Moyen Age, la teinture de bourgeons, l'huile de bourgeons entre dans la composition de sirops antitussifs connut sous le nom de sirop des fumeurs (en association avec les bourgeons de sapin), ils sont toujours prescrits en gemmothérapie ; et dans celle de ‘l’onguent populeum’ prescrit dans le traitement des hémorroïdes, des gales et autres tumeurs inflammatoires, pour soigner plaies et blessures.
    Le suc résineux des bourgeons entre dans la composition d'onguent anti-inflammatoire et calmant pour traiter les engelures, les entorses et foulures, douleurs rhumatismale et arthritiques.
    Son écorce et son bois sont utilisés pour confectionner le charbon végétal excellent anti-diarrhéique prescrit aussi pour traiter les aigreurs d'estomac, les ballonnements. Autrefois régulièrement utilisé comme dentifrice et depuis l'Antiquité surtout réputé comme antidote pour ses propriétés absorbantes et neutralisantes.
    Avec les bourgeons, nos grand-mères préparaient un apéritif tonique en les faisant macérer dans du vin blanc additionné d'écorces d'orange amère.
    Son écorce et ses bourgeons sont toujours prescrit en décoction et tisane pour diminuer l’acide urique et les agrégats plaquettaires.
    Le peuplier noir joue un rôle important dans la nature car il a les propriétés de fixer les métaux lourds présents dans les sols.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Populus alba  L. appelé Peuplier blanc de Hollande, Peuplier blanc, consulter sa fiche.
    Populus x canescens  (Aiton) Sm., Grisard, consulter sa fiche.
    Populus nigra var. italica  (Moench) Duroi, Peuplier noir d'Italie, Peuplier de Lombardie, consulter sa fiche.
    Populus tremula L., Tremble, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *Liard ou Liardier parce qu'autrefois les jeunes pousses étaient utilisées comme celle de l'osier.
    * Peupleraies C'est à Olivier de Serre que l'on doit les premiers théories sur l'installation et création de peupleraies et autres arbres aquatiques, que l'on retrouve en 1713 dans le livre III, chapitre XX, page 405 du 'Nouveau Théâtre de l'agriculture et ménage des champs' de Louis Liger*.
    *clone individu reproduit par bouturage à partir d’un seul arbre (tête de clone) formant un groupe.
    *cultivar, c'est un clone couramment cultivé pour ses caractéristiques et son aspect ornemental, a qui l'on attribue un nom précédé de l'abréviation c.v.
    *Dode : Louis Albert Dode (1827-1914),avocat, botaniste français, spécialiste des arbres dont le peuplier, il fut dés sa création en novembre 1905, secrétaire archiviste, trésorier de la Société Dendrologique de France sise 65, avenue de la Grande Armée, Paris (16eme).
    *Louis Liger sieur d'Auxerre (1658-1717) agronome français, qui a repris le titre de son ouvrage au très célèbre et volumineux "Théâtre d'Agriculture et Mesnage des Champs d'Olivier de Serres seigneur du Pradel dans lequel est représenté tout ce qui est requis et nécessaire pour bien dresser, gouverner, enrichir et embellir la Maison Rustique' édition - 1er juillet 1600 Paris, Olivier de Serres (1539-1619).
    Phaeton et la transformation des Héliades Histoire de Phaéton, Livre 2, vers 1-399 et celle des Heliades, Livre 2, vers 340-366.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site