Ceanothus thyrsiflorus - Céanothe à thyrse 'Repens'
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Céanothe rampant, nommé par les anglophones 'Creeping blue blossom, California Low lilac, Low Blue Blossom'.
    Nom latin : Ceanothus thyrsiflorus var. repens McMinn*, synonyme Ceanothus thyrsiflorus 'Repens', il est considéré par The Plantlist comme synonyme de Ceanothus thyrsiflorus Eschw., Ceanothus thyrsiflorus var. thyrsiflorus, Ceanothus thyrsiflorus var. chandleri Jeps., Ceanothus elegans Lem., Forrestia thyrsoides Raf.
    famille : Rhamnaceae.
    catégorie : arbrisseau d'une durée de vie ne dépassant pas les 25 à 35ans.
    port : rampant, tapissant, buissonnant, il sert d'abri pour les oiseaux.
    feuillage : persistant coriace, vert franc à vert foncé brillant sur le dessus, fortement nervuré lui donnant un aspect gaufré, au revers plus clair et duveteux. Petites feuilles alternes obovales à marge festonnée et ondulée.
    floraison : abondante au printemps courant mai-juin durant plus d'un mois, délicatement parfumée, un léger parfum de miel, nectarifère et pollinifère visitée par les abeilles, les bourdons, les colibris et par certaines espèce de papillons.
    Petites fleurs réunies en thyrses denses et compactes.
    Il peut y avoir une remontée en été si une taille des fleurs fanées est effectuée après la floraison.
    couleur : bleu ciel à bleu profond.
    croissance : lente.
    hauteur : 0.50-0.80/1m , Ø 2.50 à 3m.
    plantation : à l'automne ou au printemps en lui laissant suffisamment de place pour son développement au minimum 1.20m. il est recommandé de bien choisir son emplacement car son système racinaire est fragile et il n'apprécie pas les transplantations.
    multiplication : par bouturage de tiges aoûtées ou de tête au printemps, par marcottage.
    sol : légèrement acide ou neutre, fertile, surtout bien drainé, parfaitement adapté au sol sablonneux et argileux.
    emplacement : soleil, mi-ombre partielle à l'abri des vents froids, adossé à un mur.
    zone : 8 - 9, tolère jusqu'à -12°C, parfaitement adapté aux embruns et à la sécheresse une fois qu'il est bien installé.
    origine : obtention horticole californienne développée dans les années 30, époque où l'United States Forest Service, des pépiniéristes, des jardins botaniques et des jardiniers amateurs ont développés des couvre-sols persistants indigènes à la Californie.
    entretien : arroser les deux premières années après la plantation pour favoriser son implantation, il ne demande pas d'entretien spécifique, juste une taille de nettoyage en supprimant les rameaux morts. Prévoir un bon paillage pour l'hiver.
    maladies et ravageurs : un excès en eau favorise le développement du pourridié, il n'aime pas le calcaire qui provoque le jaunissement du feuillage (chlorose ferrique), il peut être sujet aux cochenilles à coques.
    NB : son nom Ceanothus vient du grec 'keanôthos', mot qui désigne une espèce de chardon, choix faisant certainement allusion à la forme de leur inflorescence en thyrse, son nom spécifique thyrsiflorus, fait référence à ses fleurs en thyrses.
    Ce céanothe a sa place dans les jardins en bord de mer près des ouvertures et des cheminements, comme couvre-sol sur les talus, dans les rocailles, en massif isolé et il peut entrer dans la composition de haies basses ou tout simplement dans des potées pour orner balcons, patios et terrasses.
    Ce genre sur 200 noms référencés après révision en 2012 ne comprend plus que 62 espèces et 98 synonymes. Des espèces d'arbustes ou d'arbrisseaux majoritairement persistants, dont 44 d'entre eux sont originaires des chaparrals californiens, de l'ouest du Nevada et du sud-ouest de l'Oregon, 2 de Floride et 51 espèces de l'ouest de l'Amérique du Nord, 4 de l'est américain et les espèces caduques comme Ceanothus americanus, herbaceus, integerrimus, ovatus, parvifolius, sangineus sont originaires du sud du Québec, de la Nouvelle-Angleterre et de l'Ontario.
    Les céanothes ne tolèrent pas l'ombre, dans leur milieu naturel ils commencent à s'éteindre progressivement avec la croissance de la canopée arbustive et celle des conifères avoisinants, dans ces zones là les graines ne germeraient pas.
    Leur système racinaire comporte des nodosités où se développent des bactéries qui se multiplient et fixent l'azote, et les plantes avoisinantes récupèrent les composés azotés qui sont produits dans ces nodules; il a été constaté que des espèces vivent ainsi en symbiose avec eux.
    Lire 'The role of the genus Ceanothus in western forest ecosystems' par Annabelle E. Jaramillo, Kermit Cromack et Sharon Rose, édité en 1985 de U.S. Department of Agriculture, Forest Service - publication of General Technical Report (GTR) consultable en ligne.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Ceanothus arboreus Greene, consulter sa fiche.
    - Ceanothus dentatus Torr. & Gray, consulter sa fiche.
    - Ceanothus divergens C. Parry, consulter sa fiche.
    - Ceanothus gloriosus J. T. Howell., consulter sa fiche.
    - Ceanothus griseus (Trel. ex B.L.Rob.) McMinn, consulter sa fiche.
    - Ceanothus impressus Trel., consulter sa fiche.
    - Ceanothus intergerrimus Hook. & Arn, consulter sa fiche.
    - Ceanothus thyrsiflorus Eschsch, consulter sa fiche.
    - Ceanothus tomentosus C. Parry, Céanothe tomenteux, consulter sa fiche.
    - Ceanothus x delilianus E. Spach., et ces cultivars, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *McMinn, abréviation botanique pour le botaniste, dendrologue et horticulteur californien Howard Earnest McMinn (1891-1963), il enseigne la botanique à Oakland au Mills College (Université privée), il est l'auteur de nombreux articles et d'ouvrages de référence sur la végétation des côtes du Pacifique californien dont 'An illustrated manual of California shrubs', publié en de 1939 à San Francisco.
    nmauric©02.01.2000 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.




compteur de visite