Palmiers & Cycas
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Maladie des palmiers dans le sud de l'Europe.

    Depuis 2001, certaines espèces de Palmiers du Sud de la France dépérissent car ils sont sujets à la chenille de Paysandisia archon, un Lépidoptère qui déjà avait été malencontreusement introduit depuis l'Argentine dans les années 1919 que l'on croyait éradiqué après le gel de 1929 qui avait sévit sur la Côte d'Azur. Mais en 2001, suite à des introductions de nouvelles essences depuis l'Amérique du sud, il est réapparut chez des pépiniéristes varois (Hyères), invasion qui a rapidement progressé dans le sud de la France (2002 présente dans l'Hérault), présent aussi dans les palmeraies du sud de l'Espagne, en Italie et 1 cas répertorié à ce jour en Angleterre (avril 2005).

    Les espèces qui à travers le monde pourraient être sujettes aux attaques du Paysandisia archon :

    Paysandisia archon

    Butia yatay, Chamaerops humulis, Latania, Livistona chinensis, Livistona decipiens, Livistona saribus, Phoenix canariensis, Phoenix dactylifera, Phoenix reclinata, Sabal, Trachycarpus fortuneiplus connu sous le nom de Chamaerops excelsa, Trithrinax campestris et Washingtonia filifera

    La femelle pond à la base des pétioles foliaires et les larves se nourrissent tranquillement en creusant des galeries dans le stipe.
    Lire l'article sur ce ravageur
    Paysandisia archon , voir la photo en grand format.

    Son dépistage en octobre 2001, a mis au jour la présence d'un second papillon qui s'attaque aussi aux palmiers : "la pyrale pseudarenipses insularum", qui n'a jusqu'à présent attaqué qu'une seule espèce. (Source INRA)

    Il figure dans l'Arrêté du 7 février 2002 modifiant l'arrêté du 31 juillet 2000 établissant la liste des organismes nuisibles aux végétaux, produits végétaux et autres objets soumis à des mesures de lutte obligatoire.

    Le charançon rouge des Palmiers :

    Depuis septembre 2009, en Provence, Alpes, Côte d'Azur, Corse et Languedoc-Roussillon, Phoenix canariensis, Phoenix dactylifera et Washingtonia filifera sont aussi menacés de disparition depuis l'apparition d'un coléoptère, le charançon rouge des Palmiers Rhynchophorus ferrugineus  qui effectue ses pontes au coeur du palmier où se développent ses larves.

    Charançon du palmier En France, sur l'ensemble du territoire national, la lutte a été rendue obligatoire (surveillance et lutte) par arrêté du ministère de l'alimentation, de l'agriculture et de le forêt du 21 juillet 2010 modifié (format pdf), dans l'annexe figure les conditions dans lesquelles les traitements des palmiers doivent être réalisés.

    Publication du protocole d'intervention au Bulletin Officiel du Ministère chargé de l’agriculture n° 34 du 27 août 2010, qui a pour objectif de préciser les conditions de mise en œuvre des interventions sur les palmiers infestés en vue de l’éradication du charançon rouge du palmier.
    Méthode de lutte et de prévention préconisées par l'INRA de Montpellier.


    - Les Palmiers -
    Les palmiers ou Arecaceae : Des angiospermes monocotilédons, une famille qui comprend 2500 espèces arborescentes et 215 genres. Ils sont originaires des régions équatoriales et subtropicales: Afrique, Amérique centrale et Amérique du Sud, Asie Méridionale, Océanie et quelques uns des régions tempérées septentrionales.

    Description
    Les palmiers peuvent être monoïques, dioïques ou bisexués. Ils possèdent un solide enracinement et les troncs sont d'une grande élasticité pour résister au vent.
    Le tronc
    Tronc cylindrique, unique (stipe) non ramifié, surmonté de grandes feuilles en rosette, ou tronc très réduit appelé palmiers acaules comme le calamus ou en forme de buisson, aux troncs multiples, ou encore grimpants. Ce tronc peut être complètement lisse, muni d'épines ou bien marqué de cicatrices foliaires, ou enveloppé par les restes des gaines foliacées.
    Les feuilles
    Feuilles coriaces disposées en spirale dense, excepté pour les espèces arbustives et grimpantes où elles sont alternes.

