Cupressus macrocarpa  - Cyprès de Lambert
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Cyprès de Lambert, Cyprès de Monterey, Cyprès à gros fruits, parfois appelé sapinette, nommé par les anglophones 'Monterey cypress'. Photo sujet de 130 ans.
    Nom latin : Cupressus macrocarpa  Hartweg ex Gordon, synonyme Cupressus lambertiana  Carrière.
    famille : Cupressaceae
    catégorie : arbre (conifère) au tronc court, trapu à l'écorce d'un brun rougeâtre qui sur les vieux sujets vire au gris cendré, elle à tendance à tendance à se desquamer en écailles, la ramification est ascendante en angle aigu 45°.
    port : élancé, évasé, large cime tabulaire chez les sujets âgés, les jeunes sujets ont une forme conique.
    feuillage : persistant, aromatique (rappelant un peu celui de la citronnelle), jeune feuillage jaune- vert clair puis vert franc, brillant. Sur des rameaux cylindriques, feuilles triangulaires squamiformes.
    fleurs : à l'extrémité des rameaux, chatons mâles oblongs ocre jaune à brun clair chargés en pollen pouvant être allergisant de février à avril selon climat, les femelles globuleux verts réunis en bouquet à l'extrémité des jeunes pousses.
    fruits : strobiles vertes (2,5 à 5cm) globuleuses courtement mucronées à 10 -12 écailles polygonales, gris brillant puis à maturité (tous les deux ans) d'un brun violacé, contenant de nombreuses petites graines ailées pourvues de glandes résineuses.
    croissance : rapide.
    hauteur : 20-25 m, étalement 7-10 m.
    plantation : printemps ou automne. Bien choisir son emplacement, il possèdes une racine principale pivotante et des racines traçantes, pour une haie brise-vent compter environ 4m de distance.
    multiplication : semis au printemps après avoir pris soin de conserver les graines au froid durant 3 mois (pour respecter la dormance), bouturage en fin d'été.
    sol : indifférent, drainé sinon ras même sec et calcaire.
    emplacement : soleil, mi-ombre, ombre. Excellente résistance au vent et aux embruns.
    zone : 7 - 10. Tolère jusqu'à -15°, à savoir le poids de la neige sur les ramures peut casser les branches, il est à réserver pour les climats maritimes doux (besoin d'une forte hygrométrie).
    origine : Californie, sur une zone assez réduite dans la baie de Monterey et Carmel Bay à Cypress Point et Point Lobos, aujourd'hui cultivé dans diverses parties du globe au climat approprié.
    entretien : les cyprès effectivement supportent la taille, prenez le temps de lire les remarques sur les thuyas & cyprès.
    NB : Il est cultivé un peu partout comme arbre d'ornement en sujet isolé ou pour former des rideaux brise-vent, en France le long des côtes de l'Atlantique pour protéger d'autres plantations depuis son introduction en 1838, il a fréquemment été utilisé pour reboiser des zones le long de ce littorale.
    Le nom Cupressus  vient du latin ou il désigne le genre mot venant du grec 'kuparissos' qui désigne l'espèce, un mot qui pourrait peut avoir une origine sémitique d'autres auteurs pensent que cela viendrait plus tôt de Cyprus qui indique son origine Chypriote, macrocarpa  vient du grec 'makros' qui signifie long et 'karpos' qui désigne un fruit, donc Cyprès à gros fruits, et lambertiana  parce que les premiers cyprés plantés vers 1838 en Angleterre (Chiswick - Acton) sont issus de graines présentées à la RHS* par le botaniste anglais Aylmer Bourke Lambert *, concernant ces graines la petite histoire raconte que Lambert ne se souvenait plus du tout de leur origine.
    Ce genre comprend une vingtaine d'espèces de conifères dont deux sont originaires de l'Europe, les autres originaires de l'Asie (Chine occidentale et chaîne de l' Himalaya), de l'Afrique du Nord, de l'Amérique Centrale et de l'ouest des États-Unis.
    Les cyprès ont un pollen au pouvoir allergisant, lorsqu'ils sont en trop grande quantité dans l'athmosphère ils peuvent provoquer ou favoriser l'apparition d'allergies, avant d'en planter prendre le temps de lire Nos arbres, leur pollen et les allergies.
    Parmi les nombreux cultivars citons :
    Commercialisés indifféremment sous Cupressus macrocarpa  et Cupressus lambertiana  ce dernier utilisé au sein de l'Europe.
    Cupressus lambertiana  'Aurea ou Lutea' un des plus anciens cultivars au feuillage doré, adapté aux embruns.
    Cupressus lambertiana  'Donard's Gold est un cv plus récent assez proche de 'Aurea'.
    Cupressus macrocarpa  'Fastigiata' au port fastigié, il existe une variante au feuillage doré 'Fastgiata aurea'.
    Cupressus macrocarpa  Golden cone au port étroit, conique au feuillage doré.
    Cupressus macrocarpa  Golden crest ou 'Goldcrest' au port conique étroit, environ 8-10 m de haut pour un étalement de 3m feuillage brillant d'un jaune doré (vert chartreuse), se cultive en pot.
    Cupressus macrocarpa  'Greenstead Magnificent' au port prostré étalé environ 1 m de haut au feuillage vert de gris glauque, idéal pour les rocailles.
