Ilex x meserveae  - Houx de Meserve 'Blue Maid'
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Houx de Meserve* 'Blue Maid', nommé par les anglophones 'Meserve Hollies' ou 'Blue Holly Meserve'.
    Nom latin : Ilex x meserveae  'Blue Maid'.
    famille : Aquifoliaceae.
    catégorie : arbre ou arbuste, un cultivar femelle, à l'écorce lisse, verte qui vire au gris clair en vieillissant.
    port : élancé, conique, compact et dense à ramification basale rectiligne les jeunes pousses sont pourprées virant avec le temps au vert foncé parsemé de lenticelles claires.
    feuillage : persistant, coriace, brillant d'un vert foncé bleuté en vieillisant les jeunes sont d'un vert plus clair, revers mat et vert clair, marge claire donnant l'impression qu'elle est vert-jaune. Sur un court pétiole feuilles simples (5cm), dressées, alternes, ovales-elliptiques, nervure centrale plus claire et marquée, à marge lisse en partie haute lisse puis irrégulièrement dentée devenant avec le temps piquante.
    floraison : au printemps (courant mai-juin), mellifère. A l'aisselle des feuilles en partie terminales, petites fleurs en fascicules.
    couleur : blanc à blanc légèrement rosé.
    fruits : sur les pieds femelles, petites drupes sphériques toxiques, charnues d'un brillant rouge vermillan, à pulpe jaune et 4 étroits noyaux de couleur paille, demeurant en place jusqu'au début du printemps si elles ne sont pas consommées avant par les oiseaux notamment les grives et les merles.
    croissance : assez lente.
    hauteur : 1,50 à 3/4m pour un étalement d'environ 2,50m adulte.
    plantation : au printemps ou à l'automne en prenant soin de bien choisir son emplacement car sa transplantation est assez délicate.
    multiplication : bouture semi-ligneuse en fin d'été, semis en automne ou greffage.
    sol : humide, argileux, riche, humifère, surtout bien drainé, il n'aime pas le calcaire.
    emplacement : soleil, mi-ombre lumineuse à l'abri des vents froids et des gelées pour protéger les drupes.
    zone : 5 - 9, bien adapté à la pollution atmosphérique.
    origine : Ilex x meserveae  (1964) une obtention américaine de de William Kosar - Arnold arboretum , issue de croisements entre Ilex aquifolium  et le prostré Ilex rugosa  F. Schmidt.
    entretien : juste un nettoyage des tiges dégarnies, généralement la taille de mise en forme s'effectue de préférence à la fin de l'été, comme les autres espèces de houx, il repart de souche et lui aussi peut être sujet aux pucerons, aux fumagine.
    Les tâches marron noirâtre présentent sur les feuilles sont dues aux larves de la mouche du houx Phytomyza ilicis.
    Au jardin il s'utilise en sujet isolé, dans les massifs arbustifs, les rocailles, les haies basses ou tout simplement dans des potées pour être mis à l'honneur au moment des fêtes.
    NB : Son nom ilexv  en latin désigne le chêne vert, attribué par J. Pitton de Tournefort* qui leur trouvait une similitude dans la forme des feuilles, et son nom spécifique lui a été donné en l'honneur de Mme F. Leighton Meserve (Saint James - Long Island New-York, membre de l'American society of Holly*) qui est à l'origine de cette sélection et sa diffusion à qui l'on doit aussi l'introduction de nouvelles espèces asiatiques.
    Ce genre comprend environ 400 espèces d'arbres et arbustes persistants ou caducs, originaires des zones tempérées et tropicales.
    Parmi les autres cultivars de la série 'Blue' :
    Ilex x meserveae  'Blue Angel' sujet femelle au port très compact et buissonnant, adulte avoisine 4 m de haut pour un étalement de 3 m, le feuillage d'un vert bleuté peu lors des hivers très froids se teinté de rouge.
    Ilex x meserveae  'Blue Girl' sujet femelle au port compact à associé avec Ilex x meserveae  'Blue Boy' à floraison parfumée si vous souhaitez avoir des baies comme pour toutes les autres espèces dioïques il faut songer à planter des pieds mâles et des femelles, compter 1 mâle pour 4- 10 femelles.
    Ilex x meserveae  Blue Princess' et 'Blue Prince' des sujets mâle et femelle au port plus étalé et trapu, adulte environ 4m de haut pour un étalement de 2. 50 m, deux cultivars recherchés pour leur croissance rapide, sujet femelle abondante fructification piriforme, tolère le calcaire.
    Propriétés et utilisations :
    Le feuillage, l'écorce et les drupes contiennent un alcaloïde, la théobromine (substance proche de la caféine présente aussi dans le chocolat qui selon le dosage peut être toxique pour les chevaux et les animaux domestiques, ayant des effets sur le système nerveux.
    Attention, les drupes sont émétiques et purgatives, comme celles du houx commun qui étaient autrefois utilisées pour ces effets là.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Ilex aquifolium  Houx commun, consulter sa fiche
    Ilex paraguariensis  Saint-Hil. ou Maté, Thé du Paraguay, Thé des Jésuites, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *American Society of Holly qui depuis 1957 édite et met à jour régulièrement le célèbre ouvrage de référence pour les anglophones 'Handbook of Hollies'.
    * Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708) médecin, botaniste aixois, qui constitue un célèbre herbier comprenant les flores dauphinoise, savoyarde,parisienne et montpelliéraine, il fixe définitivement le genre Aphyllanthes monspeliensis, l'initiateur du premier système de classification des fleurs sur leurs caractères constants, repris par Linné.
    Conseiller du Roy, en 1683 il est nommé professeur de botanique au jardin du Roy (aujourd'hui le Jardin des plantes), en 1691 académicien pensionnaire de l'Académie Royale des Sciences, puis en 1696 docteur de la faculté de médecine de Paris.
    En 1700, à la demande de Louis XIV il entreprend un voyage de deux ans aux pays du Levant qu'il relate en deux volumes publiés en 1717 sous le titre 'Relation d'un Voyage du Levant fait par ordre du Roy' (contenant, l’histoire ancienne et moderne de plusieurs isles de l'archipel, de Constantinople, des côtes de la Mer Noire, de l'Arménie, de la Géorgie, des frontières de Perse et de l'Asie Mineure) au cours de ce séjour il s'intéresse aux drogues, préparations médicinales et plantes d'où on les tire (Histoire abrégée des drogues simples). On lui doit l'acclimatation des térébinthacées afin de ne plus dépendre de l'Orient.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site