Acer tataricum  - Érable de Tartarie
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Pierre-Joseph Redouté*
    Nom commun : Érable de Tatarie ou Tartarie, Érable du fleuve Amour, nommé par les anglophones 'Tatarian maple' ou à tort 'Amur Maple'.
    Nom latin : Acer tataricum  L*, Acer tartaricum  Moench*, Acer tartarinum  Poir.*, Acercordifolium  Moench non Hort.
    Illustration, planche 9 de Pierre Joseph Redouté*, dans le Traité des arbres et arbustes de H.L. Duhamel du Monceau, Nouvelle édition de 1809-1819, vol. 4, page 35, contribution de la librairie digitale du Real Jardín Botánico de Madrid, Espagne.
    famille : Aceraceae, section Ginnala pour flora of China, pour The Plant list Sapindaceae.
    catégorie : petit arbre pouvant être centenaire, souvent à troncs multiples dont l'écorce brune légèrement gerçurée et striée de jaune, son enracinement est superficiel composé de fines racines.
    port : dense, compact, évasé, arrondi.
    feuillage : caduc, vert moyen brillant sur le dessus, au revers plus clair aux nervures saillantes, virant en automne au jaune-orangé puis au rouge assez vif. Feuilles trilobées, le lobe central est plus long, marge irrégulièrement dentelée, pétiole pourpré.
    floraison : au printemps fin avril début mai, après le débourrement. Panicules dressées de petites fleurs hermaphrodites parfumées et nectarifères visitées par les abeilles.
    couleur : blanc à blanc-crème
    fruits : samares (5 cm) vert et rose virant au rouge assez vif brillant, pourvues d'ailes semi-ovales, elles finissent par brunir et persistent une bonne partie de l'hiver.
    hauteur : 6 à 7 m.
    plantation : à l'automne.
    multiplication : par semis après stratification et par greffage.
    sol : tous humide mais bien drainé, supporte le calcaire.
    exposition : soleil, mi-ombre, ombre légère.
    zone : 3/4 - 9, tolère aisément - 20°C.
    maladies et ravageurs : peut être sujet à la verticilliose.
    origine : nord-est de l'Asie centrale, Russie (Sibérie, Caucase et Crimée), Chine, sud-est de l'Europe.
    NB : Son nom Acer  vient du latin où il désigne le genre, ce mot signifie pointu ou âpre et son nom spécifique tataricum  pour nous préciser son origine Tatare (Tartare) qui correspond au Turkestan, à la Mongolie, à la Manchourie, la Dzoungarie (nord du Xinjiang) et à la Daourie (Sibérie, région du Lac Baïkal).
    Sa rusticité, son faible enracinement et faible développement fait qu'il est recherché pour les petits jardins et les espaces réduits, il s'utilise également dans les haies libres conduit en cépée et comme arbre d'alignement dans les villes car il tolère bien la pollution atmosphérique.
    Ce genre comprend environ 115 arbustes ou arbres caducs dans l'ensemble quelques persistants ou semi persistants, originaires principalement des zones tempérées de l'hémisphère nord, dans le sud-est de l'Asie (Chine, Corée, Taïwan et au Japon) majoritairement en Chine, 9 espèces en Amérique du Nord dont huit espèces présentes au Québec et seulement 5 espèces en Europe.
    Sous-espèces et cultivars :
    - Acer tataricum subsp. ginnala  anciennement Acer ginnala  Maxim.*, c'est lui l'Amur maple, Érable de Mandchourie, Érable du fleuve Amour parce qu'on le trouve le long de ce fleuve, en Sibérie, Chine, Mongolie, Corée et Japon, 5 à 6 m de haut, port évasé à cime arrondie, feuillage trilobé vert foncé virant au rouge orangé à l'automne, floraison blanc-crème, voir photo.
    - Acer tataricum subsp. ginnala  'Compacta', 2,5 m x 3 m, recherché pour les petits jardins.