    Les feuilles constituées d'un limbe subdivisé en segments rigides (pinnules), peuvent être palmées, palminervées, bipennées ou pennées.
    Leurs pétioles (rachis) de consistance ligneuse, sont parfois épineux.
    Les feuilles palmées : limbe en éventail, formé de pinnules toutes insérées dans l’apex du rachis.
    Les feuilles palminervées : limbe en éventail, constitué de pinnules insérées en partie terminale du rachis forment une nervure proéminente.
    Les feuilles pennées ou bipennées : pinnules insérées sur les côtés du rachis.
    Les pinnules présentent un ou plusieurs plis, qui peuvent être en arête de poisson, linéaires, pointues ou tronquées. Celles du bas sont souvent sous forme d'épines.

    Les inflorescences et les fruits.
    Grandes inflorescences, ramifiées généralement constituées de panicules racémeuses ou d'épis, parfois en forme de spadice enveloppées et protégées par une ou plusieurs bractées (spathes), de consistance coriace ou ligneuse .
    - Les palmiers monocarpiens, meurent après la floraison (Metroxylon sago, Caryota urens L.)

    - Les palmiers polycarpiens sont à floraisons renouvelées.
    L'inflorescence isolée ou multiple, peut se développer parmi les feuilles, parfois au-dessus ou au-dessous de celles-ci.
    Les fleurs monosexuées sont petites, sessiles ou pédonculées, solitaires ou groupées sur le même pédoncule, peu visibles, de couleur jaune-verdâtre. Les femelles sont plus grandes et moins nombreuses que les mâles. La pollinisation est anémophile ou entomophile. Les fruits sont des baies à gros noyau comme les dattes; des drupes comme les noix de coco, certaines sont couvertes d'écailles imbriquées comme celui du sago ou du raphia. Les graines des palmiers (de 1 à 3) sont très riches en lipides (graisses et huiles) et en protéines.

    Classification des Palmiers

    Coryphoideae
    Carpelles libres, un fruit à baie, des feuilles pennées ou en éventail ( Phoenix, Chamaerops, Trachycarpus, Livistonia, Sabal, Washingtonia ).
    Borassoideae
    Feuilles en éventail, un périanthe typique de la famille, un ovaire syncarpien ( Hyphaene = le Doum, Borassus, Lodoicea ).
    Lepidocaryoideae
    Ovaire syncarpien et des fruits couverts d'écailles imbriquées (Raphia, Metroxylon, Calamus ).
    Ceroxyloideae:
    Ovaire syncarpien et des feuilles pennées (Arenga, Ceroxylon, Areca, Cocos ).
    Nipoideae:
    Fleurs mâles avec 3 étamines connées et un ovaire uniloculaire ( Nipa) .
    Phytelephasieae
    Fleurs sans périanthe, un nombre élevé d'étamines chez les fleurs mâles, et des fleurs femelles à ovaires multiloculaires (4-9 loges), des infrutescences ( Phytelephas )

    La culture

    Les palmiers ont été introduits à titre ornemental dans les jardins et parc d'Europe au 19 ème siècle. Les espèces les plus utilisés sont: Erythea Armata, Phoenix canariensis, Phoenix reclinata, Phoenix dactylifera, Washingtonia filifera, Washingtonia robusta, Syagrus romanzoffiana, et Trachycarpus fortunei.
    En pot à l'intérieur
    Pour la plupart des palmiers cultivés en pot mettre un mélange de sable, terre de jardin et terreau de tourbe par tiers.
    Rempoter tous les deux ans avec un bon drainage dans le fond, faire un apport d'engrais.
    Eviter le fort soleil direct et mettre à l'abri des courants d'air et de la chaleur extrême. En période de végétation, il est nécessaire de les bassiner.
    Les palmiers craignent certains produits insecticides, vérifier si ils sont adaptés. Ne pas vaporiser de produit tel que dépoussiérant, produits pour les vitres près d'eux.

    Les variétés les plus cultivées à l'intérieur.
    Chamaedorea seifrizii, Chamaedorea erumpens, Chamaedorea elegans, Chamaerops humilis, Chrysalidocarpus lutescens ou Palmierd'Arec, Dypsis decaryi, Dypsis lutescens, Kentia, Howeia forsteriana et Howeia belmoreana, Licuala grandis, Livistona chinensis,Microcoelum weddeliana, Raphis exelsa,Rh. humilis,Veitchia merrillii, Washingtonia filifera.