    Cupressus macrocarpa  'Esmerald crest' au port conique au feuillage vert émeraude.
    Cupressus macrocarpa  'Golden Pillar' port pyramidale étroit, 4,5 -12m de haut, il aurait une croissance assez lente (entre 2,5 et 4,5m en 10 ans) au feuillage brillant d'un vert chartreux virant au jaune doré au soleil. Recherché pour les bonzaïs ou le topiaire pour sa couleur changeante, zones 8
    Cupressus macrocarpa  'Lutea horizontalis' comme son nom l'indique port prostré au feuillage doré, idéal pour les rocailles.
    Cupressus macrocarpa  "Wilma" au port colonnaire feuillage d'un vert chartreux, croissance lente environ 3 m de haut en 10 ans.
    Maladies et parasites :
    Les cyprès sont sujet à une maladie cryptogamique, le chancre cortical Seiridium cardinale un champignon qui s'introduit sous l'écorce via des micro-fissures ou plaies (provoquées par le gel, les frottements), les galeries des scolytes, provoquant au niveau de l'écorce des boursouflures rougeâtres accompagnées d'écoulement résineux avec l'apparition de pustules noirâtres (des spores propagés par la pluie et le vent), avec une décoloration des ramules suivi d'un brunissement entraînant le dessèchement, parasitant ainsi progressivement tout le conifère, provoquant à plus ou moins long terme le dépérissement.
    Ce chancre a été repéré pour la première fois aux États-Unis vers 1924 sur les Cupressus macrocarpa , vingt ans plus tard on le retrouve dans le Midi de la France et dans le reste de l'Europe méridionale. Malheureusement, il n'existe pas de traitement satisfaisant contre ce chancre, la seule chose à faire est de supprimer l'intégralité des branches atteintes (au ras du tronc) puis de les brûler, idem pour les arbres morts.
    Autrefois ce chancre était surtout répandu dans le sud de la France, aujourd'hui il s'est propagé jusqu'au nord de la France et en Belgique s'attaquant notamment aux fameuses haies mono espèce de cyprès de Leyland ainsi qu'aux thuyas. A savoir les haies d'une seul espèce favorise la propagation rapide des parasites.
    Ils sont visités par les scolytes qui signalent leur présence par des petits trous circulaires , des traces de sciures ou des vermoulures au pied, mais creusent des galeries qui entrave la circulation de la sève entraînant le dépérissement des parties atteintes, qu'il faut couper puis brûler.
    Il a été constaté que les populations sont plus importantes lorsqu'il y a eu des gelées tardives, des périodes de sécheresse provoquant des stress hydriques, ce sont des incidences climatiques qui affaiblissent les arbres et l'on sait qu'ils s'attaquent généralement aux arbres faibles et que les scolytes produisent des phéromones qui attirent leurs congénères.
    Lorsque l'atmosphère est trop sèche ou les plantations trop serrées et mal ventilées, les cyprès sont sujet à des attaques d'acariens tétranyques, dont Eurytetranychus admes qui s'attaquaient autrefois au genre Picea provoquant aussi le dessèchement et la chute prématurée du feuillage.
    Ils peuvent aussi être sujet aux attaques de gros pucerons gris-brun Cinara cupressi qui forment de véritable manchon autour des rameaux provoquant aussi un dessèchement avec en plus l'apparition de miellat collant.
    Pour finir, dans des sols trop lourds, trop mouillés ils sont sensible au pourridié racinairedu à la présence d'un champignon microscopique qui provoque un dessèchement assez brutal, il n'existe aucun traitement, excepté l'arrachage.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Cupressus arizonica  Greene, Cyprès de l'Arizona ou Cyprès bleu, consulter sa fiche.
    Cupressus cashmeriana  Royle ex Carrière ou Cyprès du Cachemire, consulter sa fiche où figurent les autres espèces du genre.
    Cupressus dupreziana  A. Camus ou Cyprès du Tassili ou Cyprès de Duprey, consulter sa fiche.
    Cupressus glabra  Sudworth ou Cyprès glabre, consulter sa fiche.
    Cupressus leylandii  A. B. Jackson & Dallimore ou Cyprès de Leyland, consulter sa fiche.
    Cupressus sempervirens  L., synonymes Cupressus roylei  Carr, Cupressus orientalis  Hort.ex Beissn. Cupressus umbilicata  Parl., Cyprès d'Italie ou de Provence, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *RHS La Société Royale d’Horticulture d’Angleterre fût créée en 1660 au Gresham Collège de Londres, depuis 1967 elle est située à Carlton House Terrace, St James district à Londres.
    Aylmer Bourke Lambert (1761-1842) a qui l'on doit entre autre le plus célèbre Herbarium d'Angleterre, l'édition en collaboration avec Joseph Banks de la description du genre Cinchona (Quinquina) en 1797, puis l'une des premières description du genre Pinus (1803 terminé en 1832), un pin lui a d'ailleurs été dédié Pinus lambertiana  Douglas.
    Il fut en 1788 membre de la Linné Société de Londres (Linnean Society of London) dont il devint par la suite vice-président, puis membre de la RHS en 1791, durant toute sa vie il se dédia à la propagation des espèces et à la création de jardins.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site