    - Acer tataricum  'Ginnala Flame', 4.50 à 6 m de haut, feuillage profondément découpé, vert foncé brillant, virant au jaune, rouge écarlate, rouge orangé puis au pourpre en automne, et ses nouvelles pousses sont teintées de rouge. Floraison crème jaune parfumée, préférence pour les sols humides bien drainé, recherché pour être cultivé sous forme de bonsaï, découvrir le diaporama de la collection de bonsaïs centenaires de Happo-en garden à Tokyo.
    Aux États-Unis, où il a été introduit en 1860, les recommandations du jardin botanique du Missouri, déconseille sa plantation car il a tendance à supplanter les espèces indigènes dans les zones où il a été introduit. Il figure dans l'Atlas des plantes invasives des États-Unis.
    © Dow Gardens Archive, Dow Gardens, Bugwood.org
    - Acer tataricum  Hot Wings ® 'Garann', 3 à 5 m x 5 m de haut, feuillage gaufré vert foncé brillant, virant au rouge écarlate, rouge pourpre en automne, floraison jaune parfumée, samares de 3 cm d'un beau rouge vif un peu cerise.
    - Acer tataricum  Rugged Charm ® obtention nord-américaine, de grande taille, 8 à 10 m x 5 m, port compact de forme ovale, feuillage vert foncé brillant virant au jaune, orange, et rouge à l'automne, floraison crème parfumée, samares 2,5 cm, d'un rouge framboisé, un arbre d'altitude, excellente résistance au froid tolère jusqu'à -20° à -25°, tolère le calcaire, affiche une préférence pour les sols humides et frais mais bien drainé.
    Autres espèces dans l'Encyclopédie :
    - Acer capillipes  Maxim. Érable à peau de serpent, Érable jaspé de rouge, consulter sa fiche
    - Acer buergerianum  Miq., synonyme Acer trifidum  Thunb., Érable de Bürger, Érable trident nommé par les anglophones 'Trident maple', consulter sa fiche.
    - Acer campestre  L., Érable champêtre, consulter sa fiche.
    - Acer cappadocicum   'Aureum', Érable de Cappadoce doré, consulter sa fiche.
    - Acer carpinifolium  Siebold.& Zucc., Érable à feuilles de Charme, consulter sa fiche.
    - Acer circinatum  Pursh, Érable circiné, Érable à feuilles de vigne, consulter sa fiche.
    - Acer davidii  Franch., Érable de David, érable à peau de serpent, consulter sa fiche.
    - Acer ginnala  Maxim. , Érable du fleuve Amour, Érable de Mandchourie, consulter sa fiche
    - Acer griseum  (Franchet) Pax, Érable gris, érable cannelle, Érable à écorce de bouleau, consulter sa fiche
    - Acer japonicum  Thunb. ex Murray, Érable du Japon, consulter sa fiche
    - Acer japonicum  'Aconitifolium', Érable du Japon à feuilles d'aconit, consulter sa fiche
    - Acer monspessulanum  L., Érable de Montpellier, consulter sa fiche.
    - Acer negundo  Miq., Érable négondo, Négundo ou Négondo, Erable à feuilles de Frêne, consulter sa fiche.
    - Acer negundo  'Variegatum', Negundo panaché, consulter sa fiche
    - Acer oliverianum  Pax , Érable d'Oliver, consulter sa fiche
    - Acer palmatum  'Bloodgood', Érable palmé 'Bloodgood', consulter sa fiche.
    - Acer palmatum  'dissectum', Érable palmé 'Dissectum' (ciselé), consulter sa fiche.
    - Acer platanoides  L., Érable plane ou érable de Norvège, consulter sa fiche.
    - Acer platanoides  'Crimson king', Érable plane rouge, consulter sa fiche.
    - Acer pseudoplatanus  L., Érable sycomore, consulter sa fiche;.