    Les problèmes des palmiers à l'intérieur.
    Le brunissement des frondes est la pluspart du temps du à une sécheresse athmospérique, courants d'air excessive, sécheresse du substrat. Le tout favorisant l'apparition des araignées rouges. Pour les frondes inférieures c'est peut être du à l'âge, couper au ras du stipe. Les feuilles jaunies indiquent un mélange trop sec, arroser. Ils sont sujets aux cochenilles et aux araignées rouges.

    La reproduction

    Par semis dans une terre sablonneuse et humide en serre chaude, ou par bouturage ou replant des rejets basaux. Pour certaines espèces comme le Phoenix canariensis, la propagation s'effectue uniquement par bouturage pour conserver les caractères utiles.
    Certaines graines de palmiers mettent des mois à germer, tenir compte de l'origine des palmiers pour favoriser la germination. D'autre part, certaines graines doivent être scarifiée ou entaillée.

    Les palmiers sources de revenus

    Le cocotier : Cocos nucifera L fourni graisses, huile, vin, lait de coco,
    Le palmier à bétel : Areca catechu L (noix d'arec).
    Les palmiers à cire : ' cire Carnauba' extraite des feuilles du Copernicia cerifera Mart. ou du Ceroxylon andicola
    Le palmier dattier: Phoenix dactylifera , aussi Brahea dulcis à fruits sucrés comestibles.
    Les palmiers à huile:Elaeis guineensis Jacq; Orbignya speciosa Barb.Rodr. synonyme Attalea speciosa Mart.
    Le palmier à ivoire : Phytelephas macrocarpa R.P.
    Les palmiers à sucre : Caryota urens L. Arenga saccharifera Labill.
    Le palmier nain : Chamaerops humilis L
    Le palmier à raphia : Raphia farinifera (Gaertn.) Hyl. synonyme Raphia ruffia (Jacq.) Mart.
    Le palmier à rotin : Calamus rotang L.
    Les Palmier aux bourgeons comestibles : Calamus acanthophyllus Becc. Calamus erecta Roxb, Euterpe edulis: "choux palmistes".
    Les Palmiers à fibres végétales : Sabal, Chamaerops, Trachycarpus, Borassus, etc.).
    Les palmiers à sève : Jubaea spectabilis

    La pharmacopée végétale

    Dans leur pays d'origine, certains sont utilisés pour leurs propriétés thérapeutiques, exemple:
    Areca catechu L ou Arbre à noix d'arec : Utilisé pour traiter bronchite, lumbago, diarrhée, maladies du foie, dysenterie , gastralgie, diarrhée, dysenterie, parasites intestinaux, paludisme.
    Arenga saccharifera Labill : Aux propriétés diurétiques, antifébriles.
    Borassus flabellifer L. ou Palmier à sucre : Aux propriétés diurétiques, antifébriles, laxatives, etfortifiantes.
    Cocos nucifera L aux propriétés diurétique, purgative, fortifiante, utilisé pour traiter blennorragie, bronchite, maladies du foie, l'émoptysie, les fièvres éruptives et les hémorroïdes.
    Sabal serrulata synonyme Serenoa repens : Utilisé pour traiter les problèmes du système urinaire.

    Parmi les 200 répertoriés, quelques genres:

    Acanthophoenix, Acoelorraphe, Acrocomia, Aiphaenes, Areca, Arenga, Archontophoenix, Asterogyne, Astrocaryum, Attalea, Bactris, Bentinckia, Butia, Brahea, Calamus, Calyptrogyne, Calyptronoma, Carpentaria, Carpoxylon, Caryota, Catoblastus, Ceroxylon, Chuniophoenix, Coccothrinax, Copernicia, Corypha, Cryosophila, Desmoncus, Dictyosperma, Dypsis, Elaeis, Erythea, Euterpe, Gaussia, Geonomah, Howea, Hyophorbe, Hyphaene, Johannestei, Jubaea, Kentia, Laccospadix, Latania, Licuala, Livistonia, Lodoicea, Lytocaryum, Manicaria, Mauritia, Metroxylon, Nannorhops, Normanbya, Parajubaea, Paurotis, Pelagodoxa, Phoenix, Pigafetta, Pinanga, Plectocomia, Polyandrococos, Prestoea, Pritchardia, Pseudophoenix, Ptychosperma, Reinhardtia, Raphia, Rhapis, Rhopalostylis, Roystonea, Sabal, Satakentia, Schippia, Serenoa repens, Syagrus, Synecanthus, Thrinax, Trachycarpus, Veitchia, Wallichia, Washingtonia, Wodyetia et pour finir Zombia.