    - Acer rubrum  L., Érable rouge du Canada, Érable de Charles Wager, consulter fiche
    - Acer saccharinum  L., Érable argenté, consulter sa fiche
    - Acer saccharum  Marshall, Érable à sucre, consulter sa fiche
    - Acer shirasawanum  'Aureum', Érable shirasawanum doré, consulter sa fiche
    - Acer sieboldianum  Miq., Érable de Siebold, consulter sa fiche

    Annotations :
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier 'Linnean Herbarium', le plus riche de son époque ne contenait que 7000 plantes, est conservé au Musée national d'histoire naturelle de Stockholm.
    *Maxim., abréviation botanique pour le botaniste taxonomiste russe-allemand Carl Johann (Ivanovich) Maximowicz (1827-1891) un grand explorateur collecteur qui fut le spécialiste des flores du Japon et de Mongolie, de nombreuses espèces asiatiques lui ont été dédiées. Nommé en 1852 conservateur du jardin botanique de Saint-Pétersbourg. L'année suivante, pour enrichir les collections, il entreprend un tour du monde qui débute par Rio de Janeiro et Valparaiso, ce voyage à bord de la frégate russe Diana, est interrompu par la guerre de Crimée (1854-56) qui le mène à explorer les rives du fleuve Amour et l'est sibérien jusqu'en 57, lui permettant ainsi de publier 'Amurensis Primitias Florac' (1859) avant de se rendre en Mandchourie, puis, durant les quatre années suivantes, il parcourt l'archipel du Japon (Yesso, aujourd'hui Hokkaïdo, Nippon = Honshu et Kyushu) avant de découvrir l'Angleterre.
    En 1864, il est nommé membre de l'Académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg. A partir de 1869, il rédige de nombreuses publications dans le Bulletin de l'Académie Impériale sur la flore d'Asie orientale et plusieurs monographies notamment celle des viola et des rhododendrons 'Rhododendrae Asie Orientalis' ed. 1870.
    *Moench., abréviation botanique, pour le botaniste allemand Conrad Moench (1744-1805), durant toute sa vie il enseigne à l'Université protestante de Marbourg (Hesse- Allemagne) et il est en total désaccord avec Linné à propos de la classification des plantes, on lui doit des ouvrages sur la systématique. Un petit genre de 3 espèces présentes au sud de l'Europe, lui est dédié Moenchia (Caryophyllaceae) par un autre opposant à Linné, le médecin botaniste allemand F.K. Medicus (1736-1808), ainsi qu'à une douzaine d'espèces spécifiques sous la forme moenchii, moenchia, moenchiana.
    *Poir. abréviation botanique de Jean Louis Marie Poiret (1755-1834) botaniste, explorateur français qui séjourne une année en Algérie, séjour qu'il relate dans 'Voyage en Barbarie : ou lettres écrites de l'ancienne Numidie pendant les années 1785 & 1786, sur la religion, les coutumes & les moeurs des Maures & des Arabes-Bédouins' avec un essai sur l'histoire naturelle de ce pays.
    Un petit genre d'Amérique centrale Poiretia de la famille des Fabaceae, lui a été dédié ainsi que plusieurs espèces d'origines maghrébines.
    *Redouté, Pierre-Joseph Redouté (1759-1840), illustrateur botanique ardennais qui s'installe à Paris comme peintre-décorateur chez son frère ainé, il se rend régulièrement au Jardin du Roi pour y travailler la peinture florale. C'est là qu'il rencontre un magistrat du roi passionné de botanique L'Héritier de Broutelle, qui en fait son assistant, illustrant des ouvrages de botanique, comme l'Encyclopédie botanique de Lamarck. En 1788, il devient le dessinateur de la Reine Marie-Antoinette, puis celui de l'Académie des Sciences et pour finir en 1804, le peintre officiel de l'Impératrice Joséphine.Le plus connu d'entre eux est son ouvrage sur les Roses en 3 volumes, Paris, Didot, 1817-1824, toujours réédité, des gravures et des lithographies sont à découvrir au Musé communal Pierre Joseph Redouté - 6870 Saint-Hubert.
    nmauric©14/03/2000 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site