    Les palmiers résistants au froid:

    Acoelorraphe wrightii - 8°
    Arenga engleri -9°
    Brahea armata - 12°
    Butia capitata - 13°
    Chamaerops humilis -15°
    Chamaedorea radicalis -12°
    Dypsis decaryi -4°
    Corypha elata Gebang Palm -5°
    Hyphaene dichotoma - 5°
    Jubaea chilensis -7°
    Livistona australis - 10°
    Livistona chinensis -11°
    Livistona decipiens -11°
    Phoenix reclinata -7°
    Phoenix canariensis -8°
    Rhapis humilis - 7/8°C°
    Rhapis excelsa -7°
    Rhapidophyllum hystrix -28°
    Sabal blackburuca -10°
    Sabal etonia -15°
    Sabal causiarum -10°
    Sabal minor Dwarf Palmetto -20°
    Sabal palmetto -13°
    Serenoa repens -20°
    Syagrus romanzoffiana -8°
    Washingtonia robusta -8°
    Washingtonia filifera -13°
    Trachycarpus martianus -13°
    Trachycarpus fortunei -17°
    Trachycarpus wagnerianus -19°
    Trithrinax campestris -13°

    - Les Cycas -
    Préspermaphytes qui sont apparus il y a 260 millions d'années, regroupés dans l'ordre Cycadophyta qui est frmé de trois grandes familles les Cycadaceae, les Stangeriaceae et les Zamiaceae des plantes dioïques à croissance très lente.

    Cycadaceae

    Cycas : originaire d'Asie, d'Australie et Madagascar, comprend 90 espèces.

    Stangeriaceae
    Bowenia : Originaire de l'Australie, 2 espèces endémiques : Bowenia serrulata et Bowenia spectabilis
    Stangeria : Originaire d'Afrique du Sud, comprend une seule espèce: Stangeria eriopus.

    Zamiaceae
    Ceratozamia : 15 espèces originaires du Mexique et du Guatemala
    Chigua : Originaire de Colombie ne comprend que 2 espèces :Chigua restrepoi Pinnae et Chigua bernalii.
    Dioon : Originaire du Mexique, Hondura et Nicaragua comprend 11 espèces.
    Encephalartos : Originaire d'Afrique, principalement d'Afrique du Sud comprend 65 espèces dont Encephalartos hildebrandtii . et Encephalartos horridus.
    Lepidozamia : Originaire de l'Est de l'Australie comprend 2 espèces Lepidozamia hopei, Lepidozamia peroffskyana.
    Macrozamia : Originaire de l'Australie comprend 38 espèces endémiques, souvent toxiques.
    Microcycas : Originaire de Cuba, une seul espèce M.icrocycas calocoma
    Zamia : Originaire d'Amérique du Sud, Centrale et du Nord, comprend 50 espèces.

    Reproduction et entretien

    Une graine de cycas met entre 4 et 6 mois pour s'enraciner, il faut compter 8 à 10 mois pour voir apparaître la fronde de la première feuille et 10 à 12 mois pour la deuxième. Les feuilles mettent environ 2 mois pour se développer. Pour obtenir un cycas bien formé il faut compter entre 30 et 36 mois. Il atteint sa taille maximale au bout de 10 ans. Cultivés en pot mettre un mélange de sable, terre de jardin et terreau de tourbe par tiers et faire un apport d'engrais organique une fois par mois.

    Les plus fréquemment utilisés

    Cycas circinalis, Cycas media, Cycas pectinata, Cycas revoluta, Cycas rumphii, Cycas siamensis, Cycas thouarsii, Dioon edule et Encephalartos ferox (attention aux pointes acérées).
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

Jardin! L'Encyclopédie
un compteur pour votre site